5 361.10 PTS
-0.42 %
5 360.50
-0.42 %
SBF 120 PTS
4 276.29
-0.58 %
DAX PTS
12 973.07
-0.54 %
Dowjones PTS
23 081.19
-0.33 %
6 069.86
-0.73 %
Nikkei PTS
21 448.52
+0.40 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Code du travail: la stratégie de Mailly fait des remous chez FO

| AFP | 168 | 4 par 1 internautes
Jean-Claude Mailly, numéro un de FO, le 7 septembre 2017 à Marseille
Jean-Claude Mailly, numéro un de FO, le 7 septembre 2017 à Marseille ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives )

Jean-Claude Mailly, numéro un de FO depuis 2004, longtemps consensuel, est confronté à de sérieuses critiques d'une partie de ses militants, qui acceptent mal son refus de rejoindre la mobilisation de la CGT contre la réforme du Code du travail.

En 2016, Jean-Claude Mailly et son homologue de la CGT Philippe Martinez avaient manifesté côte à côte contre la loi travail, lors de 14 journées de mobilisation.

En 2017, avec la première réforme sociale d'Emmanuel Macron, la stratégie de Jean-Claude Mailly a radicalement changé. N'ayant rien obtenu en battant le pavé en 2016, il se veut "pragmatique" et fait "le choix de la concertation" avec le gouvernement.

Il réfute être un "béni oui-oui" ou un "pro-Macron". Et rit des rumeurs, selon lesquelles il négocierait des postes pour ses proches ou lui-même. Par exemple au Bureau international du travail, où siège déjà Bernard Thibault, l'ex-leader de la CGT. "Je n'ai besoin d'aucun appui, quel qu'il soit", assure le leader de FO.

Michelle Biaggi, membre de la direction et une de ses fidèles, défend sa stratégie. "On n'est pas satisfaits des ordonnances, mais en trois mois de concertation, on a évité que ce soit une catastrophe complète", dit-elle.

Oublié le compagnonnage avec la CGT "contestataire", Jean-Claude Mailly revendique désormais une ligne "fondamentalement réformiste".

Mais ce discours passe mal auprès d'une partie des troupes.

Ce jeudi, une cinquantaine d'unions départementales, sur 95, ont appelé à descendre dans la rue avec la CGT et Solidaires pour réclamer le retrait d'ordonnances "qui poursuivent et aggravent la loi El Khomri".

Ils étaient aussi nombreux le 12 septembre, une situation rare pour un syndicat qui rechigne à afficher ses dissensions en public.

- "Crever l'abcès" -

La situation est également inhabituelle pour Jean-Claude Mailly. Le leader médiatique a jusqu'à présent su rassembler avec doigté un syndicat complexe, sorte d'"auberge espagnole qui va de l'extrême droite à l'extrême gauche", souligne l'historien Michel Dreyfus, spécialiste de FO.

Outre des trotskistes, ce syndicat compte des proches du PS, dont M. Mailly lui-même, mais aussi des Républicains ou du Front national.

M. Dreyfus rappelle en outre que l'alliance CGT-FO en 2016 relève de l'"exception". Les deux confédérations, soeurs ennemies du syndicalisme français, ont par le passé eu plus tendance à s'éviter qu'à se serrer la main.

Le différend remonte à 1947, quand une partie de la CGT, refusant l'emprise du Parti communiste, a fait scission pour créer la CGT-FO. "Le réformisme fait partie de la culture de FO", insiste l'historien, peu étonné du revirement de la confédération avec la réforme du Code du travail.

Mais les appels à rallier la mobilisation de la CGT fusent en interne. Les ordonnances représentent "une attaque en règle contre les droits des salariés et un rejet des organisations syndicales", explique Jean Hédou, secrétaire général de la Fédération de l'Equipement et des Transports (Feets-FO), qui souhaite "un rapport de force basé sur le blocage de l'économie".

De son côté, le syndicat routier FO, associé à la CGT, appelle à une grève reconductible, à partir de lundi, qu'il promet "massive".

"Jamais on n'a connu ça! On perçoit un acharnement à ne pas entendre et voir ce que dit la base", s'agace Fabrice Lerestif, secrétaire départemental en Ille-et-Vilaine.

La réunion des 28 et 29 septembre du Comité confédéral national, sorte de "Parlement" du syndicat, permettra de "crever l'abcès", espèrent les militants.

"Ce sera l'occasion de se dire les choses en face", anticipe Yves Veyrier, membre de la direction, reconnaissant une ambiance d'"incompréhension" et "compliquée". Des militants "estiment qu'on est trop gentils, pas assez critiques", ajoute-t-il.

Ce CCN sera le dernier avant le congrès de FO en avril, où Jean-Claude Mailly, 65 ans en mars 2018, doit passer le relais à Pascal Pavageau, également membre du bureau, en charge du secteur économique (fiscalité, services publics, environnement...). Il "fait consensus", assure M. Veyrier, qui ne voit pas de lien entre les critiques d'une partie des troupes et cette future succession.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2017

Cheops Technology a publié pour son exercice 2016/2017 un chiffre d'affaires de près de 84 ME, en hausse de 2,6%...

Publié le 19/10/2017

Calme plat sur le titre Voyageurs du Monde (+0,1% à 95,6 euros) après la publication des résultats semestriels...

Publié le 19/10/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 19/10/2017

GTT chute de plus de 6% ce jeudi à 43,63 euros, alors que le spécialiste du transport et stockage de GNL a confirmé ses objectifs annuels...

Publié le 19/10/2017

    Communiqué de Presse       Paris - 19 octobre 2017 - HUBWOO (Euronext : HBW.NX), leader dans la gestion globale du spend et des solutions collaboratives des processus…

CONTENUS SPONSORISÉS