En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 382.39 PTS
-0.30 %
5 379.50
-0.31 %
SBF 120 PTS
4 306.12
-0.33 %
DAX PTS
12 557.03
-0.03 %
Dowjones PTS
25 031.65
-0.11 %
7 308.98
-0.56 %
1.171
-0.12 %

Brexit: Londres ne veut plus de la compétence directe de la CJUE

| AFP | 556 | Aucun vote sur cette news
Le gouvernement britannique ne veut plus de la compétence directe de la Cour de justice de l'Union européenne
Le gouvernement britannique ne veut plus de la compétence directe de la Cour de justice de l'Union européenne ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Le gouvernement britannique a fait savoir mardi qu'il ne reconnaîtrait plus la compétence directe de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) après le Brexit, un point de discorde avec l'UE qui veut protéger ses ressortissants.

Bruxelles veut que la plus haute juridiction européenne reste compétente même après la sortie du Royaume-Uni de l'UE, prévue pour mars 2019. L'UE souhaite en effet pouvoir continuer à se référer à la CJUE en cas de litiges, notamment au sujet du respect des droits de ses ressortissants installés au Royaume-Uni, qui sont plus de trois millions.

Mais Londres s'y oppose formellement. Le gouvernement britannique doit présenter mercredi des propositions plus détaillées sur le sujet, avant le début du troisième round de négociations à Bruxelles la semaine prochaine.

"Il n'est pas nécessaire ou approprié que la CJUE soit directement compétente concernant un Etat non membre", a estimé le ministère du Brexit. Pour Londres, il existe d'autres moyens de "résoudre les différends dans les accords internationaux, sans la juridiction directe de la CJUE".

Pour les opposants au Brexit, cette position du gouvernement, focalisée sur la compétence directe de la CJUE, pourrait correspondre à une "reculade" de sa part.

Les partisans du Brexit avaient fait campagne l'an dernier sur les thèmes de la fin de la compétence de la CJUE au Royaume-Uni, ainsi que sur une réduction de l'immigration qui serait permise en récupérant le contrôle des frontières.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

Peugeot sera sur le pont demain matin avec la présentation de ses résultats semestriels...

Publié le 23/07/2018

Remboursement anticipé d'une partie des OCA en circulation, avec Yorkville qui accepte de convertir le solde de ses OCA en actions (,5 E/action) et TxCell qui pourra acheter l'ensemble des bons et…

Publié le 23/07/2018

C’est désormais officiel. Alfredo Altavilla, le patron de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) pour les régions Europe, Proche-Orient, Afrique va quitter le groupe fin août afin de « poursuivre…

Publié le 23/07/2018

Dans des volumes limités, Vente-unique...

Publié le 23/07/2018

Atos a dévoilé son projet d'acquisition de Syntel pour 3,4 milliards de dollars, soit 41 dollars par action, entièrement payables en numéraire. Ce prix représente une prime d'environ 14% sur…