5 242.20 PTS
+0.09 %
5 231.00
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 193.21
+0.04 %
DAX PTS
12 564.77
+0.02 %
Dowjones PTS
22 370.80
+0.21 %
5 991.08
+0.00 %
Nikkei PTS
20 310.46
+0.05 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Canada, Etats-Unis et Mexique entament la renégociation de l'Aléna

| AFP | 236 | Aucun vote sur cette news
La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, à San Diego le 11 mai 2017
La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, à San Diego le 11 mai 2017 ( JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le Canada, les Etats-Unis et le Mexique entament mercredi des discussions pour renégocier le traité de libre-échange nord-américain (Aléna), à la demande de Donald Trump qui en a fait une priorité de sa politique.

Les négociateurs des trois pays seront réunis jusqu'à dimanche dans la capitale américaine pour moderniser cet accord commercial, en vigueur depuis 1994 et qui a fait bondir leurs échanges commerciaux.

"Nous sommes en train de renégocier les accords commerciaux pour qu'ils soient bons pour les travailleurs américains. Il était temps", a déclaré Donald Trump à l'avant-veille de l'ouverture des négociations.

Le président n'a eu de cesse de dénoncer l'Aléna, "un désastre", lui attribuant la responsabilité de nombreuses disparitions d'emplois aux Etats-Unis.

Il a sur cette question le soutien d'une partie de l'opposition démocrate. L'une des parlementaires de ce parti, Rosa DeLauro, a affirmé mardi que "l'Aléna est directement responsable de la délocalisation d'un million d'emplois bien rémunérés".

Washington entend surtout mettre sur la table des négociations le problème du déséquilibre de sa balance commerciale avec le Mexique, qui, depuis la signature du traité, est passée d'un excédent de 1,6 milliard de dollars à un déficit de 64 milliards de dollars.

L'Aléna est devenu vital pour l'économie mexicaine: 80% des exportations mexicaines, essentiellement des biens manufacturiers comme les voitures mais aussi des produits agricoles, sont destinées aux Etats-Unis.

( SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

"Le déficit est un problème de taille auquel nous devrons nous attaquer", a fait savoir mardi un responsable du ministère du Commerce américain, sous couvert d'anonymat.

Jaime Zabludovsky, qui avait négocié l'accord original pour la partie mexicaine, a toutefois rétorqué que le problème du déficit américain ne pouvait se résoudre "dans une relation commerciale".

"Le déficit est lié à une situation macroéconomique: les Etats-Unis sont une économie qui dépense plus qu'elle ne produit", a-t-il fait valoir, relayant les arguments de nombreux économistes.

Le point de départ de la renégociation de l'Aléna est de parvenir à "un accord commercial plus équilibré favorable aux emplois bien rémunérés pour les Américains et contribuant à la croissance économique des Etats-Unis", a insisté le responsable américain du ministère du Commerce.

- 'Politesse et force' -

Avec le Canada, à la fois plus grand client et plus grand fournisseur d'énergie des Etats-Unis, le débat devrait être plus apaisé. Car les échanges commerciaux entre les deux pays, qui ont doublé sous l'Aléna, restent globalement équilibrés.

"Ces négociations marquent un moment très sérieux et lourd de conséquences pour nous tous", a néanmoins relevé lundi la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystie Freeland, qui n'a pas exclu de "vivre des moments dramatiques" lors de cette renégociation.

Les négociateurs canadiens seront à Washington avec une attitude constructive mais ferme, a-t-elle insisté, notant que "la politesse et la force ne sont pas contradictoires".

La structure d'une usine Ford, dans le désert de San Louis Potosi, au Mexique le 11 janvier 2017, que le constructeur automobile américain a cessé de construire préférant développer son industrie dans le Michigan
La structure d'une usine Ford, dans le désert de San Louis Potosi, au Mexique le 11 janvier 2017, que le constructeur automobile américain a cessé de construire préférant développer son industrie dans le Michigan ( PEDRO PARDO / AFP/Archives )

"Nous nous engageons à conclure un bon accord, pas n'importe quel accord", a-t-elle également expliqué.

Un point de cristallisation sera sans doute la révision du mécanisme de règlement des litiges commerciaux, connu sous le nom de "chapitre 19", qui permet d'arbitrer les différends en matière de droits compensateurs et de dumping.

Les Etats-Unis entendent supprimer ce dispositif qui, jusqu'à présent, a été favorable au Canada sur le contentieux du bois de construction.

Ce litige a connu de nombreux rebondissements depuis 1983, les producteurs américains accusant leurs homologues canadiens d'exporter ce bois aux Etats-Unis à un prix de dumping, c'est-à-dire inférieur aux coûts de production.

Sur la question du "chapitre 19", les Canadiens pourront compter sur le soutien des Mexicains qui souhaitent eux aussi le maintien de ce dispositif.

Ce mécanisme garantit "neutralité et objectivité au moment de résoudre un contentieux et il évite que ces questions ne soient traitées devant un tribunal américain, canadien ou mexicain", a commenté Ernesto Cordero, sénateur mexicain du Parti action nationale (PAN, opposition).

Les discussions de cette semaine constituent le premier round d'une série organisée à tour de rôle dans les trois pays. Le deuxième round aura lieu au Mexique le 5 septembre avant le troisième au Canada à une date non communiquée.

Malgré les nombreux points de divergences, les Américains comptent aller vite. "Nous avons un agenda très agressif pour cette négociation", a dit le responsable américain.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/08/2017

Ildefonso Guajardo Villarreal, un des négociateurs du Mexique, ici le 6 juin 2017 à Washington ( SAUL LOEB / AFP/Archives )Le Canada, les Etats-Unis et le Mexique ont entamé mercredi des…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2017

Sauf coup de théâtre, le marché ne devrait pas beaucoup évoluer ce mercredi...

Publié le 20/09/2017

Telecom Italia a confirmé, après la réunion de son Conseil d'administration, son intention de contester la dernière décision de la Consob, l'autorité italienne des marchés, qui considère que…

Publié le 20/09/2017

Tout est relatif...

Publié le 20/09/2017

Aggravation des pertes

Publié le 20/09/2017

Maisons France Confort s'adjuge 1,6% à 63,5 euros, porté par une solide publication semestrielle...

CONTENUS SPONSORISÉS