5 335.59 PTS
-0.40 %
5 333.0
-0.46 %
SBF 120 PTS
4 255.77
-0.43 %
DAX PTS
13 019.20
-0.37 %
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Canal Seine-Nord: l'exécutif annonce un "compromis" pour relancer le projet

| AFP | 203 | Aucun vote sur cette news
La ministre des transports Elisabeth Borne quitte l'Elysée, le 22 septembre 2017 à Paris
La ministre des transports Elisabeth Borne quitte l'Elysée, le 22 septembre 2017 à Paris ( PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives )

L'exécutif a annoncé mardi avoir trouvé un "compromis" avec les collectivités locales permettant de relancer le projet du canal Seine-Nord à grand gabarit, en "pause" depuis le 1er juillet faute d'un financement bouclé.

"Tous les éléments sont sur la table pour trouver une solution pour le canal Seine-Nord Europe", a affirmé la ministre des Transports Elisabeth Borne dans une interview au Courrier picard.

"Nous avons trouvé un compromis", a complété le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, alors que le président du conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand (LR), a réuni 500 manifestants, à l'occasion de la venue d'Emmanuel Macron à Amiens, pour protester contre l'enlisement du projet.

Le canal, long de 107 kilomètres entre Compiègne (Oise) et Aubencheul-au-Bac (Nord), a vocation à être le maillon manquant entre la Seine et le réseau fluvial de l'Europe du Nord, pour le transport de marchandises entre les pays du Bénélux et la région parisienne.

Le nouveau montage proposé par le gouvernement a été détaillé par le Premier ministre Edouard Philippe dans une lettre aux élus locaux, datée de lundi, dont l'AFP a eu copie.

Le premier axe consiste à régionaliser la gouvernance de la société de projet, qui deviendra un établissement public local, même si l'Etat conservera une minorité de blocage.

Sur le deuxième volet du financement, gros point de blocage de ce grand chantier, les collectivités locales devront financer le milliard d'euros qui leur échoit avec "leurs ressources propres", selon le courrier de M. Philippe.

"Si des ressources régionales complémentaires étaient nécessaires", l'Etat mettra en place un "cadre juridique pertinent".

Les collectivités locales auront également le soin d'avancer l'argent nécessaire pour démarrer les travaux en attendant les financements de l'Etat et de l'UE.

Quant au financement de l'Etat d'un milliard d'euros, le Premier ministre propose de le "faire via un emprunt de la société de projet remboursé par des annuités de l'ordre de 40 millions d'euros sur 40 ans".

Ce remboursement serait financé par "des taxes nationales à assiette locale", qui restent encore vagues. "Un travail plus précis" reste nécessaire sur ce point, reconnaît Edouard Philippe.

-'Bases clarifiées' -

"Le projet peut donc aller de l'avant sur ces bases clarifiées", juge le Premier ministre.

Interrogé à Amiens en marge de son déplacement, le président Macron est allé dans le même sens, disant croire que "la décision qui a été prise est la bonne".

"C'est celle qui permet, de manière crédible et soutenable pour l'ensemble des collectivités publiques, de donner une visibilité à ce projet et d'avancer, sachant que nous avons jusqu'à mars 2018 pour finaliser tous les détails, les transmettre au niveau européen et sécuriser les financements européens", a ajouté le chef de l'Etat.

L'UE doit elle financer à hauteur de 2 milliards d'euros.

Le projet ne fait toutefois pas l'unanimité des élus de la région, notamment chez les Verts et la France insoumise.

Les députés FI du Nord Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis ont dénoncé dans un communiqué "la gabegie financière, les retombées socio-économiques très largement surestimées, le coût environnemental et l’écologie du bulldozer" d'un projet "inutile".

Le canal Seine-Nord faisait partie, comme le tunnel ferroviaire entre Lyon et Turin, de la vingtaine de projets d'infrastructures de transports concernés par la "pause" décrétée par le gouvernement début juillet, alors que 10 milliards d'euros manquent dans les cinq ans à venir pour honorer les engagements pris par l'Etat.

bap-frd-map-jpa/az

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Objectif légèrement abaissé

Publié le 15/12/2017

UBS et Bryan Garnier estiment que la SSII a le potentiel pour améliorer son offre sur le dossier, sans renier ses principes...

Publié le 15/12/2017

Une acquisition sans conséquence ?

Publié le 15/12/2017

Le titre confirme son rebond après une brève phase de correction. Les moyennes mobiles à 20 et 50 séances restent haussières tandis que le RSI n'est pas en zone de surachat. Une nouvelle phase de…

CONTENUS SPONSORISÉS