5 453.90 PTS
-0.87 %
5 443.00
-0.96 %
SBF 120 PTS
4 366.70
-0.87 %
DAX PTS
12 873.65
-1.05 %
Dowjones PTS
25 090.48
-0.34 %
7 255.76
+0.00 %
Nikkei PTS
22 680.33
-0.75 %

Brexit: Londres tente de rassurer le monde des affaires américain

| AFP | 324 | Aucun vote sur cette news
Le ministre britannique chargé du Brexit David Davis devant la Chambre de commerce des Etats-Unis à Washington, le 1er septembre 2017
Le ministre britannique chargé du Brexit David Davis devant la Chambre de commerce des Etats-Unis à Washington, le 1er septembre 2017 ( YURI GRIPAS / AFP/Archives )

Le Monsieur Brexit du gouvernement britannique David Davis a tenté vendredi de rassurer le monde des affaires américain sur les conditions de la sortie de Londres de l'Union européenne, alors que les négociations avec Bruxelles patinent.

Le Royaume-Uni veut "un commerce aussi fluide que possible" avec ses anciens partenaires européens après le Brexit, et si possible un accord semblable avec les Etats-Unis, a-t-il dit devant la Chambre du commerce des Etats-Unis à Washington, où il s'est rendu immédiatement après le troisième round de tractations avec les Européens, qui s'est achevé jeudi sans percée majeure.

Les négociations butent principalement sur la question explosive de la facture de sortie que devra payer Londres. Or les entreprises américaines s'inquiètent des conséquences d'un Brexit mal négocié sur leurs propres investissements.

"Il y aura des moments difficiles, mais il faut bien avoir en tête que nous voulons, in fine, un résultat qui soit dans l'intérêt de tous", a assuré David Davis, le ministre chargé du dossier. Il a reconnu qu'il y avait eu "un peu de pression ces derniers jours" pour savoir "si on va payer la facture du divorce et dans quelle mesure".

"Les négociateurs européens veulent que nous réglions le volet financier d'abord, avant l'aspect commercial et le reste (...). Alors, comme on fait lorsqu'on vous présente une facture très salée, on l'analyse ligne par ligne", a expliqué David Davis. "Et nous avons de très bons juristes. Donc c'est un peu tendu", a-t-il admis.

Le solde de tout compte que devra verser le Royaume-Uni pour honorer ses engagements financiers au sein de l'UE est officieusement évalué côté européen entre 60 et 100 milliards d'euros, alors que Londres refuserait de payer plus de 40 milliards selon la presse britannique.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/06/2018

Déclaration des transactions sur actions propres   Paris, le 18 juin 2018   Déclaration des transactions sur actions propres réalisées du 11 au 15 juin 2018…

Publié le 18/06/2018

Le fonds détient 6,14% du capital...

Publié le 18/06/2018

Le groupe aérien allemand Lufthansa est en contact avec la compagnie à bas coûts Norwegian Air Shuttle. « En Europe, tout le monde se parle et une nouvelle vague de consolidation approche, ce qui…

Publié le 18/06/2018

Nexans dévisse de 17,07% à 30,22 euros, au plus bas depuis février 2016. Il emporte dans son sillage le n°1 mondial de son secteur, l'italien Prysmian, qui perd 1,71% à 24,74 euros. Les…

Publié le 18/06/2018

Région Île-de-France...