En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-
5 308.00
-
SBF 120 PTS
4 269.71
-
DAX PTS
12 511.91
-1.44 %
Dowjones PTS
24 461.70
-0.80 %
7 217.49
-0.87 %
Nikkei PTS
22 482.37
-0.93 %

Compteurs Linky: Tarnos ne peut refuser l'installation

| AFP | 390 | Aucun vote sur cette news
Un compteur Linky, le 18 mars 2009 à Tours (Indre-et-Loire)
Un compteur Linky, le 18 mars 2009 à Tours (Indre-et-Loire) ( ALAIN JOCARD / AFP/Archives )

Le tribunal administratif de Pau a donné raison jeudi à l'Etat et à Enedis contre la commune de Tarnos (Landes) qui refusait de procéder à l'installation de compteurs numériques connectés Linky sur son territoire, a-t-on appris auprès de l'avocat de la commune landaise.

"La commune de Tarnos n'a pas le droit de refuser l'installation de compteurs Linky sur son territoire", a indiqué à l'AFP Me Antoine de Lombardon, avocat de la commune, indiquant que le tribunal n'avait pas communiqué ses motivations.

En mai 2017, le conseil municipal de Tarnos avait décidé de voter contre le remplacement des compteurs d'électricité par des compteurs connectés Linky. La commune de 12.500 habitants était déjà équipée de 22 compteurs de ce type.

Une décision contestée par le préfet des Landes et la société Enedis (ex-ERDF) en charge de la mise en place des compteurs Linky. Ils invoquaient, pour leur défense, le fait que la commune de Tarnos avait délégué sa compétence en matière de distribution d'électricité à un syndicat mixte communal, ce qui entraînait, selon eux, la délégation de propriété et l'impossibilité pour la ville de refuser le remplacement des compteurs existants.

"Le tribunal administratif a estimé que l'argumentation des adversaires de la commune de Tarnos était suffisante pour créer un doute sérieux sur la légalité d'interdire le remplacement des compteurs", a expliqué Me de Lombardon. "Le tribunal administratif n'a pas précisé ce qui dans les moyens évoqués créaient le doute", a-t-il ajouté.

La ville de Tarnos réfléchit à se pourvoir en cassation devant le Conseil d'Etat, a précisé l'avocat. Elle a quinze jours pour le faire.

Les compteurs numériques connectés Linky, dont cinq millions d'exemplaires ont déjà été installés, sont contestés dans environ 400 villes et communes, notamment à l'initiative d'écologistes qui dénoncent une possible violation des données personnelles.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les coûts de développement devraient avoisiner les 12,6 ME...

Publié le 21/06/2018

Précisions...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Gévelot...

Publié le 21/06/2018

L'innovation, dans l'ADN d'Essilor depuis son origine, est partie intégrante de la mission du Groupe, "améliorer la vision pour améliorer la vie"...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Riber...