En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 111.24 PTS
-
6 102.00
-
SBF 120 PTS
4 832.59
-
DAX PTS
13 789.00
-
Dow Jones PTS
29 348.03
+0.4 %
9 718.73
+0.92 %
1.079
-0.1 %

Christine Lagarde impose un nouveau style après 100 jours à la BCE

| AFP | 552 | 4.67 par 3 internautes
La présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde lors d'une conférence de presse à Francfort (Allemagne) le 23 janvier 2020
La présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde lors d'une conférence de presse à Francfort (Allemagne) le 23 janvier 2020 ( Daniel ROLAND / AFP/Archives )

Christine Lagarde a imposé un style différent lors de ses 100 premiers jours à la tête de la Banque centrale européenne, mais doit encore convaincre pour sortir la zone euro de son mode de crise.

"Je ne suis ni une colombe, ni un faucon" et "mon ambition est d'être une chouette" associée à une "certaine sagesse", a déclaré la Française en décembre pour définir son profil.

L'ancienne directrice générale du FMI a ainsi d'emblée voulu prendre ses distances avec le débat classique des banquiers centraux entre partisans d'un soutien à la croissance et tenants de l'orthodoxie monétaire. Un tiraillement qui déchire la BCE depuis sa création il y a 21 ans.

Alors qu'elle passe samedi le cap des 100 jours à la tête de l'institution chargée de piloter la zone euro, elle peut se targuer pour l'instant d'avoir évité heurts et gaffes. Mme Lagarde a surtout voulu apparaître aussi consensuelle que possible durant la période.

Divisions

Un exercice obligé: elle a hérité à son arrivée d'une banque centrale divisée comme jamais entre partisans et adversaires des mesures exceptionnelles prises par son prédécesseur italien, Mario Draghi, pour soutenir une économie chancelante.

Les premiers jugent que la cure a permis de tirer d'affaire la zone euro. Les seconds que la BCE est sortie de son mandat, consistant à contrôler l'inflation, pour dilapider l'argent public et donner le mauvais exemple aux pays dispendieux.

Pour recoller les morceaux, la Française a invité mi-novembre l'ensemble de l'instance dirigeante de la BCE à une retraite dans un palace proche de Francfort.

Le ministre des Finances allemand  Olaf Scholz avec Christine Lagarde à Bruxelles le 20 janvier 2020
Le ministre des Finances allemand Olaf Scholz avec Christine Lagarde à Bruxelles le 20 janvier 2020 ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Sa méthode est de "montrer qu’elle écoute les arguments des autres plutôt que de vouloir dès le départ imposer ses propres vues", note Eric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG.

L'eurodéputé allemand conservateur Markus Kerber aurait aimé la voir "davantage s'émanciper de son prédécesseur", dont elle ne fait pour l'heure qu'appliquer la politique des taux au plus bas.

Car l'ancienne patronne du FMI sera jugée sur "sa capacité à gérer ce qui sera probablement un lent processus de normalisation de la politique monétaire", estime George Buckley, économiste chez Nomura.

L'heure viendra de sonner la fin de la politique généreuse de la BCE, qui a injecté à ce jour près de 2.700 milliards d'euros dans le circuit monétaire.

Mme Lagarde a aussi en parallèle lancé un chantier visant à réexaminer la stratégie de l'institution.

Il s'agira de redéfinir l'objectif d'inflation de la BCE jugé trop rigide. Mais aussi d'intégrer la lutte contre le changement climatique dans la politique monétaire, ce qui fait grincer des dents les banquiers centraux orthodoxes.

Mme Lagarde a pour l'heure "consacré plus de temps à la politique qu'à la politique monétaire", dit Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management, alors que des photos diffusées sur son compte Twitter la montrent en compagnie de décideurs.

Communication contrôlée

En Allemagne, la Française doit amadouer une opinion échaudée par politique menée par M. Draghi, accusée de ruiner les épargnants par ses taux d'intérêt très bas.

Logée depuis son arrivée dans une chambre d'hôtel, en attendant de trouver un logement, elle entend monter sa volonté de s'intégrer dans la vie locale francfortoise. Elle s'est ainsi montrée lors des vœux du maire.

Son entourage confie qu'elle fréquente l'opéra, qu'elle a été vue à une exposition Van Gogh en compagnie de son mari venu de Marseille, ou qu'elle aime marcher sur les rives du Main, la rivière traversant Francfort.

Christine Lagarde à Bruxelles le 13 décembre 2019
Christine Lagarde à Bruxelles le 13 décembre 2019 ( ARIS OIKONOMOU / AFP/Archives )

Au sein de la BCE, où se mélangent de nombreuses nationalités, elle déjeune parfois à la cantine du personnel ou se prend au jeu lors d'un ping-pong avec des salariés handicapés lors d'une manifestation sur la diversité, selon des images soigneusement relayées sur son compte Instagram.

Sa communication interne se veut aussi contrôlée. "Il est question de supprimer l'anonymat sur un forum intranet recueillant des commentaires du personnel" pour éviter les critiques trop saillantes, estime un employé de la BCE qui ne souhaite pas donner son nom.

"Si l'anonymat est levé, plus personne ne s'exprimera", regrette cette source.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2020

Après l'admission, le nombre total d'actions de la société est de 67.673.567.

Publié le 19/02/2020

Dans un contexte dégradé, Eramet pâtit d'une charge d'impôts de -227 ME, principalement liée aux impôts et taxes au Gabon (-147 ME)...

Publié le 19/02/2020

Dalet confirme un niveau record d'entrées en commandes. La société envisage un résultat opérationnel courant 2019 proche de l'équilibre sur son nouveau périmètre...

Publié le 19/02/2020

Gecina a réalisé en 2019 ou sécurisé à fin décembre, la cession d'actifs pour près de 1,2 MdE...

Publié le 19/02/2020

Au-delà des futurs espaces de "La Collective", l'opération intègre une centaine de logements, des commerces et des locaux d'activité...