En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
-
5 368.0
-
SBF 120 PTS
4 309.93
-
DAX PTS
12 157.67
-
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.80 %
1.166
-0.04 %

Brexit: le Parlement européen soutient le lancement de la prochaine phase des négociations

| AFP | 311 | Aucun vote sur cette news
Le président du Parlement européen Antonio Tajani, le 24 novembre 2017 à Bruxelles
Le président du Parlement européen Antonio Tajani, le 24 novembre 2017 à Bruxelles ( Aurore BELOT / AFP/Archives )

Le Parlement européen a déclaré mercredi son soutien au lancement de la prochaine phase des négociations entre le Royaume-Uni et l'UE sur le Brexit.

"Le Parlement européen a adopté sa résolution sur le Brexit, où il a noté que des progrès suffisants ont été réalisés dans les négociations. C'est une étape importante qui permet de passer à la deuxième phase des négociations", a affirmé le président du Parlement, Antonio Tajani.

Sur les 686 eurodéputés réunis en session plénière à Strasbourg et ayant pris part au scrutin, 556 ont voté pour, 62 contre et 68 se sont abstenus.

Les eurodéputés recommandent donc aux 27 dirigeants de l'UE (sans le Royaume-Uni) de décider vendredi, lors de leur sommet à Bruxelles, de passer à la prochaine phase de négociations, précise un communiqué.

Ils insistent sur le fait que le gouvernement britannique doit pleinement respecter ses engagements envers l'UE, exprimés lors de l'accord conclu vendredi dernier avec Bruxelles.

Dans leur résolution, ils expriment aussi clairement leur mécontentement vis-à-vis des déclarations controversées tenues dimanche par le ministre britannique du Brexit, David Davis.

"Des commentaires comme ceux faits par David Davis, qui a qualifié les résultats de la première phase des négociations de simple +déclaration d'intention+, risquent de compromettre la relation de bonne foi qui a été établie au cours de ces négociations", préviennent les députés européens.

M. Davis a affirmé dimanche que Londres ne paierait sa facture de divorce de 40 à 45 milliards d'euros à l'UE que s'il parvenait à conclure un accord commercial avec Bruxelles. Il a également souligné le caractère selon lui non contraignant du compromis signé vendredi.

Ce compromis porte notamment sur les principes du règlement financier du Brexit dans le cadre d'un accord sur les modalités de sortie du Royaume-Uni de l'UE à compter de la fin mars 2019. Il ouvre la voie à des discussions sur la future relation commerciale entre Bruxelles et Londres, auxquelles les dirigeants européens doivent donner leur feu vert vendredi à Bruxelles.

Le "référent Brexit" du Parlement européen, le libéral belge Guy Verhofstadt, a précisé mercredi avoir parlé la veille à David Davis. "Il m'a assuré que ce n'est pas du tout son intention, ni celle du gouvernement britannique, de revenir en arrière, de revenir sur leurs engagements", a assuré M. Verhofstadt.

De son côté, le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, a de nouveau mis en garde Londres contre toute tentation de retour en arrière par rapport à l'accord trouvé la semaine dernière avec Bruxelles, qui comporte une série de provisions pour permettre un divorce à l'amiable.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Selon le 'Financial Times', l'investisseur activiste CIAM a écrit à la direction de Scor pour lui reprocher son rejet de l'offre de rachat soumise en août par l'assureur Covéa.

Publié le 18/09/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 10 AU 14 SEPTEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 18/09/2018

Le projet de retrait de la cote de Tesla, finalement avorté fin août, a déclenché une enquête judiciaire aux Etats-Unis, selon l'agence 'Bloomberg'. En cause, la communication erratique d'Elon…

Publié le 18/09/2018

Vinci a annoncé le succès d’une émission obligataire de 1,750 milliard d’euros, répartis entre une souche de 0,75 milliard d’euros à échéance septembre 2025, assortie d’un coupon de…

Publié le 18/09/2018

PARIS-LA DEFENSE (FRANCE), 18 septembre 2018 - Le Conseil de surveillance de Tarkett a décidé de nommer Fabrice Barthélemy en qualité de Président du Directoire de Tarkett par…