En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

"Chemise arrachée": Air France devant la justice pour "atteinte au droit de grève"

| AFP | 313 | Aucun vote sur cette news
Deux dirigeants d'Air France prennent la fuite, l'un torse nu, l'autre la chemise en lambeaux lors d'une manifestation devant le siège de la compagnie, le 5 octobre 2015
Deux dirigeants d'Air France prennent la fuite, l'un torse nu, l'autre la chemise en lambeaux lors d'une manifestation devant le siège de la compagnie, le 5 octobre 2015 ( KENZO TRIBOUILLARD / AFP )

L'épisode de la "chemise arrachée" qui avait traumatisé Air France revient vendredi devant la justice mais, cette fois, c'est la compagnie qui est visée, aux côtés de deux sociétés de sécurité, poursuivies par la CGT pour "immixtion dans un conflit social".

La CGT d'Air France, quatrième syndicat de l'entreprise, a appelé à un rassemblement devant le tribunal de Bobigny à 9H30, avant l'audience qui se tiendra à 10H15.

Le 5 octobre 2015, une manifestation devant le siège de la compagnie à Roissy avait dégénéré quand des grévistes avaient envahi la salle où venait d'être annoncé en Comité central d'entreprise (CCE) un plan de restructuration menaçant des milliers d'emplois.

Les images de deux dirigeants d'Air France fuyant, l'un torse nu, l'autre la chemise en lambeaux, la colère des manifestants, avaient alors fait le tour du monde.

Jugés pour les violences commises ce jour-là, trois anciens salariés ont été condamnés en novembre 2016 à des peines de prison avec sursis et deux relaxés. Ils seront jugés en appel à Paris en mars, ainsi que l'un des deux relaxés. Ce sont ces quatre-là qui ont assigné, avec la CGT, leur ancien employeur devant le tribunal correctionnel de Bobigny. Poursuivie pour "complicité d'immixtion dans un conflit social", l'entreprise comparaîtra aux côtés des sociétés privées Lancry Protection Sécurité et International Security network division protection, ainsi que six de leurs agents.

"Air France dénonce fermement l'artifice qui consiste à transformer les victimes en prévenus et les prévenus en victimes", a réagi la compagnie dans un communiqué à l'AFP. Elle rappelle que la manifestation avait été autorisée "exclusivement" devant le siège et que c'est l'envahissement du CCE qui a précipité l'intervention des vigiles, permettant ainsi d'éviter "le pire".

En outre, ces derniers avaient été recrutés uniquement dans le but d'assurer "la protection rapprochée" des dirigeants, au vu de "l'ambiance tendue" au sein de la compagnie. Ainsi, "ce n'est pas la société de sécurité qui s'est immiscée dans le conflit, mais la manifestation qui est entrée par effraction dans le siège d'Air France", fait-elle valoir.

Mais pour Me Lilia Mhissen, qui représente la CGT et deux ex-salariés, ces entreprises avaient clairement "pour mission d'empêcher le rassemblement" sur le parvis et de bloquer les accès au siège. Et ce faisant, Air France a "porté atteinte au droit de grève", a-t-elle ajouté.

"La loi est claire sur le sujet: une direction d'entreprise n'a pas le droit de faire appel à des sociétés de sécurité pour s'immiscer dans un mouvement de grève. C'est pourtant ce qui s'est passé le 5 octobre 2015", a indiqué de son côté la CGT d'Air France, pour qui cette décision a contribué au "climat de tension".

Ce procès "engage la question de l'exercice du droit syndical, du droit de grève et de la légalité d'un piquet de grève", a ajouté la CGT, appelant dans un communiqué "l'ensemble des salariés et des organisations syndicales du pays" à soutenir son action devant le TGI de Bobigny.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…