5 535.26 PTS
-
5 537.0
-
SBF 120 PTS
4 427.90
-
DAX PTS
13 559.60
+0.71 %
Dowjones PTS
26 210.81
-0.01 %
6 963.46
+0.83 %
Nikkei PTS
24 029.57
-0.39 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: May estime que rien ne pourra faire "dérailler" son gouvernement

| AFP | 195 | Aucun vote sur cette news
La Première ministre Theresa May arrive à un Sommet à Bruxelles, le 14 décembre 2017
La Première ministre Theresa May arrive à un Sommet à Bruxelles, le 14 décembre 2017 ( FRANCOIS LENOIR / POOL/AFP/Archives )

La Première ministre britannique Theresa May a assuré dimanche que rien ne pourrait faire "dérailler" son gouvernement, qui se prépare désormais à négocier une période de transition et un futur accord commercial avec l'UE, bien que des divergences soient encore apparues entre ses ministres.

Forte de l'accord validé vendredi par les dirigeants européens sur la première phase des négociation du Brexit, Theresa May a enfoncé le clou dans une tribune publiée par le Sunday Telegraph: "Nous avons montré que les sceptiques avaient tort", écrit-elle, "rien ne nous fera dérailler de notre mission fondamentale" de concrétiser le retrait du Royaume-Uni de l'UE.

La cheffe du gouvernement a annoncé que les discussions sur le période de transition allaient commencer "immédiatement". Une réunion sur le sujet doit se tenir lundi entre plusieurs ministre, avant d'être élargie mardi à l'ensemble du gouvernement.

L’exécutif n'a toujours pas défini officiellement sa position, alors que les discussions avec Bruxelles doivent débuter en janvier.

Theresa May a tenté de rassurer les partisans du retrait de l'UE, avec des termes très généraux : avec le Brexit, le pays reprendra "le contrôle de ses frontières" et pourra "établir ses propres lois".

Une sortie qui fait notamment suite à l'annonce faite la veille par Phillip Hammond, le ministre des Finances, partisan d'une sortie en douceur, qu'un accord entre Londres et Bruxelles sur une période de transition maintiendrait "le statu quo".

Signe que le sujet reste sensible au sein du gouvernement, le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson est monté au créneau dimanche pour exiger que le Royaume-Uni ne devienne pas un "État vassal" de l'UE, et a réclamé une vision "nouvelle et ambitieuse".

"J'ai une grande idée en tête", a déclaré Boris Johnson, partisan d'une rupture radicale avec l'UE, au Sunday Times. "Je vais écrire un projet pour un Brexit libéral, c'est ce qu'il faut pour les gens qui croient en la liberté", a-t-il expliqué.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2018

Tout faire pour convaincre la Cour d'appel de son bon droit...

Publié le 23/01/2018

Revue collective du dossier réglementaire...

Publié le 23/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/01/2018

  Atari innove pour accélérer le développement de son catalogue de plus de 200 jeux Accord avec StartEngine pour financer un premier jeu, RollerCoaster Tycoon®, sur la…

Publié le 23/01/2018

"Cet exercice a également été marqué par le franchissement d'étapes majeures sur nos axes prioritaires de développement"...

CONTENUS SPONSORISÉS