En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 808.00
+0.46 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
-0.02 %
1.139
-0.08 %

Brexit : l'opposition britannique passe à l'attaque contre Theresa May

| AFP | 829 | 3 par 3 internautes
Capture d'écran d'uné vidéo fournie par le Parlement britannique montrant Theresa May devant les députés à la chambre des Communes à Londres, le 17 décembre 2018
Capture d'écran d'uné vidéo fournie par le Parlement britannique montrant Theresa May devant les députés à la chambre des Communes à Londres, le 17 décembre 2018 ( HO / PRU/AFP )

Le chef de l'opposition au Parlement britannique, Jeremy Corbyn a déposé lundi une motion de défiance contre la Première ministre Theresa May, à la suite de son refus de convoquer le vote des députés sur l'accord de Brexit avant janvier.

C'est au gouvernement que revient la décision de permettre l'organisation d'un débat et d'un vote sur une telle motion. Si cette dernière devait être adoptée, elle ne serait pas juridiquement contraignante pour Theresa May, mais révèlerait une fois de plus la faiblesse de sa position.

"Il est inacceptable que nous attendions près d'un mois avant de procéder à un vote sur la question cruciale de l'avenir de notre pays", a déclaré le chef de l'opposition, faisant allusion à la décision de Mme May de reporter à la troisième semaine de janvier le vote sur l'accord de Brexit initialement prévu pour le 11 décembre.

"Ainsi, puisque c'est la seule manière que je vois d'organiser ce vote cette semaine, je suis sur le point de déposer une motion intitulée +cette Chambre n'a pas confiance en la Première ministre+", a-t-il ajouté.

Si le gouvernement refusait de débattre de cette motion, Jeremy Corbyn pourrait déposer une motion de censure contre l'ensemble du gouvernement, une procédure qui peut aboutir à l'organisation de nouvelles élections législatives.

Au cours des débats parlementaires un peu plus tôt, le leader travailliste avait estimé que Theresa May avait "échoué" dans sa tentative de "renégocier" et n'avait "plus d'excuses pour repousser le vote" sur l'accord de retrait signé par Londres et Bruxelles à l'issue de dix-sept mois d'âpres discussions.

Ce texte peine à convaincre les députés de tous bords politiques, qu'ils soient partisans d'un Brexit sans concessions ou défenseurs du maintien dans le club européen.

Poursuite des discussions?

Confrontée à la probabilité d'un cuisant échec, Theresa May a repoussé ce vote à janvier. Cette manœuvre lui a déjà valu l'organisation d'un vote de méfiance au sein de son propre parti conservateur mercredi. Si elle a finalement remporté la confiance de la majorité des députés tories, plus d'un tiers d'entre eux l'ont désavouée.

Cette fracture au sein de sa propre famille politique a une nouvelle fois révélé sa faiblesse, accentuée par son échec en vue d'obtenir, auprès des dirigeants européens réunis en sommet à Bruxelles la semaine dernière, de nouvelles munitions pour convaincre son Parlement.

Mme May avait déclaré qu'elle poursuivrait les discussions avec l'UE afin d'obtenir des "assurances" sur l'accord, notamment une disposition destinée à éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, et son porte-parole a affirmé lundi que les échanges se poursuivaient "à tous les niveaux".

Le ministre des Entreprises Greg Clark arrive au 10, Downing Street à Londres le 17 décembre 2018, avant une déclaration de la Première ministre Theresa May à la chambre des Communes
Le ministre des Entreprises Greg Clark arrive au 10, Downing Street à Londres le 17 décembre 2018, avant une déclaration de la Première ministre Theresa May à la chambre des Communes ( Adrian DENNIS / AFP )

Mais aucune rencontre avec des dirigeants britanniques ne figurait sur l'agenda de l'UE, a souligné lundi le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas. "Le Conseil européen a fourni les clarifications qu'il était possible de donner à ce stade, aucune nouvelle réunion n'est donc prévue avec le Royaume-Uni".

Face aux divisions, de plus en plus de voix plaident pour un second référendum, dans l'opposition comme chez les conservateurs.

Mais Theresa May a sèchement rejeté ces appels lundi. "Ne rompons pas la confiance du peuple britannique en essayant d'organiser un nouveau référendum" sur le Brexit, qui "entraînerait des dégâts irréparables pour l'intégrité de notre vie politique", a-t-elle déclaré à la chambre des Communes.

Vers une troisième voie ?

Seules solutions alternatives à son accord selon elle : un Brexit sans accord, potentiellement dévastateur pour l'économie britannique, ou pas de Brexit du tout.

Pendant le week-end, elle est montée au créneau contre un second référendum et s'est écharpée avec l'ancien chef de gouvernement travailliste Tony Blair, l'accusant de chercher à "saper" le Brexit. "Je n'ai jamais perdu de vue mon devoir, à savoir mettre en œuvre le résultat du référendum", a-t-elle insisté.

Tony Blair, au pouvoir de 1997 à 2007, a quant à lui jugé "irresponsable (...) d'essayer de convaincre de force les députés d'accepter un accord qu'ils considèrent comme franchement mauvais en menaçant de quitter l'Union européenne sans accord s'ils ne suivent pas la ligne".

Devant le spectre d'un rejet de l'accord, une troisième voie est défendue par plusieurs ministres : donner au Parlement la possibilité de voter de manière indicative sur différentes options possibles pour le Brexit, du maintien d'une relation très étroite avec l'UE à une sortie sans accord.

La ministre britannique  du Travail Amber Rudd, le 26 novembre 2018 à Londres
La ministre britannique du Travail Amber Rudd, le 26 novembre 2018 à Londres ( Ben STANSALL / AFP/Archives )

Dernier en date à plaider en ce sens, le ministre des Entreprises Greg Clark a estimé lundi sur la BBC que le Parlement devrait avoir son mot à dire pour mettre fin à l'"incertitude" si l'accord de Mme May était recalé.

Le porte-parole de Mme May a cependant déclaré qu'aucun vote de la sorte n'était prévu.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…