5 281.58 PTS
+1.13 %
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
+1.11 %
DAX PTS
12 451.96
+0.86 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 720.25
+1.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Code du travail: FO juge certaines dispositions "inacceptables"

| AFP | 251 | 5 par 1 internautes
Force Ouvrière juge que plusieurs éléments de la réforme du code du travail constituent
Force Ouvrière juge que plusieurs éléments de la réforme du code du travail constituent "une régression sociale". Photo prise à Rennes le 5 mars 2013 ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

FO a estimé lundi que "nombre" de dispositions prévues dans le cadre de la réforme du code du travail sont "inacceptables", son secrétaire général Jean-Claude Mailly évoquant des "points durs", et a annoncé qu'elle voterait contre cette réforme lors des consultations au sein des instances paritaires.

"Il y a des points durs sur ce texte, sur les prud'hommes, sur certaines modalités de licenciement, etc..., sur lesquels on n'est pas d'accord et sur lesquels on va regarder les choses", a dit M. Mailly sur BFMTV.

Les syndicats, dont FO, seront consultés cette semaine au sujet de cette réforme au sein de plusieurs instances paritaires, dont l'avis n'est que consultatif.

Il s'agit de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), du Conseil d'orientation des conditions de travail (Coct), du Conseil national de l'emploi, de la formation et de l'orientation professionnelles (Cnefop) et des Conseils supérieurs de la prud'homie et de l'égalité professionnelle.

"Nombre d'éléments constituent aujourd'hui une régression sociale et sont en tant que tels inacceptables, ce qui explique notamment que dans les consultations officielles et obligatoires qui seront organisées, FO votera contre, et ce d'autant qu'à la lecture des textes, d'autres éléments négatifs apparaissent", écrit FO dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion de la direction élargie (commission exécutive confédérale).

En outre, la direction élargie estime qu'il "faut d'ores et déjà examiner les possibilités de recours juridiques" contre cette réforme.

"S'il faut aller en justice, on ira en justice", a assuré M. Mailly, qui a évoqué la possibilité de points "non conformes avec une convention internationale". "On va attendre les textes définitifs et après on ajustera", a-t-il dit.

Fer de lance, avec la CGT, de la mobilisation contre la loi travail en 2016, FO a jusqu'à présent souligné qu'elle ne souhaitait pas se joindre à la mobilisation du 12 septembre, à l'initiative de la CGT.

Une position réaffirmée lundi par Jean-Claude Mailly qui, tout en reconnaissant que "des gens de FO seront dans les manifestations le 12 septembre", a souligné que "la direction (Bureau confédéral) a dit non, pas le 12 septembre".

Dans son communiqué, la commission exécutive confédérale demande également au Bureau confédéral d'"examiner toute initiative permettant de développer les positions de FO", sans plus de détails et sans mentionner d'éventuelle mobilisation.

La semaine dernière, après la publication des ordonnances, M. Mailly et son homologue de la CGT Philippe Martinez se sont opposés par médias interposés à propos du 12 septembre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

Publié le 16/02/2018

SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET FINANCIÈRE DE L'ARTOIS   COMMUNIQUÉ DE PRESSE   Chiffre d'affaires 2017 Le 16 février 2018 …

Publié le 16/02/2018

      Bilan semestriel du contrat de liquidité GAUMONT contracté avec la société EXANE BNP PARIBAS   Neuilly-sur-Seine, le 16 février…

Publié le 16/02/2018

Prismaflex International a levé 1,8 million d'euros auprès d'un nombre restreint d'investisseurs institutionnels français dans le cadre d'une augmentation de capital avec suppression du droit…

CONTENUS SPONSORISÉS