En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.95 PTS
+0.00 %
5 156.50
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 123.52
+0.00 %
DAX PTS
11 715.03
-
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.00 %
1.149
-0.04 %

Chine, Russie et Iran en sommet sur fond de tensions avec les Etats-Unis

| AFP | 340 | Aucun vote sur cette news
Les présidents iranien Hassan Rohani (g) et russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre à l'occasion du sommet de l'OCS, le 9 juin 2018 à Qingdao, en Chine
Les présidents iranien Hassan Rohani (g) et russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre à l'occasion du sommet de l'OCS, le 9 juin 2018 à Qingdao, en Chine ( Alexander Zemlianichenko / POOL/AFP )

Un sommet réunissant les chefs d'Etat russe, iranien et chinois doit s'ouvrir samedi dans l'est de la Chine, à l'heure où s'avivent les tensions commerciales sino-américaines et où Téhéran cherche à jauger le soutien de Pékin et Moscou après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien.

L'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui outre Chine et Russie réunit plusieurs pays d'Asie centrale et du sud, tient ce week-end son sommet annuel dans la grande ville côtière de Qingdao.

Des véhicules blindés et d'importantes forces de sécurité quadrillaient samedi les rues de la cité portuaire, connue pour ses collines de pins et villas de style allemand. Les autorités ont évacué commerçants, résidents et touristes dans plusieurs quartiers, avant une céremonie officielle d'ouverture programmée tard dans la journée.

Aux côtés du président russe Vladimir Poutine et du chef d'Etat chinois Xi Jinping, un invité particulier participe à la rencontre: le président iranien Hassan Rohani. Même si la question du nucléaire iranien ne figure par à l'ordre du jour, ce dernier devrait avoir l'occasion d'évoquer le dossier avec ses homologues.

Moscou comme Pékin sont signataires, aux côtés des Etats-Unis, de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni, de l'accord de 2015 par lequel Téhéran acceptait de limiter ses activités nucléaires en échange d'un allègement des sanctions internationales.

Mais la décision du président américain Donald Trump de retirer Washington du traité ouvre la porte à de nouvelles sanctions contre l'Iran et les entreprises étrangères présentes dans le pays. Téhéran cherche désormais à s'assurer l'appui des autres signataires, et notamment de la Chine, grande consommatrice de pétrole iranien, afin de maintenir à flot son économie.

Iran : dates-clés depuis le retrait américain de l'accord nucléaire
Iran : dates-clés depuis le retrait américain de l'accord nucléaire ( Cecilia SANCHEZ / AFP )

Interrogée mercredi sur le plan de Téhéran d'augmenter ses capacités d'enrichissement d'uranium, la diplomatie chinoise s'est abstenue de toute critique, appelant simplement les parties concernées à "continuer d'appliquer l'accord" de 2015.

M. Rohani est le deuxième président iranien à assister à un sommet de l'Organisation de Shanghai, où l'Iran n'a qu'un statut d'observateur. L'OCS compte parmi ses membres quatre ex-républiques soviétiques d'Asie centrale (Ouzbékistan, Kazakhstan, Tadjikistan, Kirghizstan) et deux nouveaux membres: l'Inde et le Pakistan. Le Premier ministre indien Narendra Modi est également attendu à Qingdao.

La Chine devrait, de son côté, profiter du sommet pour pousser son grand projet d'infrastructures des "Nouvelles routes de la soie", à l'heure où le géant asiatique reste sous la menace de sanctions douanières américaines, prélude à une possible guerre commerciale.

Enfin, Moscou, comme Pékin, voit dans l'Organisation de Shanghai un moyen de faire pièce à l'influence des Etats-Unis et à l'Otan. Lancée en 2001 principalement pour résoudre des questions frontalières, l'OCS ne fait plus profil bas, a déclaré Vladimir Poutine cette semaine à la télévision chinoise CGTN.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

GenSight Biologics, société biopharmaceutique dédiée à la découverte et au développement de thérapies géniques innovantes pour le traitement des...

Publié le 18/10/2018

                                                                         18 octobre 2018   Signature…

Publié le 18/10/2018

Le chiffre d'affaires de Thales sur les 9 premiers mois de l'année 2018 s'établit à 10,873 MdsE, contre 10,236 MdsE sur les 9 premiers mois de 2017,...

Publié le 18/10/2018

bioMérieux, acteur mondial du diagnostic in vitro, communique aujourd'hui les informations trimestrielles relatives à son activité au 30 septembre...

Publié le 18/10/2018

BIC annonce avoir déposé une plainte en manquement auprès de la Commission Européenne pour défaut, par la France et l'Allemagne, de leur obligation de...