En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 618.77 PTS
+0.93 %
5 610.50
+0.80 %
SBF 120 PTS
4 428.03
+0.86 %
DAX PTS
12 485.92
+1.60 %
Dowjones PTS
27 171.90
+0.07 %
7 905.12
+0.00 %
1.118
-0.23 %

Carrefour des maux du Mali, Ménaka bataille pour son développement

| AFP | 437 | 3 par 1 internautes
Des soldats français patrouillent dans les rues de Ménaka, au Mali, le 27 juin 2019.
Des soldats français patrouillent dans les rues de Ménaka, au Mali, le 27 juin 2019. ( Marie WOLFROM / AFP )

C'est une sorte de Far-Est, où tout est à rebâtir en faisant fi de l'abandon et des hommes en armes. A Ménaka, ville poussiéreuse perdue dans le désert du Nord-Est malien, bailleurs et ONG se battent pied à pied pour rétablir un quotidien bouleversé par sept ans de crise.

Truelle en main, le gouverneur en uniforme et le maire en boubou jaune ceint d'une écharpe tricolore posent en cette fin juin une symbolique première pierre. Vétuste et étriqué, le marché de la ville va être rebâti, équipé d'un point d'eau et de latrines, et même électrifié.

"Ça nous fait plaisir que le marché évolue, parce qu'il n'y a pas assez de place pour tout le monde", approuve Issa Maïga, un commerçant de 54 ans, un oeil sur la cérémonie officielle, l'autre sur son étal de patates douces et d'oignons.

Sous le soleil écrasant, la ville, proche de la frontière nigérienne, semble fondue dans le désert. De l'étendue ocre rouge émergent des maisons de torchis, égayées de volets vert d'eau ou de terrasses dentelées. Nichés dans les acacias, des lambeaux de plastique noir prennent des airs de corbeaux.

Le gouverneur de Ménaka, au Mali, s'adresse à des journalistes sur le marché de la ville, le 27 juin 2019.
Le gouverneur de Ménaka, au Mali, s'adresse à des journalistes sur le marché de la ville, le 27 juin 2019. ( Marie WOLFROM / AFP )

"C'est bien de commencer par là, car le marché c'est le coeur de la ville", où s'échangent marchandises et nouvelles, observe le gouverneur, Daouda Maïga. D'autres chantiers doivent suivre dans la région: un abattoir et un marché à bétail - très attendus par des habitants qui vivent à 80% de l'élevage -, des centres de santé, des adductions d'eau.

Etat absent

Ces projets sont financés par l'Agence française de développement (AFD), qui concentre ses dons à l'Afrique notamment sur la bande sahélienne, de la Mauritanie au Tchad, avec un effort tout particulier pour le Mali. Parmi les autres acteurs européens, l'UE et l'agence de coopération allemande sont également très présentes dans la région.

"Dans les zones dégradées du Sahel, l'Etat est bien souvent absent ou fragilisé", explique Philippe Chedanne, directeur régional de l'AFD pour le Sahel, "on essaye de faciliter le financement et la mise en oeuvre d'activités simples et rapides, qui correspondent aux besoins des populations". Avec un objectif clé: empêcher les jihadistes de regagner le terrain repris par les militaires.

A Ménaka, située à 1.500 kilomètres de la capitale et longtemps délaissée par le pouvoir central, les besoins sont énormes. Sous l'afflux des déplacés, la population de la ville, devenue en 2016 capitale d'une des deux nouvelles régions administratives du Nord, a gonflé à quelque 30.000 habitants.

Mali
Mali ( / AFP )

Mais la tâche est ardue pour les ONG chargées de conduire ces projets dans une région minée par l'insécurité. Seul du personnel local peut y travailler et les rares visites de bailleurs ou de journalistes étrangers se font sous stricte escorte militaire.

"La semaine dernière, il y a eu un mort toutes les nuits et plusieurs cambriolages. Tous les axes pour quitter Ménaka sont très dangereux, avec des coupeurs de route partout. Ils prennent tout, sinon ils tuent", déplore Mohamed Agali, chargé de projets de développement auprès des autorités transitoires régionales.

L'unique ambulance du seul hôpital de la région est garée tous les soirs dans l'enceinte du gouvernorat pour décourager les braqueurs, qui ont déjà volé la quasi totalité des motos du personnel de santé, rapporte un autre responsable régional.

Les fonctionnaires, rares salariés, sont des cibles de choix. Du coup, la plupart des enseignants ont quitté la région, plus de la moitié des écoles sont fermées.

"Trop d'armes"

Un juge a été nommé mais refuse pour l'instant de s'installer à Ménaka, inquiet pour sa sécurité. Policiers et gendarmes sont moins d'une cinquantaine, réduits à une quasi-impuissance. Pour être jugés et emprisonnés, les délinquants doivent être emmenés à Gao, à plus de 300 kilomètres.

Commerçants et clients au marché de Ménaka, au Mali, le 27 juin 2019.
Commerçants et clients au marché de Ménaka, au Mali, le 27 juin 2019. ( Marie WOLFROM / AFP )

"Il y a trop d'armes, même au marché les gens sont armés", soupire Bachar al-Moustafa, étendu sur une natte derrière un gros sac de tabac à chiquer qu'il vendait en cachette du temps de la mainmise jihadiste sur le Nord en 2012.

"Ce sont nos fils qui font du banditisme. La racine de tout ça, c'est le chômage", estime Adizatou Anaby, présidente de la CAFO (Coordination des associations de femmes et d'ONG) de Ménaka.

La ville est un concentré des maux du Mali. Tombée avec le reste du Nord sous la coupe d'une coalition entre la rébellion touareg et des groupes jihadistes, qui ont rapidement évincé les rebelles, elle a plusieurs fois changé de mains après l'intervention française de 2013.

Signataires d'un accord de paix en 2015 avec le gouvernement, ex-rebelles et groupes pro-Bamako s'en sont disputé le contrôle à plusieurs reprises. En raison des retards persistants dans l'application de l'accord qui prévoit leur intégration dans l'armée malienne ou leur démobilisation, leurs combattants attendent, l'arme au pied.

Et les tensions intra et inter-communautaires sont légion. Interrompant une réunion au gouvernorat, des hommes en colère lancent non loin de là quelques rafales d'avertissement, faisant bondir les forces de sécurité.

"Le désarmement c'est le noeud gordien", insiste le gouverneur, "pour arriver à une paix, il faut que les armes se taisent".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2019

Les marchés actions sont bien orientés, soutenus par des espoirs de dégel des négociations commerciales sino-américaines. Donald Trump a rencontré hier plusieurs patrons des grandes firmes…

Publié le 23/07/2019

PSA Groupe publiera ses comptes semestriels demain et Renault vendredi

Publié le 23/07/2019

Le groupe minier BHP a annoncé un programme d'investissement quinquennal de 400 millions de dollars (soit 356 millions d’euros) en faveur du climat pour déployer des technologies visant à…

Publié le 23/07/2019

En tête du CAC40, PSA Groupe grimpe de 3,4% à 22,7 euros en fin de matinée à Paris, dopé par la publication rassurante de Faurecia...

Publié le 23/07/2019

Après Plastic Omnium vendredi, c’est au tour de Faurecia de montrer sa résistance dans un marché automobile difficile à l’occasion de ses résultats du premier semestre 2019.…