En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 110.94 PTS
+0.52 %
5 130.50
+0.96 %
SBF 120 PTS
4 114.37
+0.92 %
DAX PTS
11 669.83
+1.00 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
+0.00 %
1.155
+0.29 %

Brexit: les Britanniques tâchent de rassurer l'industrie aéronautique à Farnborough

| AFP | 214 | 3 par 1 internautes
La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018
La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 ( Ben STANSALL / AFP )

Les autorités britanniques ont tenté lundi de rassurer l'industrie aéronautique rassemblée au salon de Farnborough inquiète du Brexit, en annonçant un nouvel avion de combat et des engagements pour la recherche.

Le match habituel entre Airbus et Boeing pour la conquête du maximum de contrats a certes débuté sur les chapeaux de roue dans cette grand messe du secteur près de Londres, mais les yeux des professionnels se sont tournés aussi vers les politiques à moins de neuf mois du départ britannique prévu de l'Union européenne.

En visite dans la matinée, la Première ministre Theresa May a assuré que le Royaume-Uni voulait "rester l'un des meilleurs endroits au monde pour les entreprises aéronautiques et l'un des leaders mondiaux de l'innovation" dans ce domaine - sur fond d'inquiétude face à d'éventuelles barrières au commerce avec l'UE après le Brexit.

Elle a entre autres annoncé le lancement d'un nouvel avion de combat, le "Tempest", un projet auquel participent les industriels britanniques BAE et Rolls-Royce, mais aussi l'italien Leonardo et le fabricant européen de missiles MBDA.

Cette annonce intervient quelques mois après que Français et Allemands ont officialisé leur coopération pour la fabrication d'un avion de combat commun, avec un rapprochement des deux adversaires de toujours, l'européen Airbus et le français Dassault Aviation.

Des visiteurs découvrent le nouvel avion de combat, le
Des visiteurs découvrent le nouvel avion de combat, le "Tempest", dévoilé lors du salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, le 16 juillet 2018 ( Tolga AKMEN / AFP )

Face à ce rapprochement, les Britanniques craignent d'être des laissés-pour-compte et ont donc entamé lundi leurs propres travaux exploratoires - dotés d'une enveloppe initiale de deux milliards de livres jusqu'à 2025.

Mme May a promis en outre des financements public-privé de 343 millions de livres pour soutenir la recherche et développement dans le secteur aéronautique civil.

La Première ministre a aussi rencontré le patron d'Airbus Tom Enders. Ce dernier a mis en garde à plusieurs reprises contre un "Brexit dur" qui pourrait pousser l'avionneur européen à arrêter ses investissements au Royaume-Uni où il fabrique les ailes de ses avions.

- Absorption des petits -

Outre ces craintes quant à ce divorce, le secteur s'inquiète des conséquences fâcheuses à court terme de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Le PDG de Boeing Dennis Muilenburg a fait part dimanche soir de sa préoccupation à ce sujet, même si aucun effet ne s'est fait sentir à ce jour, soulignant que le secteur aérospatial se nourrissait "d'un commerce libre et ouvert".

A long terme, le secteur aérien fait néanmoins preuve d'un bel optimisme pour l'avenir, symbolisé par 30 milliards de dollars de contrats au prix catalogue pour Airbus et une douzaine de milliards pour Boeing au premier jour du principal salon européen de l'année.

Via une demi-douzaine d'annonces de contrats chacun, les deux géants ont confirmé la bonne santé du marché qui devrait doubler en volume d'ici vingt ans.

"Nous avons revu à la hausse nos estimations pour les vingt prochaines années. Nous estimons que le monde aura besoin d'environ 43.000 nouveaux avions commerciaux", a déclaré M. Muilenburg.

Airbus, qui a publié ses propres prévisions la semaine dernière, estime le besoin à 37.390 avions et cargo neufs au cours des vingt prochaines années, pour une valeur de 5.800 milliards de dollars.

Loin de les affaiblir, la rivalité qui oppose les deux géants a consacré leur omnipotence sur le marché et leur a permis de se renforcer au travers d'alliances avec leurs rivaux plus petits, le Canadien Bombardier et le Brésilien Embraer.

Airbus et Bombardier ont annoncé leur rapprochement spectaculaire en octobre dernier autour du programme CSeries du Canadien, rebaptisé depuis A220. Les deux avionneurs espèrent vendre "au moins 3.000" exemplaires au cours des vingt ans à venir, ce qui représente 50% de ce marché.

De son côté, Boeing a annoncé un partenariat grâce auquel il s'empare de la totalité des activités civiles d'Embraer pour 3,8 milliards de dollars. Cette opération, effective en 2019, lui permettra de concurrencer son rival européen mais l'Américain voit plus loin et mise sur les domaines de la recherche et développement et des services.

Car par delà ces rapprochements, les deux géants ont décidé de tirer profit de la croissance dans les services et la maintenance qui accompagne celle de la flotte d'avions dans le monde, grâce notamment au numérique et au "big data".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Publicis Groupe est entré en négociations exclusives avec Xebia France, cabinet de conseil IT agile. Fondé en 2005 par Luc Legardeur, Xebia France est un cabinet réputé en conseil IT agile,…

Publié le 22/10/2018

Rallye a annoncé que sa filiale Groupe Go Sport, détenue à 100%, avait reçu ce jour une offre ferme d'Equistone Partners Europe pour l'acquisition de la totalité des activités de Courir. Le…

Publié le 22/10/2018

Par courrier reçu le 19 octobre 2018 par l'AMF, la société Morgan Stanley & Co...

Publié le 22/10/2018

Total et le chinois CNOOC ont signé un avenant à leur contrat de vente et d'achat de gaz naturel liquéfié (GNL), en vue de renforcer encore leur coopération dans ce domaine. Les deux entreprises…

Publié le 22/10/2018

Une erreur s'est glissée dans le titre de la dépêche consacrée vendredi dernier à Nanobiotix. Il fallait lire : NANOBIOTIX : résultats positifs de phase II/III sur NBTXR3. Le reste de la…