En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 877.32 PTS
+0.76 %
4 878.50
+0.85 %
SBF 120 PTS
3 889.40
+0.78 %
DAX PTS
11 139.04
+0.61 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.00 %
1.135
-0.29 %

Carburants: le blocus des agriculteurs continue, nouvelles discussions mardi soir

| AFP | 373 | Aucun vote sur cette news
Drapeau de la FNSEA sur le site bloqué de la raffinerie de Vatry dans la Marne le 11 juin 2018
Drapeau de la FNSEA sur le site bloqué de la raffinerie de Vatry dans la Marne le 11 juin 2018 ( FRANCOIS NASCIMBENI / AFP )

Le blocus de raffineries et dépôts de carburant par les agriculteurs va continuer, faute d'accord avec le ministère de l'Agriculture, a annoncé mardi la présidente de la FNSEA, mais le dialogue devait se poursuivre dans la soirée.

"Nous n'avons pas conclu. La négociation n'est pas terminée, nous nous revoyons en toute fin de journée", a souligné Christiane Lambert à l'issue de deux heures et demie de discussions entre le cabinet du ministre Stéphane Travert et les organisations syndicales, FNSEA et Jeunes Agriculteurs.

"Nous demandons une parole publique plus claire pour défendre l'agriculture. Quand 3.000 agriculteurs descendent dans la rue bloquer 18 sites c'est que quelque chose ne va pas", a ajouté la patronne de la FNSEA.

Les deux organisations agricoles ont lancé dès dimanche soir un mouvement de blocage pour protester contre l'importation de produits agricoles, et plus particulièrement l'huile de palme, ne respectant pas, selon eux, les normes françaises et européennes.

Mardi après-midi, 18 raffineries et dépôts de carburant étaient bloqués en France, avec le blocage d'un dépôt supplémentaire à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire).

"On attend de savoir ce qu'il va ressortir de la réunion entre le ministre et notre présidente nationale. Ce qui est sûr c'est que l'on va rester encore au moins cette nuit et la journée de demain", a indiqué le président de la FNSEA de l'Eure, Fabrice Moulard, qui bloquait la raffinerie de Gonfreville-l'Orcher avec une quarantaine d'agriculteurs et quelques tracteurs.

"150 à 200 agriculteurs sont prévus demain (mercredi) pour continuer le blocage" de la raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique), a assuré Jean-Paul Goutines, directeur de la FRSEA Pays de la Loire, qui a salué "une bonne mobilisation, supérieure à ce que l'on escomptait. Ce qui veut dire qu'il y a une capacité à poursuivre, au-delà de demain si nécessaire".

- "Compétitivité en panne" -

blocage de la raffinerie de Vatry dans la Marne le 11 juin 2018
blocage de la raffinerie de Vatry dans la Marne le 11 juin 2018 ( FRANCOIS NASCIMBENI / AFP )

La FNSEA demande au gouvernement de légiférer pour interdire les importations qui ne répondent aux normes françaises, "des engagements sur le coût du travail" et les cotisations sociales, "des études sociales et économiques" avant la mise en place de toute nouvelle norme, et des réponses concrètes sur l'accompagnement financier des plans de filière par le gouvernement.

Pour Mme Lambert, "les Etats généraux de l'alimentation ont soutenu la montée en gamme de l'agriculture, mais la compétitivité est en panne" et le secteur craint l'arrivée de produits "qui trompent les consommateurs".

FNSEA et JA dénoncent "les contradictions" du gouvernement qui incite les agriculteurs français à monter en gamme tout en concluant des accords de commerce international qui provoquent des distorsions de concurrence.

Le symbole de ces "incohérences", selon ces organisations, a été l'autorisation donnée à Total d'importer jusqu'à 300.000 tonnes par an d'huile de palme pour alimenter sa bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône).

"A la Mède, pour sauver 250 emplois on met 100.000 producteurs (français de colza) en difficulté et on va perdre des tourteaux pour l'alimentation animale", a encore ajouté Mme Lambert.

Les deux syndicats assurent que l'agriculture française peut fournir davantage d'huile de tournesol ou de colza à cette usine que les 50.000 tonnes promises, mais à un prix supérieur à celui de l'oléagineux importé d'Asie du Sud-est.

Interrogé à l'Assemblée par le député LR Christian Jacob, le Premier ministre Edouard Philippe a défendu la décision de l'Etat d'autoriser Total à importer de l'huile de palme pour approvisionner la raffinerie de la Mède.

"Nous ne dévierons pas d'une voie qui est claire: nous défendons les intérêts des filières agricoles. Nous faisons en sorte que l'ouverture des marchés soit respectueuse des intérêts de l'ensemble des filières agricoles", a-t-il ajouté.

Lundi, Total s'était voulu rassurant quant à l'approvisionnement des stations-service, appelant ses clients à "conserver leurs habitudes de consommation de carburant".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE Clermont-Ferrand, le 24 janvier 2019       COMPAGNIE GÉNÉRALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN     Jean-Dominique Senard devient Président de Renault et…

Publié le 24/01/2019

STMicroelectronics (+9,16% à 13,645 euros) domine aisément l’indice CAC 40 à la faveur de perspectives 2019 rassurantes. Le fabricant de semi-conducteurs anticipe en effet une accélération de…

Publié le 24/01/2019

Eurazeo annonce céder à AXA sa participation de 22 % au capital de Capzanine, société de gestion européenne indépendante spécialisée dans l’investissement privé. Cette transaction…

Publié le 24/01/2019

Tikehau Capital, groupe de gestion d’actifs alternatifs et d’investissement, a annoncé la cession de sa participation au capital de Spie batignolles, acteur majeur dans les métiers du bâtiment,…