En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Carlos Ghosn restera en prison jusqu'au 14 avril au moins

| AFP | 374 | 5 par 1 internautes
Carlos Ghosn, à bord d'une voiture, à la sortie des bureaux de son avocat, le 3 avril 2019 à Tokyo
Carlos Ghosn, à bord d'une voiture, à la sortie des bureaux de son avocat, le 3 avril 2019 à Tokyo ( Kazuhiro NOGI / AFP )

Arrêté un mois après sa remise en liberté, Carlos Ghosn restera en garde à vue au Japon jusqu'au 14 avril au moins pour répondre à de nouveaux soupçons de malversations financières.

Le tribunal de Tokyo a approuvé vendredi la requête du parquet, qui invoque un "risque d'altération des preuves" pour justifier le maintien en détention de l'ancien PDG de Renault-Nissan. Ses avocats ont fait appel mais n'ont pas obtenu gain de cause.

La conférence de presse, qui avait été annoncée sur Twitter pour le 11 avril, se trouve donc de facto annulée.

Dans une déclaration préparée avant l'interpellation éventée par des médias japonais, M. Ghosn s'était dit une nouvelle fois "innocent", fustigeant une arrestation "révoltante et arbitraire".

Il a été arrêté jeudi au petit matin à son domicile de Tokyo, où il se trouvait "en liberté très surveillée", selon ses termes, depuis sa sortie de prison début mars moyennant le paiement d'une caution d'un milliard de yens (8 millions d'euros).

Le Franco-Libano-Brésilien, âgé de 65 ans, est revenu au centre de détention de Kosuge (nord de la capitale), où il a déjà passé 108 jours.

Accusations "plus graves"

L'avocat de Carlos Ghosn, Junichiro Hironaka, donne une conférence de presse à Tokyo, le 4 avril 2019
L'avocat de Carlos Ghosn, Junichiro Hironaka, donne une conférence de presse à Tokyo, le 4 avril 2019 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP )

Cette fois, le parquet le soupçonne d'avoir transféré des fonds de Nissan à une société "de facto contrôlée par lui", via un distributeur de véhicules du constructeur japonais à l'étranger. Il s'agit du sultanat d'Oman, selon une source proche du dossier.

Sur les 15 millions versés au total au distributeur, 5 millions ont été détournés, a précisé le bureau des procureurs dans un communiqué. "Le suspect a trahi sa fonction (de patron de Nissan) pour en tirer des bénéfices personnels", a-t-il estimé.

Carlos Ghosn est déjà sous le coup de trois inculpations: deux pour déclarations inexactes de revenus sur les années 2010 à 2018, dans des documents remis par Nissan aux autorités financières, et une pour abus de confiance. Il est notamment accusé d'avoir tenté de faire couvrir par la compagnie des pertes sur des investissements personnels lors de la crise économique de 2008.

Mais ces nouvelles charges apparaissent "plus graves", selon Stephen Givens, un avocat américain exerçant au Japon depuis 1987.

"Si c'est vrai, il a volé la compagnie, détourné des fonds, c'est terrible", a-t-il dit à l'AFP. "C'est très différent des précédentes accusations qui pouvaient sembler mineures et techniques".

Les étapes de l'arrestation et des accusations contre Carlos Ghosn
Les étapes de l'arrestation et des accusations contre Carlos Ghosn ( Gal ROMA / AFP )

Pour autant, ces nouvelles poursuites ne justifiaient pas, selon cet expert, que M. Ghosn soit renvoyé en prison.

"C'est contre l'esprit de la loi ou de ce que la loi prévoit, et c'est un acte qui ne doit pas arriver", s'était insurgé jeudi son avocat Me Junichiro Hinoraka, promettant d'utiliser tous les recours possibles pour obtenir sa remise en liberté.

"Acharnement"

Le ministre de la Justice, ancien procureur lui-même, a défendu le traitement par le parquet de cette affaire.

"C'est géré de manière appropriée, conformément au code de procédure pénale. Les critiques ne sont donc pas justifiées", a-t-il déclaré à la presse.

Avant de retourner en prison, M. Ghosn, "combatif", a dénoncé "un acharnement" et fait "appel au gouvernement français", dans une interview aux chaînes françaises TF1/LCI.

"La façon dont tout cela s'est passé montre clairement qu'il y a une conspiration", initiée par une "toute petite équipe d'intrigants qui se trouvent aujourd'hui à la tête de Nissan", a-t-il lancé, avant de se faire menaçant: "J'ai des noms".

"J'ai des doutes sur la façon dont le jugement va se dérouler", ajoute-t-il, évoquant un système "draconien" et de "difficiles" conditions de détention - "pas de montre, lumière allumée la nuit, pas de contact avec la famille" pendant la garde à vue - même si "les Japonais qui managent ce système sont tout à fait corrects".

"Je ne souhaite pas ce que je subis à mon pire ennemi", conclut-il.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…