En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 754.08 PTS
-0.95 %
4 770.0
-0.47 %
SBF 120 PTS
3 776.40
-0.94 %
DAX PTS
10 740.89
-0.29 %
Dowjones PTS
23 766.81
+0.74 %
6 519.38
+1.10 %
1.136
+0.14 %

Brexit: l'issue des négociations dépend de Londres

| AFP | 396 | Aucun vote sur cette news
Le président du Conseil européen Donald Tusk à Bruxelles, le 19 octobre 2017
Le président du Conseil européen Donald Tusk à Bruxelles, le 19 octobre 2017 ( Aurore Belot / AFP/Archives )

Le président du Conseil européen Donald Tusk a estimé mardi que Londres portait "la responsabilité" de l'issue des négociations du Brexit, évoquant même un scénario dans lequel la sortie du Royaume-Uni de l'UE n'aurait pas lieu.

"En fait, c'est Londres qui porte la responsabilité de comment ceci se terminera, avec un bon accord, pas d'accord ou pas de Brexit", a déclaré M. Tusk devant le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg.

M. Tusk rendait compte devant les eurodéputés d'un sommet européen la semaine dernière durant lequel les 27 ont fait un geste envers Londres en acceptant de lancer les "préparatifs internes" pour la négociation à venir d'un accord commercial avec ce pays, qui sera conclu une fois qu'il aura quitté l'Union.

"L'UE se montrera à la hauteur de tous les scénarios tant que nous ne serons pas divisés" a ajouté M. Tusk, qui préside l'instance réunissant les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE.

"Nous devons garder notre unité quelle que soit la direction prise par les négociations", a-t-il martelé. "Le test de résistance le plus dur doit encore venir. Si nous y échouons, les négociations se termineront par notre défaite", a-t-il commenté.

Faute d'avancées suffisantes sur les trois dossiers prioritaires du divorce, et notamment sur la "facture" que Londres devra solder avant de quitter l'Union, les 27 autres pays de l'UE ont refusé la semaine dernière d'entamer les négociations sur la future relation ardemment attendues par le gouvernement britannique.

Les Européens réclament que le Royaume-Uni honore les engagements financiers pris en tant que membre de l'Union européenne, un point sur lequel les négociations ont jusqu'ici achoppé.

Ils veulent aussi trouver un accord avec Londres sur le sort des citoyens européens au Royaume-Uni et des citoyens britanniques dans l'UE, ainsi que sur la frontière nord-irlandaise, après le Brexit.

Lors de leur sommet à Bruxelles jeudi et vendredi derniers, les dirigeants européens ont toutefois voulu envoyer un "signal positif" à Londres.

Ils ont ainsi donné leur feu vert pour démarrer en interne le travail juridique qui permettra de lancer rapidement les négociations sur une éventuelle période de transition après le Brexit, prévu le 29 mars 2019, puis sur l'accord commercial qui liera le Royaume-Uni à l'UE à l'avenir.

Mais cette seconde phase des tractations ne pourra démarrer qu'à condition d'avoir clos les trois dossiers prioritaires liés au divorce, ont-ils prévenu, certains dirigeants tablant sur un accord à ce sujet lors du prochain sommet européen de décembre.

"Nous voulons un accord", a pour sa part assuré devant les eurodéputés le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

"La Commission ne négocie pas dans un état d'esprit hostile", a-t-il insisté, en lançant une pique contre les eurosceptiques et une frange du Parti conservateur de la Première britannique Theresa May, partisans d'un "no deal" (pas d'accord, ndlr) qui verrait le Royaume-Uni quitter l'Union sans accord négocié pour en amortir les effets.

"Ceux qui ne veulent pas d'accord, les +no dealers+, n'ont pas d'amis à la Commission. Nous voulons un accord juste et nous aurons un accord juste. Le +no deal+ n'est pas notre hypothèse de travail", a assuré M. Juncker.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Claude Tempé quitte ses fonctions. Sylvestre Blavet lui succède...

Publié le 18/12/2018

Cet ensemble de sociétés vend aux grandes surfaces de bricolage et grandes surfaces alimentaires en France et en Espagne une gamme très complète de robinetterie pour les salles de bain et les…

Publié le 18/12/2018

Tikehau Capital et Bpifrance entrent au capital de GreenYellow, via une augmentation de capital de 150 ME...

Publié le 18/12/2018

 Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2…

Publié le 18/12/2018

La nouvelle saison de Life is Strange associe Square Enix External Studios et l'équipe de Dontnod Entertainment...