En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 349.02 PTS
+0.83 %
5 346.00
+0.78 %
SBF 120 PTS
4 290.51
+0.76 %
DAX PTS
12 237.17
+0.61 %
Dowjones PTS
25 582.71
+1.67 %
7 382.07
+0.37 %
1.136
+0.17 %

Budget du logement en 2018: des économies à tous les étages

| AFP | 325 | Aucun vote sur cette news
Les aides personnelles au logement (APL) sont dans la ligne de mire du gouvernement, ce qui ulcère les organismes HLM qui ont claqué la porte des négociations
Les aides personnelles au logement (APL) sont dans la ligne de mire du gouvernement, ce qui ulcère les organismes HLM qui ont claqué la porte des négociations ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Le logement est l'un des grands perdants du projet de loi de finances pour 2018 et se verra imposer des économies à tous les étages, avec un budget en baisse de 18% en deux ans et des APL qui fondent de 1,7 milliard d'euros dès l'an prochain.

"La France consacre plus de 40 milliards d'euros à la politique du logement, soit 2% de sa richesse intérieure, un niveau très supérieur à la plupart de ses voisins européens", affirme le document budgétaire détaillé mercredi en Conseil des ministres.

Dans ce contexte, il s'agit de "réduire la dépense publique" tout "en améliorant les résultats" de cette politique.

Ainsi le budget du ministère de la Cohésion des territoires tombera de 18,3 milliards d'euros à 16,5 milliards l'an prochain puis à 15 milliards en 2019, soit une baisse de 18% en deux ans.

En ligne de mire: les aides personnelles au logement (APL) qui représentent pour l'État une "charge lourde et dynamique" de 18 milliards d'euros sans que soient atteints "les objectifs d'amélioration des conditions de logement", selon Bercy.

Engagée sur deux ans, leur réforme porte d'abord sur le secteur social, qui loge environ dix millions de personnes en France, avec une réduction de la dépense publique de 1,7 milliard d'euros sur 2018.

Celle-ci provient, pour 1,5 milliard, d'une baisse de loyers imposée aux bailleurs sociaux, censée rendre "indolore", pour les locataires HLM, la réduction de leur APL pour un montant global équivalent.

Elle doit être compensée par une stabilisation pendant deux ans, du taux du livret A (dont les fonds d'épargne servent à financer le logement social) et par un allongement de la dette des organismes HLM.

Autre compensation prévue: le supplément de loyer de solidarité (SLS) acquitté par les ménages dont les revenus excèdent les plafonds de ressources HLM, se déclenchera "au premier euro".

Ulcérés par cette ponction dans leurs ressources qui mettra leurs finances en péril, compromettant la réhabilitation et la construction de logements, les organismes HLM ont claqué la porte des négociations avec le gouvernement, vendredi.

Le secteur du logement social, qui construit un logement sur trois en France, "bénéficie d'un niveau important d'aides publiques, estimé à 17,5 milliards d'euros en 2014, dont 8 milliards d'aides personnelles et 9,5 milliards d'autres aides aux organismes", fait valoir le gouvernement, citant la Cour des comptes.

- Fin de l'APL accession -

Le PLF 2018 prévoit aussi de renforcer la mutualisation des moyens des opérateurs HLM - déjà accrue par la précédente majorité - grâce à un "nouveau mécanisme". Faute d'accord, il pourrait être imposé par la loi.

Les locataires les plus fragiles verront eux, baisser le loyer de solidarité qu'ils acquittent, ce qui va "plus que compenser" la réduction de l'APL, tandis que la possibilité donnée aux locataires, d'acquérir leur logement social, doit renforcer "la mixité sociale et le financement de la production".

Le gouvernement proroge, comme annoncé, deux aides publiques: l'avantage fiscal Pinel, consenti pour l'investissement locatif, et le Prêt à taux zéro (PTZ) qui aide les ménages souvent jeunes et modestes à accéder à la propriété. Tous deux sont reconduits pour 4 ans mais recentrés sur les zones tendues.

En outre, le PLF 2018 prévoit "l'extinction" dès le 1er janvier, de l'APL accession qui aide les ménages à acheter leur premier logement, et celle de la prime d'État aux plans d'épargne logement.

De nouveaux moyens sont alloués en 2018 à l'Agence nationale de l'habitat (Anah) afin qu'elle contribue à la rénovation énergétique de 75.000 logements.

Quant au Crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), comme annoncé, il est reconduit pour un effort budgétaire de 875 millions d'euros, mais transformé en prime versée à la réalisation des travaux dès 2019.

Et comme annoncé, un abattement fiscal sera appliqué sur les plus-values de cession de terrains à bâtir ou bâtis, en vue de la construction de logements en cas de promesse de vente conclue avant fin 2020.

Le taux réduit d'imposition de 19% concédé aux entreprises sur la cession de locaux qui seront transformés en logements est prorogé, et étendu aux terrains.

Enfin l'enveloppe consacrée à la rénovation urbaine dans le cadre du NPNRU sera doublée à 10 milliards d'euros, mais son financement n'est pas détaillé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 16/08/2018

Voluntis présentera cette version améliorée d'Insulia à l'occasion de la conférence de l'AADE - American Association of Diabetes Educator...

Publié le 16/08/2018

Voluntis annonce le lancement d’une nouvelle version d’Insulia, pour améliorer l’expérience utilisateur et rendre l’application disponible en espagnol. L’ajout de cette langue permettra…

Publié le 16/08/2018

Entre le 6 et le 10 août, Bic a racheté pour près de 6,14 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 80 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré de…

Publié le 16/08/2018

RIBERSociété Anonyme au capital de 3 400 483,84 euros Siège social : 31, rue Casimir Perier, 95873 Bezons 343 006 151 R.C.S Pontoise   DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT…