5 340.45 PTS
+0.00 %
5 340.50
+0.11 %
SBF 120 PTS
4 251.42
+0.00 %
DAX PTS
13 058.66
-
Dowjones PTS
23 430.33
+0.31 %
6 308.61
+0.00 %
Nikkei PTS
22 416.48
+0.70 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Cessions de participations publiques: les grandes manoeuvres ont commencé

| AFP | 479 | 4 par 1 internautes
Avec la vente de 4,5% du capital du groupe énergétique Engie (ex-GDF Suez), l'Etat français a entamé, comme annoncé cet été, son plan de cession de certaines participations
Avec la vente de 4,5% du capital du groupe énergétique Engie (ex-GDF Suez), l'Etat français a entamé, comme annoncé cet été, son plan de cession de certaines participations ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

En cédant pour 1,53 milliard d'euros du capital du groupe Engie, l'Etat a engagé le vaste mouvement de cessions de participations publiques prévu pour financer l'innovation. Une démarche qui suscite des convoitises mais aussi des interrogations dans les milieux économiques.

Dix milliards d'euros: c'est le montant que le gouvernement a prévu de récupérer en vendant une partie des actions qu'il détient dans les grandes entreprises françaises, une somme qui doit en principe être injectée dans un fonds destiné à financer l'innovation, promis par Emmanuel Macron pendant la campagne.

Ces cessions permettront "au contribuable de savoir que son argent est placé pour le futur et non pas pour le passé", a assuré le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, en confirmant fin août, sans précision sur les entreprises concernées, que les grandes manoeuvres débuteraient "dans les prochaines semaines".

C'est finalement Engie (ex-GDF Suez) qui a ouvert le bal, dès mardi. Selon l'Agence des participations de l'Etat (APE), chargée de gérer le portefeuille public, 4,5% du capital du groupe énergétique a ainsi été cédé, pour un montant de 1,53 milliard d'euros.

Une opération opportune? "L'action d'Engie a valu beaucoup plus, ce n'était pas forcément le bon moment de vendre", estime Christian Saint-Etienne, professeur à Paris-Dauphine, interrogé par l'AFP. "On assiste à une vente dans l'urgence des bijoux de famille", regrette-t-il.

"L'Etat a décidé qu'il avait besoin de 10 milliards d'euros pour lancer son plan start-up, il faut bien les trouver", nuance de son côté auprès de l'AFP, Elie Cohen, économiste au CNRS, pour qui, dans ce contexte, la vente partielle d'Engie est "logique".

l'Etat détient désormais 24,1% du capital d'Engie et 27,6% des droits de vote
l'Etat détient désormais 24,1% du capital d'Engie et 27,6% des droits de vote ( / AFP )

Après cette opération, l'Etat détient désormais 24,1% du capital d'Engie et 27,6% des droits de vote, ce qui inquiète les syndicats, même si l'Etat reste l'actionnaire de référence du groupe.

La loi oblige l'Etat à détenir au moins un tiers des droits de vote ou du capital d'Engie, avec une dérogation possible pendant deux ans.

Pour revenir à ce niveau, l'Etat pourra compter notamment sur le système des droits de vote double accordés aux actionnaires qui détiennent des actions depuis une période assez longue, un système instauré par la loi Florange de 2014.

- 'Un peu nébuleux' -

Quelles seront les prochaines entreprises cédées par l'Etat ? Plusieurs noms reviennent avec insistance, comme Renault, où l'Etat est monté au capital en 2015 en promettant de revendre ses titres ou Orange, au capital duquel l'Etat n'a pas "vocation" à rester "de manière pérenne", selon Emmanuel Macron.

Aéroports de Paris (ADP), en pleine forme financière et convoité notamment par le groupe Vinci, pourrait aussi être ciblé, tout comme la Française des jeux (FDJ), dont l'Etat possède 72% et dont la possible privatisation suscite de fortes attentes chez les investisseurs, selon plusieurs banquiers d'affaires.

"Les cessions seront réalisées en fonction des conditions de marché" et "en tenant compte de l'intérêt de l'Etat et des entreprises concernées", prévient l'APE, présente au capital de 81 entreprises, et dont les participations pèsent actuellement près de 100 milliards d'euros.

Le Premier ministre Edouard Philippe à Chalons-en-Champagne, le 1er septembre 2017
Le Premier ministre Edouard Philippe à Chalons-en-Champagne, le 1er septembre 2017 ( François NASCIMBENI / AFP )

Pour l'Etat, l'enjeu principal consiste à trouver un point d'équilibre entre opérations rémunératrices et préservation de ses intérêts stratégiques pour éviter de fragiliser certains fleurons tricolores en les mettant à la merci de groupes considérés comme des "prédateurs".

"L'Etat reste colbertiste et a du mal à voir les bijoux de famille sortir de son giron pour entrer dans celui d'entreprises étrangères", juge Philippe Waechter, économiste chez Natixis AM, pour qui la création d'un fonds pour l'innovation alimenté par des cessions "a du sens dans un contexte budgétaire contraint".

Reste que les contours du fonds de 10 milliards d'euros et le calendrier prévu pour les cessions, sont encore flous. "On ne sait pas quelle forme le fonds va prendre, ni qui le gèrera", confie à l'AFP un haut fonctionnaire, qui assure que le futur dispositif est encore "un peu nébuleux pour tout le monde".

L'entourage de Bruno Le Maire assure de son côté que sa mise en place devrait se faire "dans le mois", le temps de régler quelques points juridiques. En attendant, les gains des cessions comme celle d'Engie hier sont placés dans un compte d'affectation spéciale.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

L’ambiance à la Bourse de Paris est restée positive malgré le blocage politique en Allemagne (DAX + 0,49 % à 12.926,13).

Publié le 21/11/2017

Les dirigeantes allemand et britannique ont un agenda chargé cette semaine. Les marchés, eux, tentent un rebond...

Publié le 21/11/2017

ArcelorMittal a obtenu hier un relèvement à "positive" de la perspective de crédit que lui attribue S&P. Sa note a été maintenue à BB+. L'agence de notation prend acte de l'amélioration…

Publié le 21/11/2017

Noxxon a procédé à l'émission d'une troisième tranche d'ODIRNANE (Obligations à Durée Indéterminée à option de Remboursement en Numéraire et/ou en...

Publié le 21/11/2017

Witbe, leader sur le marché du monitoring de la qualité d’expérience (QoE) et de l’automatisation de tests, et Divitel, intégrateur indépendant de systèmes spécialisé dans la vidéo et la…

CONTENUS SPONSORISÉS