En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 839.98 PTS
-0.28 %
4 823.5
-0.46 %
SBF 120 PTS
3 838.87
-0.49 %
DAX PTS
10 862.91
-0.03 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.133
+0.27 %

Sur fond de Brexit, l'UE met le social au coeur de ses priorirtés

| AFP | 671 | Aucun vote sur cette news
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devant des journalistes à son arrivée au sommet européen consacré aux questions sociales à Göteborg (Suède) le 17 novembre 2017
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devant des journalistes à son arrivée au sommet européen consacré aux questions sociales à Göteborg (Suède) le 17 novembre 2017 ( Jonathan NACKSTRAND / AFP )

Les dirigeants européens ont affirmé vendredi Göteborg vouloir mettre le social au coeur des priorités de l'UE, pour mieux combattre le populisme et l'euroscepticisme, lors d'une réunion en Suède où s'est invitée l'épineuse question non réglée du Brexit.

A son arrivée au sommet social de Göteborg, dont il est le coorganisateur avec Stockholm, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a accentué la pression sur la Première ministre britannique Theresa May.

"L'horloge tourne. J'espère que nous serons capables d'avoir un accord en ce qui concerne les clauses du divorce au Conseil européen de décembre, mais il y a encore du travail à faire", a averti M. Juncker.

De son côté, Mme May a dit "espérer que l'UE répondra positivement (à son offre sur le Brexit, ndlr) afin (...) de parvenir aux meilleurs accords possibles à l'avenir qui soient bénéfiques aussi bien aux citoyens du Royaume Uni qu'à ceux des 27 autres pays de l'UE".

La Première ministre Theresa May arrive au sommet européen à Göteborg, le 17 novembre 2017
La Première ministre Theresa May arrive au sommet européen à Göteborg, le 17 novembre 2017 ( Jonathan NACKSTRAND / AFP )

Theresa May fait partie des 25 dirigeants européens présents à Göteborg sur 28, même si son pays, qui s'apprête à quitter l'UE le 29 mars 2019, a toujours été farouchement opposé à une trop grande implication de l'Union européenne dans le domaine social.

A leur arrivée, les chefs d'Etat et de gouvernement ont affiché leur détermination à ne pas laisser ce sommet être phagocyté par les discussions sur la sortie du Royaume-Uni. "Au moins ce sommet-là ne sera pas pris en otage par le Brexit", a martelé Dalia Grybauskaite, la présidente lituanienne.

Pour les dirigeants de l'Union, l'heure est grave, à 18 mois des élections du Parlement européen, car les courants eurosceptiques ont le vent en poupe dans l'UE, comme en témoignent les résultats de récentes élections en Allemagne, en Autriche et en France.

Le Premier ministre suédois Stefan Lofven s'exprime devant des journalistes à son arrivée au sommet européen à Göteborg (Suède) le 17 novembre 2017
Le Premier ministre suédois Stefan Lofven s'exprime devant des journalistes à son arrivée au sommet européen à Göteborg (Suède) le 17 novembre 2017 ( Jonathan NACKSTRAND / AFP )

"Nous avons observé une inquiétude croissante parmi les gens et une méfiance grandissante concernant les solutions politiques. Il est temps pour nous de remettre les citoyens au centre des préoccupations de l'UE, car l'Union, c'est nos citoyens d'abord", a plaidé le Premier ministre suédois Stefan Löfven dans son discours d'ouverture.

"Combattre les problèmes tels que les inégalités, le chômage, les pratiques anti-concurrentielles, ce n'est pas seulement juste moralement, c'est aussi intelligent car cela va augmenter notre productivité et renforcer nos économies", a assuré M. Löfven.

- 'Socle des droits sociaux' -

Point d'orgue du sommet: la signature par les 28 Etats membres d'une grande déclaration contre le dumping social, baptisée "Socle européen des droits sociaux", certes sans portée légale mais censée au moins donner un signal aux peuples que les plus démunis d'entre eux ne sont pas oubliés.

Trois dirigeants européens vont parapher ce texte au nom de tous les autres: le président de la Commission Jean-Claude Juncker, celui du Parlement européen Antonio Tajani et le Premier ministre estonien Juri Ratas, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union.

La déclaration de Göteborg égrène vingt principes et droits supposés être respectés sur tout le continent européen, comme le droit à l'enseignement et à l'orientation professionnelle, l'égalité des chances et de traitement notamment entre hommes et femmes.

Elle fait aussi mention de "salaires minimum appropriés devant être garantis, à un niveau permettant de satisfaire aux besoins du travailleur et de sa famille compte tenu des conditions économiques et sociales du pays, tout en sauvegardant l’accès à l’emploi et les incitations à chercher un emploi".

Angela Merkel, à son arrivée au quartier général de la CDU, à Berlin le 17 novembre 2017. En pleine négociations pour former un nouveau gouvernement de coalition, la chancelière allemande est la grande absente à Göteberg
Angela Merkel, à son arrivée au quartier général de la CDU, à Berlin le 17 novembre 2017. En pleine négociations pour former un nouveau gouvernement de coalition, la chancelière allemande est la grande absente à Göteberg ( John MACDOUGALL / AFP )

"Mon souhait serait, et nous allons tout faire pour y arriver, que cette déclaration ne reste pas une énumération de voeux pieux, mais qu'au contraire, ils se concrétisent par des projets législatifs", a espéré M. Juncker.

Grande absente à Göteborg: la chancelière allemande Angela Merkel, en pleines négociations pour former un nouveau gouvernement de coalition.

"L'important, c'est qu'elle (Mme Merkel) arrive à un bon résultat. Nous avons besoin d'une Allemagne forte en Europe pour continuer les réformes", a estimé un haut fonctionnaire européen.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir stoppé son rebond technique aux environs du niveau de résistance majeur des 37.54 euros. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 17/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France. Pour les salariés ayant un salaire annuel brut inférieur à 25 000 euros,…

Publié le 17/12/2018

BinckBank flambe de 30% ce lundi matin à 6,15 euros...

Publié le 17/12/2018

SMCPSMCP est pour le moins malmené en matinée à Paris, en retrait de près de 10% à 13,4 euros...

Publié le 17/12/2018

Le choix de l'indépendance...