5 275.95 PTS
-0.49 %
5 282.0
-0.34 %
SBF 120 PTS
4 232.08
-0.45 %
DAX PTS
12 382.55
-0.71 %
Dowjones PTS
24 797.78
-0.67 %
6 759.26
+0.00 %
Nikkei PTS
21 736.44
-1.07 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Capgemini optimiste, malgré l'euro plus fort

| AFP | 176 | Aucun vote sur cette news
Logo Capgemini au siège du groupe le 27 avril 2015
Logo Capgemini au siège du groupe le 27 avril 2015 ( KENZO TRIBOUILLARD / AFP/Archives )

Le groupe français de services informatiques Capgemini a publié mercredi une modeste hausse de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, mais reste encouragé par le réveil de l'Amérique du nord et le dynamisme de l'Europe continentale.

Le chiffre d'affaires est en hausse de 0,9% à 3,046 milliards d'euros. Capgemini commence à bien sentir l'appréciation de la devise européenne et la progression est plus importante à taux de change constants: +3,4%.

"La dynamique de la première partie de l'année s'est accélérée au troisième trimestre, notamment en Amérique du nord", a résumé le PDG, Paul Hermelin, à des journalistes.

Le redressement dans cette région, la première du groupe avec 31% de ses revenus, "était une priorité de l'année", avec un objectif de croissance du chiffre d'affaires "proche de 5%" à taux de change constant à la fin de l'année, a rappelé M. Hermelin. "Nous sommes en avance sur ce tableau de marche puisque nous réalisons au troisième trimestre une progression de 6,9%".

En France (21% du chiffre d'affaires), la progression est de 4,7%, portée par les services financiers, les biens de consommation et la distribution, tandis qu'elle atteint 6,8% dans le reste de l'Europe continentale (27% du chiffre d'affaires), soutenue par l'Allemagne, l'Italie et la Scandinavie.

L'évolution est en revanche négative dans les îles britanniques (13% du chiffre d'affaires), la baisse attendue dans le secteur public n'ayant pas été compensée par le privé, resté stable. Et le Royaume-Uni reste "attentiste" tant qu'on n'en sait pas plus sur la concrétisation du Brexit.

Par métier, les activités Digital & Cloud, directement liées à la transformation numérique, ont bondi de 23%, toujours à taux de change constant, et représentaient 36% de l'activité de Capgemini sur les neuf premiers mois de l'année.

Outre l'acquisition en septembre de Lyons Consulting Group, expert américain du commerce électronique, il a salué le gros contrat passé avec McDonald's pour "la digitalisation de son expérience client".

- Mollesse au Royaume-Uni -

"Cette signature illustre notre capacité à accompagner les clients les plus globaux puisqu'on les accompagne dans tous leurs pays dans le monde", a-t-il souligné, notant que le contrat a été grandement facilité par l'acquisition de la société américaine Igate, achetée pour 4 milliards de dollars en 2015, dont McDonald's était un client "de taille moyenne".

Un tel contrat "n'était vraiment pas dans les moyens d'Igate" et "les synergies attendues lors de l'acquisition se traduisent dans les faits", s'est félicité Paul Hermelin.

Pour l'ensemble de 2017, le groupe - qui vient de fêter ses 50 ans et a changé de logo à l'occasion - confirme ses objectifs d'atteindre une croissance du chiffre d'affaires à taux de change constant de 3% et une marge opérationnelle comprise entre 11,7% et 11,9%.

L'impact des acquisitions sur la croissance du chiffre d'affaires est estimé, "à ce stade, à quelques dizaines de points de base", a précisé le groupe, qui prévient par ailleurs que le renforcement de l'euro aura un impact négatif de 1,6 point.

La Bourse approuve: le titre a gagné mercredi 2,93%, à 102,20 euros, dans un marché parisien en repli de 0,37%.

S'il reste très prudent en ce qui concerne 2018, le patron de Capgemini ébauche déjà quelques perspectives: "en fin d'année, on s'attend plutôt à une prolongation dynamique de l'Europe continentale, un dynamisme américain et une certaine mollesse au Royaume-Uni".

"Les trois priorités, c'est en digital, cloud et cybersécurité", a relevé Paul Hermelin, interrogé sur ses axes de développement.

Et pour la suite, il a nommé directeurs généraux adjoints le directeur financier Aiman Ezzat et le directeur des services financiers et Amérique latine Thierry Delaporte. Le premier sera plus spécifiquement chargé de la gestion de la performance et le second de la transformation du groupe.

"S'ils réussissent, ce que je souhaite vraiment, un des deux aura vocation à me succéder", a indiqué M. Hermelin, aujourd'hui âgé de 65 ans.

"J'avais dit à l'assemblée générale de mai 2017 que je me représenterai sans doute pour un dernier mandat de PDG en mai 2018 et que nous commencerons à ce moment-là une transition managériale", a-t-il rappelé. "Ces nominations s'inscrivent dans cette perspective", a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2018

Parmi les nombreuses publications du jour, Arkema se distingue avec une hausse qui approche les 3% à 106,4 euros...

Publié le 22/02/2018

TechnipFMC bondit de 5,7% à 25,14 euros, soutenu par des résultats 2017 jugés solides et des prévisions plus favorables. L'an dernier, le groupe parapétrolier franco-américain, né de la fusion…

Publié le 22/02/2018

Trois nominations...

Publié le 22/02/2018

Des doutes ?

CONTENUS SPONSORISÉS