En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 643.08 PTS
-0.40 %
5 638.00
-0.48 %
SBF 120 PTS
4 448.99
-0.34 %
DAX PTS
12 486.56
-0.20 %
Dowjones PTS
26 787.36
-0.11 %
7 842.33
-0.02 %
1.102
+0.02 %

Brexit: Johnson mentionne "d'énormes progrès" et compare le Royaume-Uni à Hulk

| AFP | 593 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 13 septembre 2019 à Rotherham (nord de l'Angleterre)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 13 septembre 2019 à Rotherham (nord de l'Angleterre) ( Christopher Furlong / POOL/AFP )

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a fait part dimanche "d'énormes progrès" vers un accord sur le Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni, qu'il a comparé au super-héros Hulk, capable de se libérer de ses entraves, avant une rencontre avec des hauts responsables européens lundi.

"Quand j'ai obtenu cette fonction, tout le monde disait qu'absolument aucune modification de l'accord de retrait n'était possible", constate le dirigeant conservateur dans une interview au tabloïd Mail on Sunday.

Les dirigeants de l'UE "sont déjà revenus là-dessus et, comme vous le savez, une très, très bonne conversation se tient sur la manière de traiter les problèmes de la frontière nord-irlandaise. Des progrès énormes sont en cours", affirme-t-il, sans fournir toutefois le moindre détail.

L'UE attend "toujours des propositions concrètes", a réaffirmé dimanche un responsable européen proche des négociations.

Jusqu'à présent, les deux parties ont achoppé sur la manière d'éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande, membre de l'UE, et la province britannique d'Irlande du Nord après le Brexit.

Londres rejette la solution dite du "filet de sécurité" (ou "backstop"), incontournable aux yeux de Bruxelles faute d'alternative crédible. Elle prévoit que le Royaume-Uni tout entier reste dans un "territoire douanier unique" avec l'UE si une meilleure solution n'est pas trouvée à l'issue d'une période transitoire.

Vendredi, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a pourtant affirmé que "le fossé (était) très grand". La veille, le négociateur de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, avait déclaré n'avoir "pas de raisons d'être optimiste" sur les chances de parvenir à une solution d'ici au Conseil européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles, considéré comme le sommet de la dernière chance avant le Brexit prévu le 31 octobre.

"Point de chute"

"Il va y avoir beaucoup de travail d'ici le 17 octobre. Mais je vais aller à ce sommet et je vais obtenir un accord, j'ai vraiment bon espoir", soutient M. Johnson.

Une statue du super-héros Hulk dans le parc d'attractions Universal Orlando de Floride, le 3 août 2016 à Orlando (Etats-Unis)
Une statue du super-héros Hulk dans le parc d'attractions Universal Orlando de Floride, le 3 août 2016 à Orlando (Etats-Unis) ( Gustavo Caballero / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Il a catégoriquement exclu de réclamer à Bruxelles un report de trois mois du Brexit, comme l'y oblige une loi votée début septembre par le Parlement britannique afin d'éviter un "no deal" susceptible d'entraîner troubles et pénuries.

Musclant le ton, "BoJo" a comparé le Royaume-Uni au super-héros Hulk: "Plus Hulk se met en colère, plus Hulk devient fort et il s'échappe toujours, même s'il avait l'air bien ligoté, et c'est le cas de ce pays".

Une comparaison taclée comme "puérile" sur Twitter par le libéral Guy Verhofstadt, référent sur le Brexit au Parlement européen.

Boris Johnson doit rencontrer lundi au Luxembourg le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le négociateur Michel Barnier.

"Nous pouvons voir un point de chute en ce qui concerne un futur accord, mais il reste beaucoup de travail à faire. Ainsi, les discussions de demain constitueront une étape importante", a commenté le ministre du Brexit, Stephen Barclay, sur Sky News.

Dans une interview ultérieure à la BBC, il a laissé entendre que la période de transition post-Brexit, actuellement prévue jusqu'à fin 2020 en cas d'accord, pourrait être prolongée d'"un an ou deux par accord mutuel".

Annuler le Brexit

Selon l'ex-Premier ministre David Cameron (2010-2016), Boris Johnson n'a pas toujours été un "Brexiteer" convaincu. Dans des extraits de ses mémoires publiés dimanche dans le Sunday Times, il l'accuse de défendre le Brexit uniquement par carriérisme.

Boris Johnson (g) et David Cameron, alors respectivement maire de Londres et Premier ministre britannique, le 7 juillet 2015 à Londres
Boris Johnson (g) et David Cameron, alors respectivement maire de Londres et Premier ministre britannique, le 7 juillet 2015 à Londres ( JACK TAYLOR / AFP/Archives )

Dans son ouvrage "For the Record" ("Pour mémoire"), M. Cameron révèle notamment que Boris Johnson était favorable à la tenue d'un second référendum pour entériner les termes du Brexit, option qu'il rejette désormais catégoriquement.

Après une série de désaveux cuisants sur sa stratégie de Brexit au Parlement, où il a perdu sa majorité avant sa suspension pour cinq semaines, Boris Johnson a essuyé samedi un nouveau revers avec la défection d'un autre député de son parti, Sam Gyimah, pour le Parti libéral-démocrate.

Cette formation d'opposition s'est engagée dimanche, lors de son congrès annuel, à annuler le Brexit si elle remporte des élections législatives, sans repasser par la case référendum comme elle le prônait auparavant.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/10/2019

Mauna Kea Technologies annonce les résultats positifs sur l'endomicroscopie à aiguille dans le diagnostic et le management des lésions kystiques du pancréas...

Publié le 14/10/2019

La société Idsud confirme sa politique de soutien aux filiales détenues majoritairement...

Publié le 14/10/2019

Les résultats des banques américaines sont attendues en léger recul au 3e trimestre, sous le double effet du ralentissement conjoncturel et de la baisse des taux qui rabote les marges du secteur.

Publié le 14/10/2019

Compte tenu de la complexité de l'opération projetée, le Conseil d'administration a décidé de procéder à la désignation de cet expert indépendant sans attendre le dépôt formel du projet…

Publié le 14/10/2019

Andrea Rossi a décidé de quitter son poste de CEO d'AXA IM et deviendra conseiller stratégique de Gérald Harlin...