En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Brexit: jusqu'à 500.000 emplois britanniques menacés en l'absence d'accord avec l'UE

| AFP | 415 | Aucun vote sur cette news
La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 8 décembre 2017
La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 8 décembre 2017 ( EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )

Le Royaume-Uni pourrait perdre près d'un demi-million d'emplois à l'horizon 2030 s'il sort de l'Union européenne sans accord, selon le scénario le plus pessimiste d'une étude commandée par le maire europhile de Londres, Sadiq Khan, dévoilée jeudi.

"Si le Royaume-Uni quitte l'Union européenne en mars 2019 sans accord sur le marché unique, l'union douanière ou des dispositions transitoires (...) cela pourrait engendrer la perte de 482.000 emplois", a prévenu l'élu travailliste dans un communiqué.

Parmi les secteurs passés en revue par le cabinet de recherche Cambridge Econometrics, les services financiers souffriraient le plus d'une absence d'accord (-119.000 emplois). Suivraient les sciences et technologies (-92.000) et la construction (-43.000).

Rien qu'à Londres, centre financier du Royaume-Uni, les pertes d'emplois pourraient s'élever à 87.000, mais la capitale souffrirait moins que le reste du pays.

Les investissements pourraient, eux, chuter de 15% à l'échelle nationale, soit 46,8 milliards de livres (52,8 milliards d'euros) de moins.

Cette étude se penche sur l'impact potentiel de cinq scénarios liés au Brexit sur le pays et sa capitale dans neuf secteurs clés de l'économie, du maintien d'un statu quo d'ores et déjà exclu par le gouvernement britannique au scénario extrême d'une sortie de l'UE sans accord ni période de transition.

Dans le plus optimiste des scénarios possibles, à savoir le maintien du Royaume-Uni dans le marché unique à l'issue d'une période de transition, mais pas l'union douanière, le Royaume-Uni pourrait perdre 176.000 emplois.

Sadiq Khan a accusé le gouvernement britannique d'un "manque total de préparation" sur les conséquences du Brexit, l'appelant à changer sa position de négociation et à accepter un maintien du pays dans le marché unique et l'union douanière.

En décembre, le ministre du Brexit, David Davis, avait reconnu devant des députés que ses services ne disposaient pas d'étude d'impact secteur par secteur de la sortie de l'UE.

Sollicitée par l'AFP, une porte-parole de son ministère a indiqué que Londres et Bruxelles pensaient pouvoir "conclure un accord ambitieux garantissant la prospérité pour le Royaume-Uni et l'UE à 27".

"Le Royaume-Uni veut un partenariat approfondi et spécial avec l'Union européenne", a-t-elle ajouté.

Après la conclusion d'un accord intermédiaire sur le Brexit en décembre 2017, le Royaume-Uni et l'UE doivent négocier cette année une éventuelle période de transition ainsi que leur future relation commerciale et en matière de sécurité à l'issue de ce laps de temps.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...