5 391.64 PTS
+0.21 %
5 381.00
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 318.18
+0.23 %
DAX PTS
12 567.42
-0.19 %
Dowjones PTS
24 576.33
-0.69 %
6 756.90
-1.12 %
Nikkei PTS
22 191.18
+0.15 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: le Labour n'exclut pas une union douanière de long terme avec l'UE

| AFP | 175 | Aucun vote sur cette news
"Demeurer dans une sorte d'union douanière est une destination finale possible pour le Labour", a déclaré le responsable travailliste du Brexit, Keir Starmer ( Ben STANSALL / AFP )

Le Parti travailliste britannique a évoqué lundi la possibilité de rester lié à l'Union européenne au sein d'une forme d'union douanière après le Brexit, même après une période transitoire.

"Demeurer dans une sorte d'union douanière est une destination finale possible pour le Labour", a déclaré le responsable travailliste du Brexit, Keir Starmer, au deuxième jour de la conférence annuelle du premier parti d'opposition britannique à Brighton, station balnéaire du sud de l'Angleterre.

Le Labour s'était prononcé fin août pour le maintien du Royaume-Uni dans le marché unique européen pendant une période transitoire pouvant s'étendre jusqu'à quatre ans après la sortie de l'Union européenne, prévue en mars 2019, tout en maintenant le flou sur sa position au-delà.

Dimanche, les délégués travaillistes ont décidé de ne pas soumettre la question du Brexit à un vote susceptible de figer leur position, durant leur congrès de quatre jours.

Comme leur leader Jeremy Corbyn, ils ont préféré mettre l'accent sur le programme anti-austérité qui avait permis au Labour d'enregistrer une nette percée aux élections anticipées de juin, faisant fi de l'appel de 30 élus travaillistes et syndicalistes pour un engagement clair de leur parti en faveur d'un maintien permanent dans le marché unique.

"Quand nous serons au gouvernement, nous construirons un nouveau partenariat progressif avec l'UE", a assuré Keir Starmer. Il a défendu "une approche pragmatique" qui n'exclurait aucune option pour parvenir à "un accord qui maintienne les bénéfices de l'union douanière et du marché unique".

Vendredi, la Première ministre conservatrice Theresa May avait plaidé pour la première fois pour une période de transition de deux ans après mars 2019, pendant laquelle les relations liant l'UE au Royaume-Uni resteraient en l'état, afin de pouvoir assurer un divorce "en douceur et ordonné", lors d'un discours à Florence, en Italie.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2018

ACANTHE DEVELOPPEMENT   RESULTATS ANNUELS 2017                Paris, le 19 avril 2018     Patrimoine 140,7 Millions…

Publié le 19/04/2018

L'intégration de l'expertise technique des équipes d'Idealec contribuera au renforcement des capacités de R&D...

Publié le 19/04/2018

Conférences annoncées...

Publié le 19/04/2018

Elmar Heggen succède à Guillaume de Posch...

Publié le 19/04/2018

D'autres demandes d'autorisations réglementaires sont en cours