En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 215.85 PTS
+0.38 %
5 210.00
+0.31 %
SBF 120 PTS
4 136.68
+0.39 %
DAX PTS
11 457.70
+0.30 %
Dowjones PTS
26 031.81
+0.70 %
7 090.63
+0.79 %
1.133
-0.04 %

Cacao: les cours "n'ont pas vocation à s'écrouler"

| AFP | 325 | Aucun vote sur cette news
le patron du chocolatier suisse Barry Callebaut, Antoine de Saint-Affrique, le 9 décembre 2016 à Zurich
le patron du chocolatier suisse Barry Callebaut, Antoine de Saint-Affrique, le 9 décembre 2016 à Zurich ( Valeriano DI DOMENICO / AFP/Archives )

Les cours du cacao "n'ont pas vocation à s'écrouler" malgré une baisse de régime depuis l'été, selon le patron du chocolatier suisse Barry Callebaut, au vu de la demande des pays émergents où les consommateurs découvrent peu à peu les plaisirs du chocolat.

Depuis leurs plus hauts de juillet, les cours du cacao ont perdu 30% pour revenir actuellement aux alentours de 1.750 à 1.800 livres sterling par tonne sur le marché londonien.

"On s'attend à une récolte légèrement excédentaire dans un contexte où la demande mondiale en chocolat ces deux dernières années sur les produits de confiserie a été modérée", explique dans un entretien à l'AFP le Français Antoine de Saint-Affrique, qui a repris en octobre 2015 les commandes du numéro un mondial du cacao et des préparations chocolatées.

Les prix du cacao avaient grimpé de manière quasi-ininterrompue depuis 2012, échappant au mouvement de correction qui a frappé de nombreuses matières premières agricoles, après deux années de récoltes plombées par les intempéries en Côte d'Ivoire et au Ghana, les deux plus gros producteurs mondiaux.

"On a assisté à un ajustement naturel du marché", ajoute-t-il. Selon lui, les cours devraient se stabiliser à des niveaux élevés car la demande reste structurellement orientée à la hausse.

Barry Callebaut, qui fournit du chocolat aux géants du secteur alimentaire tels que Nestlé, Unilever ou Mondelez, et aux professionnels de la pâtisserie tels que la maison Lenôtre en France, a comme nombre de ses clients mis le cap sur les marchés émergents depuis une dizaine d'années pour capitaliser sur la hausse du niveau de vie.

Barry Callebaut fournit du chocolat aux géants du secteur alimentaire tels que Nestlé, Unilever ou Mondelez
Barry Callebaut fournit du chocolat aux géants du secteur alimentaire tels que Nestlé, Unilever ou Mondelez ( FABRICE COFFRINI / AFP/Archives )

Sur son exercice 2015/2016 décalé (clos fin août), le groupe, qui avait racheté en 2013 la branche cacao du singapourien Petra Foods pour gagner en puissance, est parvenu à faire croître ses volumes de ventes de 10,8% en Asie-Pacifique.

Sur la période équivalente, le marché des confiseries chocolatées dans son ensemble y a pourtant reculé de 0,1%, les produits alimentaires n'échappant pas au ralentissement de la croissance asiatique depuis deux ans, en particulier en Chine.

- Chocolat pour les élites urbaines -

A long terme, l'urbanisation galopante et les changements de mode de vie qui l'accompagnent vont néanmoins soutenir la demande de chocolat, selon le patron du groupe zurichois.

"Il y a un effet de cascade avec l'ouverture de restaurants européens où l'on vous sert des mousses au chocolat ou des forêts-noires, et de pâtisseries françaises où l'on vous sert des pains au chocolat", illustre-t-il.

Ces nouvelles habitudes alimentaires touchent d'abord une élite urbaine avant de s'étendre lentement à d'autres d'autre pans de la société, "la partie sucrée étant la dernière à évoluer", explique Antoine de Saint-Affrique, qui dirigeait auparavant la division alimentaire du géant anglo-néerlandais Unilever.

Une étude du cabinet Euromonitor donne bien la mesure des tendances qui vont en découler.

Si les consommateurs en Inde achètent 100 grammes de chocolat en plus sur la période 2015-2020, comme le veulent les projections, les volumes de ventes devraient augmenter de 120.000 tonnes, soit l'équivalent de la croissance attendue pour toute l'Europe de l'Ouest sur ces cinq années.

"La disponibilité du cacao en tant que telle n'est pas un problème, à condition de faire aujourd'hui ce qui est important d'ici 5 à 10 ans", souligne M. de Saint-Affrique, dont le groupe a dégagé 6,6 milliards de francs suisses de chiffre d'affaires en 2015-2016 (6,1 milliards d'euros).

Antoine de Saint-Affrique, le patron du chocolatier suisse Barry Callebaut, le 9 décembre 2016 à Zurich
Antoine de Saint-Affrique, le patron du chocolatier suisse Barry Callebaut, le 9 décembre 2016 à Zurich ( Valeriano DI DOMENICO / AFP/Archives )

La filière du cacao doit en particulier accompagner les petits exploitants en Afrique de l'Ouest pour accroître la productivité et veiller à ce que les plantations soient rentables afin que les fermiers ne se détournent pas vers des cultures plus lucratives à court terme.

Barry Callebaut, qui emploie 10.000 personnes dans le monde, a lancé plusieurs initiatives, dont une récemment visant à sortir 500.000 exploitants de la pauvreté d'ici 2025.

"Si les fermiers ne gagnent pas correctement leur vie, ils ne planteront pas d'arbres", souligne M. de Saint-Affrique.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Mise à disposition du Document de Référence 2018 (Rapport financier 2018 inclus)       Bezons, 22 février 2019 - Atos, un leader international de la transformation numérique, a…

Publié le 22/02/2019

Balyo annonce que son Conseil d’Administration, réuni ce jour, a décidé de procéder à l’émission d’environ 11,75 millions de Bons de Souscription d’Actions (« BSA ») attribués…

Publié le 22/02/2019

Vallourec annonce la création d'un nouveau Comité spécialisé, chargé d'assister le Conseil de Surveillance dans le suivi des questions de responsabilité sociale, environnementale et sociétale…

Publié le 22/02/2019

Touax a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de 154,5 millions d'euros, en repli de près de 9%. A périmètre et devises constants, il recule de 6,6%. Le chiffre d’affaires locatif annuel…

Publié le 22/02/2019

Au cours de 2018, les produits des activités de Touax s'établissent à 154,5 ME et 158,4 ME à périmètre et devises constants contre 169,7 ME en 2017,...