5 340.45 PTS
-
5 335.00
-
SBF 120 PTS
4 251.42
-
DAX PTS
13 058.66
+0.50 %
Dowjones PTS
23 430.33
+0.31 %
6 308.61
-0.09 %
Nikkei PTS
22 438.97
+0.80 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Contrôle des investissements étrangers: pas question que l'UE intervienne

| AFP | 111 | Aucun vote sur cette news
Jyrki Katainen, vice-président,de la Commission européenne
Jyrki Katainen, vice-président,de la Commission européenne ( THIERRY CHARLIER / AFP/Archives )

La Commission européenne n'a pas vocation à bloquer les investissements étrangers dans les entreprises industrielles de pointe de l'UE, ce pouvoir restant l'apanage exclusif des Etats membres, a affirmé jeudi son vice-président, Jyrki Katainen.

Lors d'une rencontre avec des journalistes, le Finlandais a détaillé la proposition qu'il vient de présenter sur ce sujet sensible, qui divise les Européens.

La France, l'Allemagne et l'Italie, inquiètes de voir des groupes étrangers, notamment chinois, s'offrir à moindre coût et de manière déloyale une expertise et des technologies clés en rachetant leurs entreprises, réclamaient ces derniers mois une législation européenne permettant de bloquer certaines opérations.

QUESTION: Pourquoi ne pas avoir organisé de consultation avant de proposer ce règlement ?

REPONSE: La Commission ne demande pas plus de pouvoir en matière de contrôle des investissements.

La proposition va améliorer la transparence mais elle n'oblige pas les Etats membres à créer de nouvelles structures. C'est la raison pour laquelle nous avons considéré que nous pouvions la proposer sans évaluation d'impact de grande portée.

Le pouvoir de bloquer un investissement ne bouge pas. Il reste entre les mains des gouvernements. Mais parfois, certains investissements particuliers peuvent avoir un impact au-delà des frontières. C'est pourquoi je pense qu'il est utile d'avoir un moyen d'échanger des informations.

Q: Prévoyez-vous de renforcer la législation dans les prochains mois ?

R: La Commission vient tout juste d'adopter cette proposition, qui doit maintenant être soumise au Parlement européen et au Conseil (qui regroupe les 28 Etats membres de l'Union européenne).

Nous n'avons prévu aucune autre amélioration car la Commission n'a pas plus de pouvoir dans les domaines où la sécurité nationale est en jeu. Nous ne voyons pas vraiment ce qu'on peut faire d'autre.

Si les Etats ne veulent pas contrôler les investissements, on ne peut pas les forcer. Cette proposition crée une valeur ajoutée européenne, dans la mesure où elle offre un meilleur panorama des investissements étrangers et de leur impact. Elle aide aussi les Etats membres à coopérer.

Mais ceux qui s'attendaient à ce que la Commission commence à bloquer des investissements étrangers chaque semaine vont être déçus.

Q: Le président français Emmanuel Macron, qui souhaitait mettre en place un "instrument de contrôle des investissements étrangers en Europe", sera-t-il satisfait de votre proposition ?

R: Je ne sais vraiment pas, mais la France possède déjà son propre système de contrôle des investissements. Elle peut l'utiliser de la manière qu'elle estime la meilleure.

Le système européen créera de la valeur ajouté au système français. Les Français auront maintenant une meilleure vision de ce qui se passe dans les autres pays, car les Etats membres n'échangent pas énormément d'informations pour l'instant.

Mais nous voulons éviter tout signe laissant entendre que l'Europe souhaiterait interdire les investissements. Cette proposition est très équilibrée. Je ne peux pas imaginer que la Commission s'empare du pouvoir des Etats membres sur cette question. Il vaut mieux laisser la responsabilité là où elle est.

Propos recueillis par Clément ZAMPA.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

  COMMUNIQUE DE PRESSE   Paris, le 20 novembre 2017   Evolution du capital de Direct Energie    Cession par EBM Trirhena AG d'une partie de sa participation Environ 4,7% du…

Publié le 20/11/2017

   Communiqué de Presse   Paris, le 20 Novembre 2017   Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital…

Publié le 20/11/2017

Les résultats du premier semestre étant en ligne avec les prévisions du groupe, le Conseil d’administration de la société Bigben Interactive a, lors de sa réunion du 20 novembre 2017, décidé…

Publié le 20/11/2017

Bigben a enregistré au premier semestre, clos fin septembre, de l’exercice 2017/2018 un résultat net de 4,2 millions d’euros, en hausse de 102,4% et un résultat opérationnel courant de 6…

CONTENUS SPONSORISÉS