5 383.81 PTS
-
5 383.50
+0.01 %
SBF 120 PTS
4 301.32
+0.00 %
DAX PTS
13 043.03
-
Dowjones PTS
23 157.60
+0.70 %
6 114.35
+0.00 %
Nikkei PTS
21 437.23
+0.35 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: l'Europe attend les propositions "concrètes" de Londres

| AFP | 93 | Aucun vote sur cette news
Le temps presse pour les deux parties, Royaume-Uni et Union européenne
Le temps presse pour les deux parties, Royaume-Uni et Union européenne ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )

Les Européens attendent des propositions "concrètes" de leurs homologues britanniques, qu'ils retrouvent lundi à Bruxelles pour une quatrième session de négociations du Brexit, afin que le ton "constructif" adopté par Theresa May puisse réellement débloquer les tractations.

Le temps presse pour les deux parties qui tentent de régler dans un premier temps trois dossiers prioritaires: la garantie des droits des citoyens directement concernés par le départ britannique de l'UE, le "solde des comptes" et la question irlandaise.

A l'ouverture des négociations, l'objectif était de boucler cette première phase à l'automne afin de passer aux discussions sur la nature de la future relation entre l'Union et le Royaume-Uni, mais l'espoir de respecter ce calendrier semblait mince.

"Il y a eu quelques progrès, mais nous devons vraiment avancer maintenant. Le temps presse", a souligné lundi le ministre estonien Matti Maasikas, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne.

La semaine passée, un haut responsable européen affirmait que les 27 prendraient "tout le temps dont nous avons besoin" avant de s'atteler à la deuxième phase des discussions, que Londres s'impatiente de lancer.

"A l'heure actuelle, absolument personne ne pense qu'on sera prêt en octobre", avait ajouté cette même source. Il revient au Français Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, d'évaluer la progression des négociations et de proposer aux 27 de passer à la phase suivante.

La Première ministre britannique Theresa May a plaidé vendredi en Italie, lors d'un discours très attendu, pour un Brexit "soft", avec une période de transition de deux ans, dans une tentative de relancer les négociations.

- L'écueil financier -

Elle s'est engagée à "honorer" les engagements financiers pris par son pays en tant que membre de l'UE.

Elle n'a toutefois avancé aucun chiffre et n'a pas apporté plus de précisions. Si les Européens n'ont pas réclamé de fixer un montant pour progresser vers la phase suivante des négociations, ils exigent de définir rapidement une "méthodologie" pour calculer le montant des engagements britanniques.

Côté européen, le réglement financier du divorce a été évalué officieusement entre 60 et 100 milliards d'euros, selon plusieurs sources.

Au quotidien The Times qui affirme que Londres a accepté de payer 40 milliards de livres (45 milliards d'euros), soit 20 milliards comme contribution au budget européen qui court jusqu'en 2020 et 20 milliards pour d'autres engagements, le ministre britannique en charge du Brexit David Davis a répondu que la somme était "inventée".

"Je ne vais pas donner un chiffre à l'antenne, ce serait ridicule de faire cela, mais nous avons une idée assez claire d'où nous voulons aller" sur ce sujet, a-t-il déclaré, invité sur la BBC dimanche.

M. Barnier a salué un discours "constructif" de la part de Theresa May, qui "traduit une volonté de progresser alors même que le temps passe".

Mais il a dans le même temps demandé de "traduire" ces propos "dans des positions de négociations afin de faire de véritables progrès".

Ainsi sur la promesse de Mme May concernant la facture, il a assuré que l'Union devra "vérifier (...) si cette assurance couvre tous les engagements pris par le Royaume-Uni en tant qu'Etat-membre".

M. Barnier a en outre noté que la Première ministre n'avait pas apporté de clarifications sur la façon dont le Royaume-Uni entendait s'engager pour garantir les accords de paix en Irlande.

"On y voit un peu plus clair, mais on n'a pas encore des éléments très précis", a résumé lundi matin le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders.

La date du round des tractactions de septembre avait été décalée d'une semaine, pour se tenir après l'intervention de Mme May. A la fin de la précédente session, fin août, les deux camps s'étaient rejeté mutuellement la responsabilité du peu d'avancées réalisées.

M. Barnier et M. Davis doivent s'exprimer lundi à 17H30 (15H30 GMT), en ouverture du nouveau round qui durera jusqu'à jeudi.

Une rencontre est par ailleurs prévue mardi à Londres entre Theresa May et Donald Tusk, le président du Conseil européen, organe qui regroupe les dirigeants des Etats de l'Union.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2017

L'ANSM a donné son feu vert à un essai portant sur 5 patients...

Publié le 19/10/2017

Malgré le recul de l'activité sur le trimestre, les objectifs annuels sont réitérés...

Publié le 19/10/2017

Les objectifs sont confirmés...

Publié le 19/10/2017

La société a amélioré son bénéfice net semestriel...

CONTENUS SPONSORISÉS