En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 754.08 PTS
-0.95 %
4 765.0
-0.57 %
SBF 120 PTS
3 776.40
-0.94 %
DAX PTS
10 740.89
-0.29 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.67 %
1.138
+0.13 %

Brexit: Theresa May lâche un peu de lest envers les députés

| AFP | 212 | 5 par 1 internautes
La Première ministre britannique Theresa May au Parlement britannique le 5 décembre 2018 à Londres
La Première ministre britannique Theresa May au Parlement britannique le 5 décembre 2018 à Londres ( Mark DUFFY / UK PARLIAMENT/AFP )

La Première ministre britannique Theresa May a dit jeudi que les députés pourraient avoir le dernier mot sur l'activation éventuelle d'une disposition évitant le rétablissement de contrôles frontaliers sur l'île d'Irlande après le Brexit, point très controversé de l'accord de divorce négocié avec Bruxelles.

Le traité de retrait de l'Union européenne prévoit un "filet de sécurité" ("backstop" en anglais) maintenant l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE, ainsi qu'un alignement réglementaire plus poussé pour l'Irlande du Nord, si aucun accord sur la future relation entre Bruxelles et Londres n'est conclu à l'issue d'une période de transition de 21 mois post-Brexit, prévu le 29 mars 2019.

Mais le backstop est décrié par les députés pro-Brexit, jusqu'au sein du Parti conservateur au pouvoir, qui y voient un danger d'arrimage permanent du Royaume-Uni à l'UE. Des dizaines d'entre eux se sont désolidarisés du gouvernement et risquent de faire capoter le vote sur l'accord de retrait le 11 décembre à la chambre des Communes, ce qui plongerait le Royaume-Uni dans l'incertitude quant à son avenir.

"On parle du backstop comme s'il était automatique. En fait, il n'est pas automatique", a déclaré Theresa May sur BBC Radio 4, soulignant la possibilité d'étendre la période de transition à la place.

"Personne ne veut entrer dans le backstop en premier lieu. Si nous devons l'utiliser, un choix devra être fait et j'examine la question du rôle du Parlement dans ce choix", a-t-elle ajouté.

La route vers le Brexit
La route vers le Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Mme May a toutefois souligné que tout accord conclu avec Bruxelles contiendrait un tel filet de sécurité et qu'une fois mis en oeuvre, le Royaume-Uni ne pourrait pas s'en retirer unilatéralement.

Le DUP, petit parti unioniste nord-irlandais allié de Mme May, a une nouvelle fois prévenu jeudi qu'il lui retirerait son soutien indispensable à sa majorité parlementaire si elle persistait à défendre l'accord de divorce et le backstop.

Selon la presse britannique, Theresa May essaierait même d'éteindre la révolte des députés conservateurs rebelles en leur proposant que la chambre des Communes puissent rejeter par vote tant le backstop qu'une prolongation de la période transitoire.

Le gouvernement devait affronter jeudi une troisième journée de débats au Parlement sur l'accord de retrait, après deux séances très mouvementées où il a été mis en position de faiblesse.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Après prise en compte du résultat semestriel, les capitaux propres part du Groupe au 30 septembre 2018 sont positifs et s'élèvent à 1 ME...

Publié le 18/12/2018

Le paiement en numéraire et/ou la livraison des actions seront effectués à compter du 15 février 2019...

Publié le 18/12/2018

Claude Tempé quitte ses fonctions. Sylvestre Blavet lui succède...

Publié le 18/12/2018

Cet ensemble de sociétés vend aux grandes surfaces de bricolage et grandes surfaces alimentaires en France et en Espagne une gamme très complète de robinetterie pour les salles de bain et les…

Publié le 18/12/2018

Tikehau Capital et Bpifrance entrent au capital de GreenYellow, via une augmentation de capital de 150 ME...