En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Compensation de la CSG: des cas d'entreprises publiques à statut en suspens

| AFP | 453 | Aucun vote sur cette news
Aucune compensation n'a été arbitrée pour les salariés d'entreprises publiques comme la SNCF, la RATP ou La Pose
Aucune compensation n'a été arbitrée pour les salariés d'entreprises publiques comme la SNCF, la RATP ou La Pose ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Une compensation de la hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) pour quelques centaines de milliers de salariés d'entreprises publiques à statut reste en suspens, selon des informations recueillies vendredi par l'AFP.

La CSG augmentera au 1er janvier de 1,7 point afin de financer la suppression des cotisations chômage (2,40%) et maladie (0,75%) des salariés du secteur privé. Pour les employés du privé, cela représentera un gain de pouvoir d'achat de 1,45%.

Si des compensations sont prévues par le gouvernement pour les fonctionnaires et les indépendants, rien n'a été arbitré pour les salariés d'entreprises publiques comme la SNCF, la RATP ou La Poste, ont répondu à l'AFP ces entreprises.

Dans le secteur de l'énergie (EDF, Engie...), des négociations doivent s'ouvrir fin novembre au niveau de la branche des Industries électriques et gazières (IEG), selon un porte-parole d'Engie. EDF n'a pas souhaité s'exprimer.

Interrogé depuis mardi par l'AFP, le ministère de l'Economie n'avait pas donné suite vendredi.

Dans ces entreprises, où coexistent souvent plusieurs statuts, une grande partie des salariés relèvent d'un régime spécial.

Ils ne cotisent pas à l'assurance-chômage mais versent, comme les fonctionnaires, une contribution de solidarité de 1%. Certains dépendent d'une caisse d'assurance maladie spécifique.

Des syndicats commencent à afficher leur préoccupation. "Les salariés de la SNCF ne comprendraient pas que cette hausse de la CSG ne soit pas entièrement compensée", explique Sud-rail à l'AFP.

L'entreprise ferroviaire a convié les syndicats à des réunions sur le sujet fin novembre. "C'est au gouvernement de préciser les modalités de la compensation pour la SNCF", explique un porte-parole.

A la RATP, le sujet a été abordé vendredi matin avec les syndicats. "On nous a garanti une opération blanche sur la feuille de paie" mais l'opération va "coûter 20 millions d'euros à la RATP" et "l'Etat ne compensera pas tout, le curseur n'est pas arbitré", rapporte un syndicat, qui craint in fine un regain d'austérité salariale.

"Ce sujet est à l’étude, aucun principe n’est arrêté à ce stade", indique la RATP.

"On est les oubliés de cette grande annonce présidentielle de hausse du pouvoir d'achat", redoute une source syndicale dans le secteur de l'énergie.

"La cotisation de solidarité chômage pourrait être supprimée mais il reste 0,7% à trouver", souligne une autre source du secteur selon laquelle "les employeurs ont fait des propositions à l'Etat de baisse de cotisation salariale ou patronale".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…