En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 477.50
+0.69 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 727.68
+0.27 %
7 535.96
-0.44 %
1.175
-0.24 %

Ceta: la filière bovine veut une renégociation pour éviter une "menace sans précédent"

| AFP | 591 | Aucun vote sur cette news
Traite d'une vache normande au Space (salon international de l'élevage), le 12 septembre 2017 à Saint-Jacques-de-la-Lande près de Rennes
Traite d'une vache normande au Space (salon international de l'élevage), le 12 septembre 2017 à Saint-Jacques-de-la-Lande près de Rennes ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

Les professionnels français de la filière viande bovine, estiment que seule une "renégociation" de l'accord commercial Ceta entre l'UE et le Canada peut leur permettre d'éviter la "menace sans précédent" que cet accord fait peser sur leur activité.

"Malheureusement le CETA a été négocié en toute opacité" indique le président de l'interprofession de la viande de boeuf Interbev, Dominique Langlois, dans une lettre adressée aux 18 députés LREM qui ont adressé la semaine dernière au Premier ministre une trentaine de propositions d'encadrement de l'application du traité, notamment concernant l'importation de viande.

"Comme vous, nous sommes favorables à un accord équilibré (...) malheureusement l'ouverture du marché européen aux viandes bovines canadiennes, prévues dans le cadre du Ceta, n'a rien de raisonnée" indique la lettre, dont l'AFP a obtenu copie.

"Comme vous, pour mieux protéger nos emplois, mais aussi nos consommateurs et notre +modèle de production+ nous souhaitons renforcer nos conditions d'importation sur le plan sanitaire, environnemental, et du bien-être animal en vue, notamment, des futurs accords aux dangers décuplés déjà ou prochainement négociés par Bruxelles (Mercosur, Mexique, Australie, Nouvelle-Zélande..).. Malheureusement cela sera impossible.. à moins de renégocier le Ceta" estime M. Langlois.

Une renégociation est "nécessaire" pour "préserver l'élevage bovin français", ajoute la missive.

La lettre a été envoyée en copie à plusieurs membres du gouvernement, dont le Premier ministre Edouard Philippe.

Le conseil des ministres doit adopter mercredi le plan de mise en oeuvre du Ceta.

Le 11 octobre, le Président de la République Emmanuel Macron avait assuré que le traité de libre échange, entré en application provisoire depuis le 21 septembre, respecterait les normes européennes de santé et d'environnement.

Mais 18 députés LREM ont demandé depuis des mesures concernant l'importation de viande, un des volets qui suscite le plus d'inquiétude tant sur le volet sanitaire (règles canadiennes plus souples sur l'usage d'antibiotiques ou d'accélérateurs de croissance) qu'économiques, avec une concurrence accrue pour des éleveurs français déjà en difficulté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…