5 541.99 PTS
+0.28 %
5 547.5
+0.43 %
SBF 120 PTS
4 432.20
+0.27 %
DAX PTS
13 463.69
+0.22 %
Dowjones PTS
26 149.89
+0.30 %
6 887.23
+0.77 %
Nikkei PTS
23 816.33
+0.03 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: soulagé, le patronat britannique veut parler commerce

| AFP | 161 | Aucun vote sur cette news
Depuis des mois, les milieux d'affaires britanniques pressaient les autorités de conclure au plus vite la première phase des négociations avec l'UE
Depuis des mois, les milieux d'affaires britanniques pressaient les autorités de conclure au plus vite la première phase des négociations avec l'UE ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )

Le patronat britannique a réagi avec soulagement vendredi à l'accord de principe conclu entre Bruxelles et Londres sur les conditions du Brexit, mais a prévenu que le plus dur commençait avec l'ouverture des discussions commerciales.

Depuis des mois, les milieux d'affaires pressaient les autorités de conclure au plus vite cette première phase des négociations, de façon à lancer les discussions commerciales et pour garantir rapidement qu'une période de transition serait mise en place après le Brexit prévu en mars 2019.

Pour les employeurs, il s'agit d'en finir avec une incertitude dommageable pour les affaires et qui pèse sur la croissance du pays, déjà aux prises avec une modération de la consommation de ménages au pouvoir d'achat amputé et à un problème récurrent de productivité.

"La percée de Bruxelles montre qu'il y a une volonté, une voie de passage", s'est réjoui Josh Hardie, directeur général adjoint du CBI, la principale organisation patronale britannique.

La Commission européenne a jugé que des progrès suffisants avaient été accomplis dans trois domaines jugés clés des modalités du divorce: la gestion de la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, le règlement financier de la séparation et les droits des citoyens expatriés.

Brexit: accord pour garder la frontière irlandaise ouverte
Brexit: accord pour garder la frontière irlandaise ouverte ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

D'après M. Hardie, cette avancée conquise après des mois de négociations permet un certain optimisme pour la suite des discussions, qui pourraient aboutir d'après lui si les responsables britanniques sont prêts à des concessions dans l'intérêt économique du pays.

Signe d'une certaine détente, les marchés ont vu un mouvement de vente des obligations d’État britannique à 10 ans, prisées en cas d'inquiétude, alors que la livre montait un peu face à l'euro.

Reste que "le plus dur commence", d'après la responsable de la City of London Corporation, Catherine McGuinness, qui appelle à un accord ad hoc entre Londres et Bruxelles pour faire face à la situation inédite du Brexit.

"La nouvelle relation doit être basée sur le libre-échange (...) et des mécanismes d'accès mutuel au marché", a-t-elle énuméré.

- Patronat et syndicat d'accord -

Officiellement, le gouvernement conservateur de Theresa May prévoit une sortie du marché unique et de l'union douanière, aussi les responsables britanniques et européens devront-ils plancher sur un accord commercial spécifique. Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, a évoqué vendredi un traité modelé sur le récent accord UE-Canada.

La négociation d'un tel traité pourrait néanmoins prendre des années et les milieux d'affaires réclament, en attendant, la promesse d'une période de transition entre le jour du Brexit et celui de la mise en place des nouvelles conditions commerciales.

"Les entreprises ont besoin de progrès dès le début de la nouvelle année sur la relation commerciale et sur la transition qui nous permettra de continuer de répondre aux besoins de nos clients", a prévenu Stephen Jones, directeur général du lobby bancaire UK Finance.

Les citoyens européens au Royaume-Uni
Les citoyens européens au Royaume-Uni ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Le puissant monde de la finance est en effet aux premières loges des changements et les entreprises du secteur se préparent à la sortie du marché unique - avec des déplacements d'emplois hors du Royaume-Uni - même si elles n'ont souvent pas encore concrétisé leurs projets.

Face aux difficultés à venir, l'espoir du maintien du Royaume-Uni dans le marché unique travaille encore les milieux patronaux et même leurs interlocuteurs syndicaux. La cheffe de la confédération syndicale TUC, Frances O’Grady, a ainsi appelé le gouvernement à "abandonner ses lignes rouges", même si les partisans convaincus du Brexit chez les conservateurs ne veulent pas en entendre parler.

La tête de Turc de ces "Brexiters", le ministre des Finances Philip Hammond, a d'ailleurs appelé à tout mettre en œuvre "pour conclure un accord commercial qui soutiendra les emplois, l'activité économique et la prospérité du Royaume-Uni".

Mais il y a urgence et les centres d'affaires européens concurrents de Londres ne se privent pas de promouvoir leurs atouts. Mettant en avant d'importantes capacités d'accueil de bureaux, la Chambre de commerce et d'industrie de Paris Ile-de-France a ainsi assuré être "pleinement mobilisée pour que la région-capitale tire profit du Brexit".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2018

Oeneo a accéléré sa croissance au troisième trimestre 2017-2018 pour atteindre un chiffre d'affaires de 61,5 millions d'euros, en hausse de 11,8% (+12,7% à taux de change constants). Après 9…

Publié le 22/01/2018

      EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356       MISE A…

Publié le 22/01/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 22/01/2018

Prismaflex a fait état d’un chiffre d’affaires de 15,50 millions d’euros au titre du troisième trimestre de son exercice 2017/2018 (clos à fin décembre). Ce chiffre laisse apparaître une…

Publié le 22/01/2018

Axa a annoncé avoir conclu un accord afin d’acquérir Maestro Health, Inc, une société américaine de gestion numérique des couvertures de santé. Le montant de la transaction s’élèverait à…

CONTENUS SPONSORISÉS