En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 578.21 PTS
+0.10 %
5 581.00
+0.15 %
SBF 120 PTS
4 397.39
+0.17 %
DAX PTS
12 387.34
+0.52 %
Dowjones PTS
27 359.16
+0.10 %
7 966.93
+0.30 %
1.126
+0.01 %

Conforama veut supprimer 1.900 postes en France en 2020

| AFP | 371 | Aucun vote sur cette news
Le groupe Conforama prévoit de supprimer 1.900 postes en France en 2020, avec la fermeture de 32 magasins Conforama et celle des dix magasins de l'enseigne Maison Dépôt
Le groupe Conforama prévoit de supprimer 1.900 postes en France en 2020, avec la fermeture de 32 magasins Conforama et celle des dix magasins de l'enseigne Maison Dépôt ( DENIS CHARLET / AFP/Archives )

Conforama, qui avait annoncé en avril une restructuration pour 2020, a donné lundi aux syndicats les grandes lignes de son plan: 1.900 suppressions de postes en France l'an prochain, avec la fermeture de 32 magasins Conforama et celle des dix magasins de l'enseigne Maison Dépôt.

Les effectifs du siège et du service après-vente ne seront pas non plus épargnés, ont indiqué à l'AFP les syndicats CGT et FO du groupe, dont la maison mère, la société sud-africaine Steinhoff, souffre de difficultés financières.

Sur les 32 magasins qui doivent fermer l'an prochain et qui emploient actuellement 1.050 salariés, huit sont situés en Ile-de-France. Deux des trois magasins parisiens sont promis à la fermeture. Sont aussi prévues 600 suppressions de postes dans les 164 magasins Conforama restant ouverts, 124 suppressions au siège social et 26 au service après-vente, tandis que les 100 emplois des boutiques Maison Dépôt vont disparaître.

Selon la CGT et FO, un plan de restructuration doit être présenté mardi matin au comité central d'entreprise (CCE) du groupe, qui compte quelque 9.000 salariés en France.

La direction, qui a reçu lundi soir les organisations syndicales à tour de rôle, a dit vouloir "optimiser le fonctionnement" de l'entreprise, a déclaré Jacques Mossé-Biaggini, délégué FO.

Un autre CCE sur ce plan de réorganisation est déjà programmé pour le 11 juillet, a indiqué Abdelaziz Boucherit de la CGT, précisant que "le calendrier" de la procédure d'information-consultation des représentants du personnel serait "décliné demain (mardi)".

Interrogée par l'AFP, la direction a répondu que "toute mesure qui aurait des conséquences sur l'emploi pour Conforama en France serait communiquée en priorité aux instances représentatives du personnel". "Conforama n'a pas d'autres commentaires à faire à ce stade", a-t-on ajouté.

"Premières lettres le 1er janvier"

"Selon la direction, les premières lettres de licenciement seront envoyées le 1er janvier 2020 et le plan sera finalisé au plus tard fin mars 2020", a rapporté Mouloud Hammour de FO.

Le projet de restructuration devrait prendre la forme d'"un plan social contenant des mesures de reclassements internes et des départs volontaires", selon M. Boucherit.

En avril, Conforama avait trouvé un accord avec ses créanciers sur un plan de refinancement de 316 millions d'euros, approuvé par la justice.

La direction avait alors informé les représentants du personnel de ce vaste plan de refinancement ventilé en deux phases. La première phase était destinée au remboursement d'une partie de la dette du groupe et devait aussi remettre à flot la trésorerie de l'enseigne d'ameublement, décoration, électroménager et équipements informatiques.

La seconde phase devait financer un plan de restructuration des magasins "déficitaires" au premier trimestre 2020, avaient indiqué des sources syndicales, dont l'une disait aussi que la recherche d'un repreneur était "toujours d'actualité".

Déjà début mars, les syndicats de Conforama avaient fait part de leurs inquiétudes quant à l'avenir de l'enseigne.

En janvier, le groupe avait cédé à Carrefour sa participation de 17% au capital de Showroomprivé, numéro deux français de déstockage en ligne, engrangeant ainsi un montant de 78,7 millions d'euros.

Sa maison mère, le groupe Steinhoff, est engluée dans un scandale financier lié à des irrégularités comptables. L'affaire avait éclaté en décembre 2017 et avait failli causer la banqueroute de l'entreprise avec la découverte d'un "trou" de 6 milliards de dollars dans ses comptes.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/07/2019

Acquisition d'Iroko Partners...

Publié le 15/07/2019

Cette opération pourrait prendre la forme d'un échange d'actifs entre Gecina et la CRPN...

Publié le 15/07/2019

Wedia, partenaire Microsoft depuis 2017, fait bénéficier ses clients de la fiabilité et des qualités du Cloud Azure...

Publié le 15/07/2019

Les besoins prévisionnels du sous-groupe allemand, identifiés pour les années 2020 et 2021, sont estimés à environ 40 ME...

Publié le 15/07/2019

Natixis Wealth Management met en place une nouvelle organisation pour favoriser un fonctionnement plus intégré entre la France, le Luxembourg et la Belgique...