En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Brexit: les négociations reprennent, le "temps presse" prévient l'UE

| AFP | 553 | Aucun vote sur cette news
Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier (d) et  son homologue britannique David Davis, le 12 octobre 2017 à Bruxelles
Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier (d) et son homologue britannique David Davis, le 12 octobre 2017 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )

Les négociations du Brexit ont repris jeudi entre le Royaume-Uni et l'UE, qui a prévenu qu'il faudrait un accord de principe d'ici fin novembre sur les termes de leur divorce pour ouvrir rapidement les tractations commerciales réclamées par Londres.

Le sixième round de négociation s'est ouvert en matinée au siège de la Commission européenne à Bruxelles, où les Européens n'ont pas caché leur inquiétude croissante face à la fragilisation de leur interlocuteur, le gouvernement conservateur de Theresa May.

Cette session sera courte et ne suscite pas d'espoirs d'avancées décisives côté européen. Elle s'achèvera vendredi par une conférence de presse commune du négociateur en chef de l'UE Michel Barnier et son homologue britannique David Davis.

"Le temps presse", a prévenu jeudi M. Barnier depuis Rome où il prononçait un discours avant de rentrer à Bruxelles. "Le moment d'une vraie clarification approche", a-t-il ajouté.

Il avait déjà prévenu qu'il voulait "plus de progrès sur les trois sujets clés" de la phase des négociations: l'épineux règlement financier du Brexit, le sort des droits des expatriés européens et britanniques après le divorce, programmé fin mars 2019, et les conséquences de la séparation pour l'Irlande.

Les 27 ont rappelé lors du sommet européen d'octobre, qu'il faudrait des "progrès suffisants" dans ces domaines pour qu'ils donnent leur feu vert à des discussions avec Londres sur une période de transition post-Brexit, souhaitée par Theresa May, et sur leurs relations commerciales à plus long terme.

- "Tout est prêt" -

"Tout est prêt (pour commencer des négociations commerciales, ndlr) dès le 1er janvier", a assuré à l'AFP un haut diplomate de l'UE. Mais "si nous n'avons pas tout scellé fin novembre ou la première semaine de décembre" sur les priorités préalables des 27, "cela reporte à février ou mars" cette perspective, a-t-il ajouté.

Les négociations pour organiser le Brexit reprennent Bruxelles entre les Européens et le Royaume-Uni
Les négociations pour organiser le Brexit reprennent Bruxelles entre les Européens et le Royaume-Uni ( EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )

"Nous n'avons pas besoin de discours, nous avons besoin d'engagements écrits de la part des Britanniques", a commenté cette source, soulignant que ce sixième round sera "seulement oral" et ne durera "qu'un jour et demi".

Londres estime avoir fait un pas important avec des propositions pour garantir les droits des Européens souhaitant rester au Royaume-Uni après le Brexit.

"D'importants problèmes doivent encore être résolus" dans ce dossier, a toutefois averti mercredi le groupe d'eurodéputés qui suit les négociations du Brexit, mené par le libéral Guy Verhofstadt.

L'autre principale pomme de discorde reste le solde de tout compte que devra verser le Royaume-Uni pour honorer ses engagements financiers envers l'UE.

Le président du Parlement européen Antonio Tajani a récemment affirmé que la facture tournerait autour de "50 ou 60 milliards" d'euros, confirmant pour la première fois des estimations officieuses circulant à Bruxelles, et déplorant "les clopinettes" proposées par Londres.

- May fragilisée -

Les 27 ont malgré tout voulu faire un geste en acceptant de lancer des "préparatifs internes" pour la négociation de la future relation avec le Royaume-Uni.

Des représentants des 27 ont évoqué entre eux le sujet pour la première fois lors d'une réunion mercredi à Bruxelles.

L'objectif est "d'être prêt à aller rapidement de l'avant" si des "progrès suffisants" sont constatés en décembre, "mais cela ne préjuge pas du tout de ce qui sera décidé", a insisté une source diplomatique, soulignant que l'ouverture de la deuxième phase des négociations était loin d'être acquise.

Brexit : le coût du divorce
Brexit : le coût du divorce ( Gillian HANDYSIDE / AFP/Archives )

Les Européens restent préoccupés par la fragilité grandissante de Theresa May.

"Nous sommes un peu inquiets de ce que nous voyons en ce moment au Royaume-Uni, nous voulons un partenaire de négociation fort", a confié à l'AFP un diplomate de l'UE.

Déjà aux prises avec des divisions internes sur les modalités du Brexit, Mme May est encore affaiblie par la démission mercredi d'un nouveau membre de son gouvernement, pour avoir rencontré en secret des dirigeants israéliens.

Le départ de la secrétaire d'Etat au Développement international Priti Patel est le deuxième du cabinet en une semaine, après celui du ministre de la Défense Michael Fallon, mis en cause dans un scandale de harcèlement sexuel.

Parallèlement, la Commission a sensiblement abaissé jeudi sa prévision de croissance en 2017 pour le Royaume-Uni, soulignant l'"incertitude" persistante liée à sa séparation de l'UE.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…