5 351.66 PTS
-0.10 %
5 342.0
-0.29 %
SBF 120 PTS
4 261.95
-0.28 %
DAX PTS
13 036.95
-0.24 %
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: turbulences en vue dès l'automne 2018 pour le secteur aérien

| AFP | 280 | Aucun vote sur cette news
Des passagers au terminal 5 de l'aéroport Heathrow de Londres le 29 mai 2017. Des acteurs de l'aviation civile en Europe avertissent d'un risque d'interruption de leur trafic dans la période post-Brexit
Des passagers au terminal 5 de l'aéroport Heathrow de Londres le 29 mai 2017. Des acteurs de l'aviation civile en Europe avertissent d'un risque d'interruption de leur trafic dans la période post-Brexit ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )

Plusieurs acteurs du marché de l'aviation dans l'UE ont tiré la sonnette d'alarme mardi auprès du Parlement européen, plaidant pour que leur sort post-Brexit soit traité au plus tard à l'automne 2018, au risque d'une interruption du trafic, y compris avec les Etats-Unis.

"La date butoir pour les compagnies aériennes, ce n'est pas mars 2019 (date prévue de la fin des négociations sur le divorce entre l'UE et le Royaume-Uni) mais septembre-octobre 2018. Nous commencerons à annuler des vols 6 mois avant", a prévenu le PDG de la compagnie irlandaise RyanAir Michael O'Leary, connu pour ses commentaires à l'emporte-pièce.

Contrairement à d'autres branches comme l'automobile ou l'industrie pharmaceutique, l'aviation ne peut pas compter sur les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) si le Brexit se solde par une absence d'accord sur les conditions du divorce ou de période de transition.

Le Royaume-Uni, en tant que membre de l'UE, fait partie du Marché unique de l'aviation.

Le patron de RyanAir, qui se targue de diriger la "première compagnie européenne", a renouvelé devant les eurodéputés de la commission Transports du Parlement européen réuni à Bruxelles la menace selon laquelle sans accord, l'ensemble des vols entre le Royaume-Uni et le reste de l'UE pourraient être interrompus.

Mardi, son collègue Sean Kennedy, vice-président de Airlines for America, qui compte parmi ses membres United, American, Fedex ou UPS, a indiqué que cela pourrait être également le cas sur les vols transatlantiques.

"Quand le Royaume-Uni quittera l'UE en mars 2019, il ne fera plus partie de l'accord +Ciel ouvert+ avec les Etats-Unis ou du marché unique de l'aviation. Donc le premier jour du Brexit, les passagers américains n'auront plus la capacité de voler vers le Royaume-Uni", a prévenu M. Kennedy.

Or selon ce dernier, plus de la moitié des personnes qui voyagent entre les Etats-Unis et Londres poursuivent leur trajet vers une autre destination au sein d'un des 27 autres Etats membres.

"Le transport aérien a besoin de règles claires suffisamment en avance. Il faut essayer d'établir des règles le plus tôt possible, les plus claires possibles", a également insisté Franck Goldnadel, le directeur de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Parce que les aéroports ont besoin de s'organiser, et parce que les compagnies aériennes organisent leurs vols un an à l'avance, le secteur ne peut se permettre d'attendre la date du 31 mars 2019, ont souligné l'ensemble des invités au débat.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le marché parisien va-t-il enchainer une troisième séance consécutive de repli ? On en prend le chemin ce matin puisque le CAC40 perd...

Publié le 15/12/2017

Après le rebond récent

Publié le 15/12/2017

Relativement atténué cette année, le thème de la consolidation du secteur des télécoms en Europe fait son retour avec l'annonce, faite ce matin, du projet de rapprochement entre T-Mobile NL et…

Publié le 15/12/2017

Nexans aligne une troisième séance de forte baisse à l'ouverture, en repli de 1,5% à 47,8 euros...

Publié le 15/12/2017

AssurCopro, leader français du courtage en assurance à destination des copropriétés, acquiert le cabinet INSOR. Il s’agit de la troisième opération significative de croissance externe…

CONTENUS SPONSORISÉS