En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 342.27 PTS
-0.12 %
5 361.0
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 309.07
+0.29 %
DAX PTS
12 122.63
+0.22 %
Dowjones PTS
26 062.12
+0.00 %
7 434.73
+0.00 %
1.171
+0.27 %

Brexit: les entreprises doivent se préparer à une absence d'accord, prévient le président du Medef

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
David Lidington et Geoffroy Roux de Bezieux à l'université du Medef le 29 août 2018
David Lidington et Geoffroy Roux de Bezieux à l'université du Medef le 29 août 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP )

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a appelé mercredi les entreprises françaises à se préparer à un échec des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, estimant que ce scénario du "pire" restait "possible".

"Je m'adresse aux entrepreneurs français: à ce jour, rien n'est sûr quant aux conditions du divorce prévu le 29 mars 2019", a lancé M. Roux de Bézieux lors de l'université d'été de la principale organisation patronale.

"Sans un accord équilibré, ce sera le +hard Brexit+ avec des conséquences incalculables", a-t-il poursuivi, en présence de David Lidington, secrétaire d'Etat auprès du cabinet de la cheffe du gouvernement britannique Theresa May.

Pour le responsable patronal, il s'agirait là du "pire" scénario. "Il n'est pas sûr" mais "il reste possible. Alors, évaluez maintenant quelles pourraient être les conséquences pour votre activité d'un +hard Brexit+", a-t-il mis en garde.

Lors d'une réunion gouvernementale lundi, Edouard Philippe a lui aussi mis en garde contre un risque de "hard Brexit", demandant à ses ministres de "préparer les mesures de contingence qui seraient nécessaires dans leur champ de compétence pour atténuer les difficultés liées à ce défi inédit".

Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici au sommet européen d'octobre pour pouvoir organiser le retrait britannique de l'UE mais les négociations patinent, suscitant des craintes d'une absence d'accord.

"Même s'il y a eu des progrès dans les négociations qui ont eu lieu durant l'été, nous n'en savons pas beaucoup plus sur ce que sera notre vie quotidienne après votre départ", a regretté mercredi Geoffroy Roux de Bézieux, s'adressant à David Lidington.

"Notre souci immédiat est d'éviter tout vide juridique à la date du retrait. Nos entreprises ont besoin d'un cadre clair et prévisible", a-t-il ajouté.

"Nous respectons la position de l'UE et ne cherchons pas à déstabiliser l'intégrité du marché unique que nous quittons", a répondu M. Lidington.

"Il s'agit de trouver un compromis susceptible de concilier les intérêts fondamentaux du Royaume-Uni et de l'Union européenne. Pas seulement nos intérêts. L'UE est un exportateur net de biens au Royaume-Uni", a-t-il rappelé.

Sans nouvel accord commercial, le Royaume-Uni se verrait appliquer les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de barrières douanières et tarifaires.

"Les perturbations pratiques et les pertes à court terme inévitables pour les entreprises en cas de +No Deal+, ne feraient qu'alimenter le ressentiment, la division et les forces politiques radicales prêtes à en profiter", a mis en garde le ministre britannique.

Le Royaume-Uni est l'un des rares pays avec lequel la France affiche un excédent commercial, ce qui fait craindre au patronat un lourd impact pour les entreprises tricolores en cas d'absence d'accord commercial.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

BNP Paribas et UNI Global Union ont signé aujourd'hui un accord mondial qui garantit aux 200 000 salariés de la banque, répartis dans 73 pays, un congé parental payé, une assurance maladie et une…

Publié le 18/09/2018

L’équipe de TradingSat.com entrevoit un potentiel baissier sur l'action VALEO, qui constituera le sous-jacent d’un turbo Put parfaitement adapté (Z529S). Ce produit dérivé extrêmement…

Publié le 18/09/2018

Les bénéfices du géant du logiciel Oracle au premier trimestre ont dépassé les attentes, mais pas les revenus des services cloud. Le bénéfice rajusté pour le trimestre a été de 71 cents par…

Publié le 18/09/2018

Thales Alenia Space, société conjointe entre Thales (67%) et Leonardo (33%), a signé un contrat avec l'Agence spatiale européenne (ESA) pour fournir...

Publié le 18/09/2018

GeNeuro s'effondre de plus de 15% ce mardi à 4,54 euros, dans un volume représentant 0,3% du tour de table...