En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 349.02 PTS
+0.83 %
5 350.00
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 290.51
+0.76 %
DAX PTS
12 237.17
+0.61 %
Dowjones PTS
25 562.79
+1.59 %
7 397.99
+0.59 %
1.136
+0.10 %

Brexit: May attendue au tournant sur sa promesse d'amender son projet de loi

| AFP | 162 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants pro-UE se sont rassemblés devant le parlement britannique le 12 juin 2018
Des manifestants pro-UE se sont rassemblés devant le parlement britannique le 12 juin 2018 ( Tolga AKMEN / AFP )

Theresa May doit tenir ses promesses: les députés pro-EU du Parti conservateur ont réclamé leur dû mercredi après avoir permis la veille à la Première ministre britannique d'éviter une dangereuse défaite lors de l'examen de son projet de loi sur le Brexit.

La chambre des Communes continuait dans la journée de travailler sur ce texte destiné à mettre fin à la suprématie du droit européen sur le droit britannique, et à organiser la transposition de certaines règlementations européennes.

Les débats portent principalement sur la question du maintien d'une union douanière entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Le gouvernement a trouvé un arrangement avec sa majorité et un amendement de compromis, porté par des députés tories pro et anti-Brexit, devrait être adopté.

Mardi, les élus avaient rejeté au grand soulagement de Mme May un amendement qui aurait donné au parlement un droit de veto sur le résultat des négociations avec Bruxelles alors que la majorité des parlementaires britanniques refusent que leur pays quitte l'UE sans accord.

Pour arriver à ce résultat, le gouvernement a promis d'offrir au Parlement un droit de regard sur le futur accord de sortie. Mais la teneur exacte des concessions restaient floues aux yeux d'un grand nombre d'observateurs, permettant à chaque camp -europhobes et europhiles- de clamer victoire.

La Première ministre britannique Theresa May quitte le 10, Downing Street pour se rendre à la Chambre des communes le 12 juin 2018 pour un débat sur le Brexit.
La Première ministre britannique Theresa May quitte le 10, Downing Street pour se rendre à la Chambre des communes le 12 juin 2018 pour un débat sur le Brexit. ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP )

"Ce qui a été convenu, c'est que la Première ministre a compris que le Parlement veut avoir son mot à dire, en toute circonstance, sur l'accord final du Brexit", s'est ainsi réjouie la députée conservatrice pro-UE Nicky Morgan sur la BBC.

Elle s'est dite convaincue que les députés conservateurs rebelles, prêts à voter l'amendement, n'ont pas été "manipulés" par le gouvernement, et qu'ils obtiendraient bien un vote à l'issue des négociations entre Londres et Bruxelles.

"Il était très important pour nous d'obtenir l'assurance personnelle de la Première ministre. Et nous l'avons eue", a-t-elle ajouté, tandis qu'un autre député pro-UE, l'influent Dominic Grieve, a prévenu que si les promesses n'étaient pas suivies d'effets, "l'affaire n'en resterait pas là".

Theresa May a fait un pas dans leur direction en reconnaissant que le gouvernement avait besoin du "soutien" des parlementaires, lors de la traditionnelle séance hebdomadaire de questions à la Première ministre.

Les débats devant la Chambre des communes portent principalement sur la question du maintien d'une union douanière entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.
Les débats devant la Chambre des communes portent principalement sur la question du maintien d'une union douanière entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP )

Mais elle a aussi clairement signifié que "les mains du gouvernement ne peuvent pas être liées par le parlement" dans les négociations sur le Brexit. "Je ne peux pas accepter que le Parlement puisse renverser la volonté du peuple britannique" de sortir de l'UE, a-t-elle insisté.

- Court répit -

Le répit obtenu par Mme May risque de toute manière d'être de courte durée, puisqu'une nouvelle version du texte du gouvernement sera présentée jeudi, avant un vote lundi devant la chambre des Lords.

Craignant que le projet de loi ne finisse par délivrer un Brexit édulcoré, les conservateurs eurosceptiques ont appelé la dirigeante à rester ferme.

Fustigeant les méthodes des pro-UE, le député conservateur John Redwood a estimé que leurs doléances cachaient en réalité une "intention de renverser la décision du peuple britannique".

"Je pense que la Première ministre est dans une situation difficile. Parce que s'il y a deux interprétations différentes des engagements qu'elle a pris, nous nous en rendrons compte très vite", a résumé le député travailliste Hilary Benn, président de la commission parlementaire sur le Brexit.

La séance de questions à Mme May a été troublée par l'expulsion du chef du groupe SNP (indépendantistes écossais) Ian Blackford, qui protestait contre l'absence de débat consacré aux pouvoirs dévolus à l'Ecosse lors de l'examen du projet de loi.

Après avoir été invité à plusieurs reprises à se "rassoir", l'élu s'est vu ordonner de quitter les lieux par le président de la chambre des Communes, John Bercow, les autres députés SNP l'accompagnant alors par solidarité en manifestant bruyamment leur mécontentement.

Adopté en première lecture en janvier, le projet de loi sur le Brexit avait été largement amendé par la chambre des Lords, la chambre haute du Parlement britannique, allant à l'encontre de la ligne gouvernementale, que Theresa May tente de restaurer devant les députés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 16/08/2018

Voluntis annonce le lancement d’une nouvelle version d’Insulia, pour améliorer l’expérience utilisateur et rendre l’application disponible en espagnol. L’ajout de cette langue permettra…

Publié le 16/08/2018

Entre le 6 et le 10 août, Bic a racheté pour près de 6,14 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 80 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré de…

Publié le 16/08/2018

RIBERSociété Anonyme au capital de 3 400 483,84 euros Siège social : 31, rue Casimir Perier, 95873 Bezons 343 006 151 R.C.S Pontoise   DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT…

Publié le 16/08/2018

  bilan semestriel du contrat de liquidité contracte avec la société de bourse gilbert dupont   Au titre du contrat de liquidité confié par la…