En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.51 PTS
-
4 946.00
+0.79 %
SBF 120 PTS
3 886.87
-
DAX PTS
12 687.53
-
Dow Jones PTS
27 791.44
+1.3 %
11 085.17
+0. %
1.173
-0.06 %

Bruxelles table désormais sur une contraction de 8,7% du PIB de la zone euro en 2020

| Boursier | 468 | 1 par 2 internautes

La croissance en 2021 sera également un peu moins vigoureuse que celle prévue au printemps....

Bruxelles table désormais sur une contraction de 8,7% du PIB de la zone euro en 2020

La Commission européenne revoit ses prévisions économiques à la baisse. Dans ses estimations d'été, publiées à l'instant, l'Institution table sur une contraction du PIB de la zone euro de 8,7% en 2020 avant une reprise de 6,1% l'an prochain. L'économie de l'Union européenne devrait quant à elle se contracter de 8,3% en 2020 et croître de 5,8% en 2021. La contraction en 2020 devrait donc être nettement supérieure aux 7,7% projetés pour la zone euro et aux 7,4% projetés pour l'ensemble de l'UE dans les prévisions du printemps étant donné que la levée des mesures de blocage se poursuit à un rythme moins soutenu qu'anticipé précédemment. La croissance en 2021 sera également un peu moins vigoureuse que celle prévue au printemps.

Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif pour une économie au service des personnes, a déclaré: "l'impact économique du confinement est plus fort que ce que nous avions initialement prévu. Nous sommes loin d'être tirés d'affaire et devons faire face à nombreux risques, y compris une nouvelle vague majeure d'infections. En tout cas, les présentes prévisions illustrent parfaitement les raisons pour lesquelles un accord sur notre ambitieux plan de relance, NextGenerationEU, est nécessaire pour soutenir l'économie. Pour cette année et l'année prochaine, nous pouvons nous attendre à un rebond, mais nous devrons faire preuve de vigilance à l'égard du rythme différencié de la reprise. Nous devons continuer à protéger les travailleurs et les entreprises et coordonner étroitement nos politiques au niveau de l'UE afin de garantir que nous sortirons plus forts et unis de cette crise".

Concernant la France, le PIB est désormais attendu en repli de 10,5% cette année, contre un retrait de 8,25% au printemps.

Les perspectives globales au sujet de l'inflation ont peu évolué depuis les prévisions du printemps, même si les facteurs d'orientation des prix ont connu des changements importants. Alors que les prix du pétrole et des denrées alimentaires ont augmenté plus que prévu, l'effet de cette hausse devrait être compensé par les prévisions économiques plus défavorables et par l'effet des réductions de TVA et des autres mesures prises dans certains États membres.

Selon l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), l'inflation dans la zone euro est maintenant attendue à 0,3% en 2020 et à 1,1% en 2021. L'inflation pour l'ensemble de l'UE devrait s'établir à 0,6% en 2020 et à 1,3% l'an prochain.

Les aléas qui entourent ces prévisions sont extrêmement élevés et surtout de nature baissière, souligne la CE. Bruxelles met notamment en avant le fait que l'ampleur et la durée de la pandémie, ainsi que les mesures de confinement qui pourraient s'avérer nécessaires à l'avenir, demeurent pour l'essentiel inconnues. Les questions qui entourent le Brexit restent également très floues, les projections pour 2021 reposant sur l'hypothèse purement technique d'un statu quo dans les relations commerciales entre les deux zones.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/08/2020

Innate Pharma a obtenu un financement de 6,8 millions d’euros dans le cadre de l’appel à projet PSCP-COVID (Projets de recherche et développement structurants pour la compétitivité), afin de…

Publié le 11/08/2020

Voltalia a finalisé l'installation d'un parc solaire de 3,9 mégawatts. Situées dans la commune de Jonquières en Provence Alpes-Côte d'Azur (Région Sud), ces ombrières solaires protègeront du…

Publié le 11/08/2020

Imerys a signé un accord pour l'acquisition d'une participation majoritaire de 60%, avec des options d'achat du reste du capital, du groupe Haznedar, un fabricant turc de réfractaires monolithiques…

Publié le 11/08/2020

Malgré leurs divergences, et à la suite des très mauvais résultats annoncés par Lagardère il y a quelques jours, Amber Capital et Vivendi ont décidé de signer un pacte. Vivendi et Amber…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne