En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.10 PTS
-
5 481.50
+0.12 %
SBF 120 PTS
4 386.46
-
DAX PTS
12 374.66
-
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.00 %
1.176
-0.01 %

Le Brexit au menu d'un sommet de l'UE avec une Theresa May affaiblie

| AFP | 407 | Aucun vote sur cette news
La Première ministre britannique Theresa May, le 13 décembre 2017 devant le 10 Downing Street, à Londres
La Première ministre britannique Theresa May, le 13 décembre 2017 devant le 10 Downing Street, à Londres ( Niklas HALLEN / AFP )

Les dirigeants de l'UE se réunissent jeudi à Bruxelles pour deux jours de sommet, notamment en vue de clore la première phase de négociation du Brexit avec la Première ministre britannique Theresa May, affaiblie après une défaite cruciale mercredi au Parlement.

Les Européens débattront également pendant ces deux jours des autres défis qui les attendent, en premier lieu la migration, mais aussi la défense ou la réforme de la zone euro.

La discussion consacrée au Brexit, prévue vendredi, doit permettre à l'UE de faire sauter un premier verrou avant la fin de l'année en s'accordant sur les progrès réalisés lors de la première phase de négociation, consacrée aux modalités du divorce avec le Royaume-Uni.

Donald Tusk, le président du Conseil européen, instance qui regroupe les chefs d'Etat et de gouvernement, va proposer d'entériner le constat des négociateurs de l'UE prenant acte des "progrès suffisants" qui permettent de passer à la deuxième phase des discussions. Celle-ci portera sur une phase de transition qui suivra le départ effectif du Royaume-Uni prévu le 29 mars 2019.

Le calendrier du Brexit
Le calendrier du Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Il faudra aussi ouvrir des discussions afin de poser les premiers jalons de la négociation sur la future relation entre les deux parties, notamment en ce qui concerne les liens commerciaux.

La décision de vendredi sera prise dans un format de réunion à 27, sans la Première ministre Theresa May qui sera rentrée à Londres.

- Rébellion -

Mme May arrive affaiblie à Bruxelles après avoir perdu de justesse mercredi soir un vote crucial au Parlement en raison de la rébellion d'une partie de son camp conservateur.

Les députés ont voté un amendement prévoyant que tout accord final conclu sur le Brexit soit ratifié par un vote contraignant du Parlement, malgré l'opposition du gouvernement.

Les députés britanniques ont aussi prévenu jeudi qu'un accord sur la période de transition post-Brexit était "urgent".

Le drapeau européen flotte sur le Parlement britannique à Londres le 13 décembre 2017
Le drapeau européen flotte sur le Parlement britannique à Londres le 13 décembre 2017 ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP )

Mme May profitera de sa présence à Bruxelles pour souligner auprès de ses collègues, lors du dîner jeudi, sa satisfaction qu'un "résultat juste" ait été obtenu dans les négociations sur le sort des citoyens expatriés, le contentieux de la frontière entre l'Irlande et la province d'Irlande du Nord, et sur la facture du Brexit, selon une source gouvernementale britannique.

Selon un haut responsable européen, si le feu vert du Conseil est bien acté vendredi, la Commission préparera son projet de directives de négociations le 20 décembre, permettant d'ouvrir les négociations sur la phase de transition en janvier. La question de la future relation ne serait mise sur la table qu'à partir du mois de mars.

Les chefs d'Etats et de gouvernement auront auparavant consacré le petit-déjeuner de vendredi au débat en vue de réformer la zone euro dans les années à venir.

Mais l'Union aura aussi d'autres préoccupations en tête dès jeudi, premier jour du sommet.

Deux ans après le pic de la crise migratoire, elle tente toujours de trouver une réponse sur le long terme aux arrivées de migrants sur les côtes méditerranéennes de l'UE, "un long processus qui aboutit quand même à des résultats", souligne une source européenne.

- 'Inacceptable' -

Le président du Conseil européen Donald Tusk avec la Première ministre britannique Theresa May le 8 décembre 2017 à Bruxelles
Le président du Conseil européen Donald Tusk avec la Première ministre britannique Theresa May le 8 décembre 2017 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )

Le président Tusk espère une discussion "ouverte et franche" jeudi soir au moment du dîner sur "ce qui a marché et ce qui n'a pas marché" dans la réponse de l'UE à la vague migratoire depuis 2015.

Le débat s'est d'ailleurs échauffé entre la Commission et M. Tusk en amont du sommet.

Dans une note, le Polonais a relevé l'échec des discussions sur l'éventualité de mettre en place un mécanisme de quotas permanents, un débat polarisant qui à ses yeux empêche d'avancer sur la réforme nécessaire de la politique migratoire de l'UE et du "système Dublin", qui confie généralement au pays d'arrivée la responsabilité de traiter une demande d'asile.

Le commissaire aux Migrations Dimitris Avramopoulos, furieux, a qualifié mardi d'"inacceptable" la note de Donald Tusk adressée aux 28 en prévision du sommet. Il l'a accusé de "saper l'un des principaux piliers du projet européen: le principe de solidarité".

M. Tusk "a raison", a estimé un diplomate européen, selon qui l'attention devrait se porter sur les frontières, la coopération avec la Libye et un fond permanent pour lutter contre la migration illégale.

Au cours du dîner, la France et l'Allemagne feront le point sur le processus de paix de Minsk et les 28 devraient prolonger les sanctions économiques contre la Russie décrétées en réponse au conflit en Ukraine.

Avant de se mettre à table, une cérémonie est organisée pour le lancement d'une coopération militaire inédite entre 25 Etats membres (sauf le Royaume-Uni, le Danemark et Malte), par laquelle l'UE ambitionne de relancer l'Europe de la défense.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2018

L'autorité chargée du contrôle des investissements étrangers en Australie a rendu un avis écrit indiquant que le Commonwealth d'Australie n'a aucune...

Publié le 26/09/2018

Cegereal annonce la signature d`un nouveau bail avec KPMG, qui avait déjà étendu son implantation dans les étages jardins de la tour Europlaza au...

Publié le 26/09/2018

Le français JCDecaux annonce que l'autorité chargée du contrôle des investissements étrangers en Australie a rendu un avis écrit indiquant que le Commonwealth d'Australie n'a aucune objection à…

Publié le 26/09/2018

Nanobiotix annonce aujourd'hui que les résultats positifs de son étude de phase II/III évaluant NBTXR3 dans les Sarcomes des Tissus Mous (STM) seront...