En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 096.46 PTS
+0.03 %
5 097.00
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 082.94
+0.24 %
DAX PTS
11 627.20
+0.11 %
Dowjones PTS
25 250.55
-0.35 %
7 068.67
+0.00 %
1.157
-0.09 %

Ceta: les éleveurs, très déçus, en appellent aux parlementaires

| AFP | 283 | Aucun vote sur cette news
Dominique Langlois, président d'Interbev (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes), le février 2013 à Paris
Dominique Langlois, président d'Interbev (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes), le février 2013 à Paris ( PIERRE VERDY / AFP/Archives )

Les éleveurs bovins français, très déçus par les annonces gouvernementales concernant la mise en place du Ceta (accord commercial entre l'UE et le Canada), comptent désormais en appeler aux parlementaires pour voter contre la ratification du traité, a indiqué mercredi leur président Dominique Langlois.

"C'est une très grande déception. La réponse n'est absolument pas à la hauteur du problème et de la gravité de la situation", a réagi M. Langlois, président d'Interbev (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes), dans la foulée des annonces du gouvernement.

Celles-ci prévoient notamment un suivi des impacts du traité sur l'élevage, mais aussi un renforcement des contrôles menés au sein de l'Union européenne (UE) sur les produits interdits en Europe, ou encore un recours plus systématique aux étiquetages précisant l'origine et le mode de production des produits alimentaires.

"On ne répond pas du tout aux questions et aux problématiques qui ont été relevées par la commission d'experts qui avait été missionnée par le président de la République (Emmanuel Macron), qui a mis en lumière les risques qu'il y avait à importer ces viandes canadiennes", a poursuivi M. Langlois, dont l'interprofession réclamait une renégociation pure et simple du Ceta.

"On ne comprend pas qu'on puisse prendre une telle position en plein états généraux (de l'Alimentation), où on nous demande de sauvegarder la souveraineté alimentaire française, c'est-à-dire d'avoir une agriculture et des produits qui soient pour les citoyens sains, une agriculture saine, durable, et respectueuse de l'environnement et de l'autre côté accepter des viandes qui sont produites dans des conditions qui ne respectent aucun de ces critères, à savoir la santé, l'environnement, le bien-être animal", a-t-il ajouté.

"La seule réponse, c'est de demander aux parlementaires de voter non à la ratification de ce traité, pour qu'il soit renégocié en excluant à la viande bovine", a conclu M. Langlois.

"On est déçu parce qu'on sent qu'il y a une volonté de faire passer cet accord un peu en force de la part du gouvernement", a estimé pour sa part Bruno Dufayet, président de la Fédération nationale bovine (FNB, branche de la FNSEA).

Dénonçant de "grandes annonces très creuses", il estime que "l'Etat a conscience qu'on va vers une catastrophe pour la viande bovine": "on fait ce constat-là, quand on regarde les mesures, et dans le deuxième temps on demande aux députés de ratifier l'accord", fustige-t-il, dénonçant une "incohérence politique" et une volonté de "calmer la fronde", y compris au sein de La République en Marche (LREM).

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

D'un point de vue graphique, le titre repart à la hausse après avoir stoppé sa correction sur la zone de support majeure des 105 euros. Du côté des indicateurs techniques, le RSI journalier est…

Publié le 16/10/2018

Par courrier reçu le 15 octobre 2018 par l'AMF, la société Schroders Investment Management Limited (Londres, Royaume-Uni), agissant pour le compte de...

Publié le 16/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/10/2018

Anne Marion-Bouchacourt a été nommée Responsable Pays pour le groupe en Suisse et Directrice générale de SG Zurich, remplaçant Hugues de La Marnierre dans ces fonctions. Sa nomination est…

Publié le 16/10/2018

La compagnie américaine de location d'avions NetJets a annoncé hier la signature d’une option d’achat portant sur 150 avions d'affaires « Cessna Citation Hemisphere » auprès de l’américain…