En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 296.00 PTS
-1.54 %
5 302.50
-1.23 %
SBF 120 PTS
4 208.12
-1.17 %
DAX PTS
11 475.84
-0.64 %
Dowjones PTS
25 859.16
-0.40 %
7 480.32
-0.17 %
1.131
-0.52 %

Cinéma: le directeur d'Orange Content "très optimiste" sur "les nouveaux talents" africains

| AFP | 373 | Aucun vote sur cette news
David Kessler, directeur d'Orange Content et Orange Studio, participe à un débat à La Rochelle (France) le 14 septembre 2018
David Kessler, directeur d'Orange Content et Orange Studio, participe à un débat à La Rochelle (France) le 14 septembre 2018 ( Xavier LEOTY / AFP )

Présent au 19e Marché international du cinéma et de la télévision africains (Mica) à Ouagadougou, le directeur d'Orange Content et Orange Studio, David Kessler, se dit "très optimiste sur l'émergence de nouveaux talents" dans le cinéma africain.

Le Mica se tient en parallèle du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).

Orange Studio a coproduit cinq films en compétition au Fespaco, "Desrances", "Rafiki", "Résolution", ainsi que "Le bonnet de Modibo" et Maki'la (en section Panorama) et deux séries ("Femmes au foyer" et "Le trône").

Question : Le cinéma africain semble perpétuellement en crise ?

David Kessler : "Cela fait longtemps qu'on dit que le cinéma africain va mal. Il est vrai que dans les pays d'Afrique francophone, il y a très peu de moyens.

Contrairement à l'Afrique anglophone, le cinéma en Afrique francophone s'est construit sur le modèle français, s'appuyant beaucoup sur les subventions publiques, qui font aujourd'hui défaut. Il n'y a pas assez de relais privés, pas assez d'investisseurs."

Question : Y a-t-il quand même des évolutions positives ?

D.K. : Oui, ce qui me frappe, c'est qu'il y a en Afrique beaucoup de talents, un vrai renouvellement des générations. Je vois des nouveaux comédiens, beaucoup de projets de jeunes cinéastes pour le cinéma ou des séries TV.

Il y a encore un besoin de formation, notamment pour les comédiens. Dans les métiers techniques, on trouve des gens bien formés, et les réalisateurs sont aujourd'hui de vrais pros. Je suis très optimiste sur l'émergence de nouveaux talents."

Question : Y a-t-il un marché pour les productions africaines ?

D. K. : "Absolument, il y a un fort appétit pour les contenus locaux. Le public demande des films ou des séries faites localement et qui parlent de la vie locale, en Sénégal ou en Côte d'Ivoire par exemple. De telles productions peuvent très bien marcher.

Les modes de diffusion évoluent. L'Afrique manque toujours de salles de cinéma, mais il y a la télévision, et des plateformes de VOD (vidéo à la demande) se mettent en place.

Evidemment les pays d'Afrique francophone ne bénéficient pas d'un marché aussi grand que le Nigeria, avec ses 200 millions d'habitants, qui a développé une véritable industrie du cinéma.

Mais il faut investir pour l'avenir dans le cinéma qui parle de l'Afrique contemporaine, même si la rentabilité n'est pas immédiate.

Propos recueillis par David ESNAULT

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Stallergenes Greer signe la hausse de la semaine sur le SBF120...

Publié le 22/03/2019

Le plongeon continue pour Cellnovo...

Publié le 22/03/2019

Nike a publié jeudi soir ses résultats du troisième trimestre (clos fin février). Le bénéfice net du géant américain est ressorti à 1,1 milliard de dollars, ou 68 cents par action, contre une…

Publié le 22/03/2019

Suez NWS a décroché trois contrats de gestion de l'eau et de valorisation des déchets dans la région de la Grande Baie, en Chine, pour un montant...

Publié le 22/03/2019

Nokia décroche de 7,37% à 5,10 euros à la Bourse de Paris, l’équipementier finlandais ayant révélé dans un document déposé auprès de la SEC avoir ouvert une enquête interne sur de…