En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 476.17 PTS
-0.33 %
5 463.50
-0.35 %
SBF 120 PTS
4 384.35
-0.29 %
DAX PTS
12 350.82
-0.64 %
Dowjones PTS
26 565.46
-0.67 %
7 532.23
+0.02 %
1.176
+0.13 %

Pour Tusk, Dublin détient les "clefs" des négociations sur le Brexit

| AFP | 779 | Aucun vote sur cette news
Donald Tusk (D) et Leo Varadkar à Dublin le 1er décembre 2017
Donald Tusk (D) et Leo Varadkar à Dublin le 1er décembre 2017 ( Paul FAITH / AFP )

Le président du Conseil européen Donald Tusk a lié vendredi le sort des négociations sur le Brexit à l'avenir de la frontière irlandaise, prévenant Londres que si sa proposition pour régler la question est "inacceptable pour l'Irlande, elle le sera aussi pour l'UE".

L'Union européenne a donné à Londres jusqu'à lundi pour prendre des engagements "suffisants" sur la frontière irlandaise, un des trois dossiers qu'elle souhaite régler en priorité avant d'initier la deuxième phase des négociations, soit la définition de sa future relation commerciale avec Londres.

"Nous n'y sommes pas encore", a constaté vendredi le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney. "Nous voulons être positifs mais nous insistons aussi sur le fait qu'il ne peut y avoir de frontière", a-t-il ajouté devant la presse à Dublin.

Le retour d'une frontière entre les deux Irlande après le Brexit -prévu fin mars 2019- risquerait de provoquer un choc pour ces deux économies particulièrement imbriquées qui échangent aujourd'hui sans entraves.

Elle pourrait aussi fragiliser l'accord de paix de 1998 en Irlande du Nord.

Après une rencontre dans la capitale irlandaise avec le Premier ministre Leo Varadkar, Donald Tusk a affiché un soutien sans faille à la position irlandaise.

Le ministre des Affaires étrangères irlandais Simon Coveney (centre) arrive au sommet de l'Union européenne, à Bruxelles le 24 novembre 2017
Le ministre des Affaires étrangères irlandais Simon Coveney (centre) arrive au sommet de l'Union européenne, à Bruxelles le 24 novembre 2017 ( Emmanuel DUNAND / AFP )

"Permettez-moi de le dire très clairement. Si l'offre britannique est inacceptable pour l'Irlande, elle le sera aussi pour l'UE", a-t-il déclaré devant la presse au côté de M. Varadkar.

"La clé de l'avenir du Royaume-Uni réside - à certains égards - à Dublin, du moins tant que les négociations sur le Brexit se poursuivent", a estimé M. Tusk, en assurant que l'UE "soutient complètement" la demande de l'Irlande de ne pas voir rétablie une frontière physique.

"Les revendications irlandaises sont les revendications de l'UE" et "nous ne pouvons pas laisser le Brexit détruire" l'accord de paix de 1998, a-t-il encore insisté.

Plusieurs commentateurs politiques britanniques voyaient dans les déclarations de M. Tusk un "veto" accordé à Dublin sur le passage à la deuxième phase des négociations.

De quoi irriter les Brexiters purs et durs, à commencer par leur champion Nigel Farage, l'ancien leader du parti europhobe Ukip.

"Tusk et les tyrans de l'UE veulent juste nous humilier. (La Première ministre britannique Theresa) May devrait tout arrêter et quitter" les négociations, a-t-il réagi sur Twitter.

De son côté, M. Varadkar a fait montre d'"optimisme" quant au règlement de la question, tout en disant prêt "à rester ferme avec ses partenaires si l'offre britannique n'est pas satisfaisante".

- Garantie écrite -

Plus tôt, M. Coveney a répété qu'avant de progresser dans les négociations, son pays souhaitait obtenir la garantie écrite de Londres qu'une frontière physique ne serait pas rétablie.

La frontière irlandaise, enjeu du Brexit
La frontière irlandaise, enjeu du Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Si les discussions sur la facture du Brexit ont semblé progresser récemment, sans toutefois aboutir jusqu'à présent, le contentieux irlandais a de plus en plus émergé comme un point de blocage.

C'est lors d'un sommet prévu les 14-15 décembre à Bruxelles que les dirigeants européens diront s'ils acceptent ou pas d'ouvrir les négociations commerciales, que le Royaume-Uni s'impatiente de pouvoir lancer.

Le gouvernement britannique a indiqué que les discussions se poursuivaient avec Dublin. Il a certes écarté la possibilité d'une frontière dure avec l'Irlande, évoquant notamment un "nouveau partenariat douanier" avec l'UE.

Mais une commission parlementaire britannique a prévenu vendredi que sa décision de quitter le marché unique et l'union douanière semblait impossible à concilier avec le maintien d'une frontière irlandaise "sans friction".

Le Times affirmait jeudi qu'un accord sur la frontière irlandaise était proche. Selon le quotidien, Londres délèguerait des pouvoirs à l'Irlande du Nord afin de permettre une convergence douanière avec la république voisine.

Une proposition qui pourrait fragiliser encore davantage Theresa May. Le parti unioniste nord-irlandais DUP a prévenu que tout accord qui entraînerait des règles différentes pour sa région pourrait remettre en cause son soutien au gouvernement minoritaire de la cheffe de l'exécutif.

"Il est clair que nous ne pouvons pas trouver un accord sur le moindre détail à ce stade, surtout que le résultat final dépendra des futures relations entre l'UE et le Royaume-Uni", a cependant admis M. Tusk.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

  RESULTATS SEMESTRIELS 2018                Paris, le 21 septembre 2018     Patrimoine 144,2 Millions d'euros   Résultat net…

Publié le 24/09/2018

 Groupe BIC - Communiqué de presse Clichy - 24 Septembre 2018   Déclaration des Transactions sur Actions Propres du 17 au 21 Septembre 2018   Conformément à la…

Publié le 24/09/2018

Pixium Vision annonce l'analyse positive des premiers résultats de l'étude française de faisabilité de Prima, son implant photovoltaïque miniature sous-rétinien et sans fil, par son Conseil…

Publié le 24/09/2018

La Foncière Verte a enregistré au premier semestre un bénéfice net de 1,275 million d'euros contre 1,01 million d'euros, un an plus tôt. Le résultat opérationnel de la foncière a dans le même…

Publié le 24/09/2018

TOTALLe groupe pétrolier tiendra une journée Investisseurs à New York à partir de 16h00.ORPEALe gestionnaire de maisons de retraite et de cliniques de soins publiera ses résultats du premier…