En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.10 PTS
+0.05 %
5 468.00
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 386.46
+0.05 %
DAX PTS
12 374.66
+0.19 %
Dowjones PTS
26 525.43
-0.14 %
7 559.78
+0.15 %
1.176
+0.15 %

Code du travail: Mailly contraint d'organiser une journée de mobilisation

| AFP | 596 | Aucun vote sur cette news
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, à la Bourse du Travail de Marseille, le 7 septembre 2017
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, à la Bourse du Travail de Marseille, le 7 septembre 2017 ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives )

Contraint par sa base, Jean-Claude Mailly, numéro un de FO, a annoncé lundi la tenue d'une journée de mobilisation contre les ordonnances, entrées en vigueur depuis plus d'une semaine, éventuellement avec les autres confédérations.

"Nombre de mesures inacceptables figurent dans les ordonnances, ce que nous avons toujours expliqué, mesures inacceptables dont nous demandons le retrait", écrit le secrétaire général dans un éditorial publié sur le site internet de FO.

"Nous prendrons contact avec les autres confédérations dans les jours à venir. Dans tous les cas, cette journée de mobilisation aura lieu", promet-il.

La décision a été annoncée trois jours après la tenue d'une réunion délicate du Parlement de FO (CCN), où la "quasi unanimité" des unions départementales et fédérations ont appelé, entre autres, à une mobilisation.

Une grande partie de ces UD et fédérations avaient grossi les rangs des défilés organisés par la CGT et Solidaires les 12 et 21 septembre, une présence que Jean-Claude Mailly avait longtemps tenté de minimiser, qualifiant ces militants de "grognons râleurs".

A contre-courant de la stratégie adoptée en 2016 avec la loi travail, M. Mailly s'était jusqu'à présent opposé à toute mobilisation contre la réforme du Code du travail, tout en se montrant critique, mais pas autant que la CGT.

Considérant qu'il n'avait rien obtenu de la fronde en 2016, aux côtés de la CGT, la FSU et Solidaires, il disait privilégier la concertation avec l'exécutif. Une tactique incomprise par la base, pour qui les ordonnances vont plus loin que la loi travail, constituent "une véritable régression sociale" et "mettent en péril le syndicalisme confédéré".

Vendredi, le Parlement de FO a sommé sa direction de prendre "toute les dispositions et initiatives" pour une mobilisation interprofessionnelle avant la ratification des ordonnances, y compris avec les autres confédérations.

M. Mailly a également été mandaté pour "examiner toutes les possibilités de recours juridiques", en particulier concernant la fusion des instances représentatives du personnel.

Mis en minorité, le secrétaire général, dont le mandat prend fin en avril, a assuré lundi soir sur France 2 n'avoir pas eu l'envie de démissionner. "Je ne considère pas que c'est un désaveu" de "savoir s'il faut faire une manif à telle date ou telle date", a-t-il dit. Ceux qui "auraient peut-être aimé que je m'en aille vont devoir me supporter encore 7 mois".

"Je ne me sens pas du tout en situation de faiblesse" face au gouvernement pour aborder les prochains gros dossiers de réformes (assurance chômage, formation, apprentissage, retraite), estime en outre M. Mailly.

- 'une part de grogne' -

L'organisation d'une journée interprofessionnelle avec les autres syndicats n'est pas encore acquise.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, avait critiqué la faible mobilisation des 12 et 21 septembre
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, avait critiqué la faible mobilisation des 12 et 21 septembre ( bertrand GUAY / AFP/Archives )

La CGT, la CFE-CGC et Solidaires ont récemment appelé, chacune de leur côté, à une mobilisation "unitaire". Mais pour le moment, toutes les confédérations sont surtout focalisées sur la journée dédiée aux fonctionnaires, le 10 octobre.

Aucune autre date n'est évoquée pour dénoncer les ordonnances.

A la CFDT, le sujet n'est pas à l'ordre du jour.

"Nous nous sommes battus mais n'avons pas voulu faire une démonstration de faiblesse en appelant à la mobilisation. Aujourd'hui, nous continuons le combat sur les décrets de mise en application des ordonnances. Et surtout sur le terrain, au sein des entreprises", a réaffirmé lundi Laurent Berger, dans une interview au Figaro.

Mais le leader cédétiste reste chahuté en interne par quelques syndicats (métallurgie, journalistes, cheminots, routiers). Il existe "une part de grogne sur le fait que nous n'ayons pas appelé à manifester, mais elle n'est pas généralisée", assure Laurent Berger.

Le rassemblement organisé mardi à Paris par la CFDT pour fêter la première place du syndicat dans le privé, et où 10.000 militants sont attendus, sera l'occasion pour lui de sentir la température de la base.

Prévu depuis fin mars, ce rassemblement ne devait pas traiter des ordonnances, mais le sujet y sera finalement abordé, pour répondre à "une attente des militants", indique-t-on à la confédération.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Par ailleurs, EDF a lancé avec succès une émission obligataire senior de 1 MdE...

Publié le 25/09/2018

spineEOS, logiciel de planification 3D en ligne de la suite EOSapps, sera présenté sur le stand EOS par un chirurgien de renom...

Publié le 25/09/2018

                                                                                ADC SIIC…

Publié le 25/09/2018

Esker propose ainsi à ses clients une solution pour automatiser la gestion de leurs encaissements. Rimilia renforcer son développement à l'international par un accord de distribution...

Publié le 25/09/2018

Les premiers clients de ce dispositif sont Audi et Coty...