En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Brexit: un grand patron de pubs exige une position sans compromis

| AFP | 275 | Aucun vote sur cette news
Le patron de la chaîne de pubs Wetherspoon, Tim Martin, lors d'une interview, à Londres, le 14 juin 2016
Le patron de la chaîne de pubs Wetherspoon, Tim Martin, lors d'une interview, à Londres, le 14 juin 2016 ( BEN STANSALL / AFP/Archives )

Le patron d'une des principales chaînes de pubs britanniques, ardent supporter du Brexit, a dénoncé mercredi la rediffusion du "projet de la peur" des partisans d'un compromis avec l'UE au moment où s'ouvrent les négociations de sortie.

"De nombreux supporters obstinés du maintien dans l'UE, notamment les économistes, rediffusent le projet de la peur, prédisant le pire en l'absence d'accord" de libre-échange entre Londres et Bruxelles, a fustigé Tim Martin, fondateur, président et principal actionnaire de l'entreprise Wetherspoon.

L'expression "projet de la peur" avait été abondamment utilisée par les partisans du Brexit avant le référendum du 23 juin 2016 sur le maintien dans l'Union, afin de moquer les Cassandre qui prédisaient un désastre en cas de vote favorable au départ.

M. Martin a dénoncé "l'unanimité quasi complète en faveur d'un accord de libre-échange avec l'UE". "Nous nous en sortirons très bien sans accord commercial, arrêtez de lier les mains de nos négociateurs", a-t-il intimé aux hommes politiques, journalistes, représentants patronaux et économistes jugeant qu'une sortie sans accord commercial équivaudrait à sauter du bord d'une falaise.

"Lorsque vous désirez trop fort quelque chose, vous le payez très cher - surtout si votre envie est évidente aux yeux de l'autre partie", a expliqué le patron, dans un commentaire accompagnant un communiqué de résultats de sa société.

"Les présidents non-élus de l'UE, Jean-Claude Juncker et Donald Tusk, sont malheureusement convaincus de notre envie désespérée d'obtenir un accord commercial, et sont déterminés à en tirer le prix fort. D'où l'idée d'une facture à payer à l'UE de 50 milliards d'euros, voire de 100 milliards, à laquelle s'ajoute une position de négociation pugnace et antagoniste."

D'après M. Martin, le Royaume-Uni doit pouvoir sortir de l'UE sans accord, quitte à ce que les règles de son commerce avec l'UE passent sous l'égide de l'Organisation mondiale du commerce qui régit déjà "le commerce de l'UE avec les Etats-Unis, la Chine et l'Inde", rappelle-t-il.

"Les tarifs douaniers de l'UE soumis aux règles de l'OMC sont assez bas (...) et l'UE ne peut imposer de barrières plus élevées au Royaume-Uni", a-t-il argué.

Sa position contraste avec celle des organisations patronales qui demandent une période de transition pour atténuer les turbulences de la sortie prévue pour fin mars 2019 et un accord commercial. Le gouvernement britannique est divisé sur la question mais le centre de gravité du pouvoir semble s'être rapproché d'un Brexit plus modéré depuis le revers de Mme May aux élections législatives du 8 juin.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…