En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Catalogne: Madrid évalue à un milliard d'euros le coût de la crise

| AFP | 327 | Aucun vote sur cette news
Le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, le 7 novembre 2017 à Bruxelles
Le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, le 7 novembre 2017 à Bruxelles ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, a évalué lundi à "un milliard" d'euros le coût économique de "la crise de l'indépendantisme" en Catalogne, du fait du ralentissement de la croissance dans la région.

Le ministre a estimé que le ralentissement de la croissance dans la région au quatrième trimestre de 2017 "a pu parfaitement coûter déjà environ un milliard d'euros", dans un entretien accordé à la radio Cadena Ser.

"La Catalogne avait une croissance au-dessus de celle de l'Espagne, c'est un des moteurs fondamentaux de la reprise espagnole, cependant au quatrième trimestre, c'est devenu un fardeau", a-t-il soutenu.

Le ministre a attribué ce ralentissement de la croissance dans la région qui fournit 19% du PIB espagnol à "l'énorme incertitude, inquiétude et perte de confiance générées par les décisions du précédent gouvernement" régional de l'indépendantiste Carles Puigdemont.

Les trois partis séparatistes avaient voté en septembre 2017 des lois de "déconnexion" avec l'Espagne, organisé un référendum d'autodétermination interdit le 1er octobre - marqué par des violences policières - et proclamé unilatéralement l'indépendance d'une "République catalane" le 27 octobre. La Catalogne avait alors été placée sous administration directe par Madrid.

Aux élections régionales du 21 décembre, les partis indépendantistes ont retrouvé leur majorité en sièges au Parlement catalan et devraient pouvoir former un gouvernement.

Mais le président catalan destitué par Madrid, Carles Puigdemont, reste actuellement à Bruxelles pour échapper aux poursuites judiciaires et l'ex-vice-président Oriol Junqueras est en détention provisoire pour "sédition", "rébellion" et "détournements de fonds publics".

M. de Guindos a souhaité que le nouveau gouvernement catalan "soit conscient des coûts que génère cette politique" indépendantiste et "abandonne la voie unilatérale" à laquelle s'opposent, a-t-il insisté, "toute l'Europe et la communauté internationale".

Il a assuré que 2018 allait être "une bonne année" pour son pays. Pour 2018, la banque centrale table sur 2,4% de hausse du PIB. Cette prévision avait été légèrement abaissée mi-décembre par rapport aux 2,5% espérés auparavant, en raison de "l'augmentation de l'incertitude associée à la situation en Catalogne", avait alors expliqué la Banque d'Espagne.

Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy est cependant toujours dans l'attente de l'adoption du budget de l'Etat pour 2018, qui ne peut être approuvé qu'avec les voix des députés du Parti nationaliste basque (PNV).

Mais alors qu'ils avaient soutenu M. Rajoy l'an dernier, ces députés basques refusent de voter ce budget notamment tant que la Catalogne restera sous la tutelle de Madrid imposée après la proclamation d'indépendance.

M. de Guindos s'est dit convaincu qu'"une fois qu'il y aura un nouveau gouvernement en Catalogne, le PNV sera disposé" à voter le budget.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…