En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
-0.22 %

Brexit: Bruxelles veut renforcer la surveillance des grandes sociétés d'investissement

| AFP | 419 | 5 par 1 internautes
Actuellement en zone, les banques sont supervisées par la Banque centrale européenne (BCE) basée à Francfort, et les sociétés d'investissement par les autorités nationales
Actuellement en zone, les banques sont supervisées par la Banque centrale européenne (BCE) basée à Francfort, et les sociétés d'investissement par les autorités nationales ( Daniel ROLAND / AFP/Archives )

La Commission européenne a proposé mercredi de renforcer les règles de surveillance des grandes sociétés d'investissement systémiques, comme JP Morgan, les alignant sur celles des banques, une réforme rendue particulièrement nécessaire à cause du Brexit.

Ces propositions ont été mises sur la table au moment même où, à Londres, la Banque d'Angleterre (BoE) proposait aux banques d'investissement européennes de continuer de fonctionner au Royaume-Uni sans avoir l'obligation d'y créer une filiale après la sortie britannique de l'UE.

Côté européen, cette réforme est précipitée par le fait qu'un peu moins d'une dizaine de très grandes sociétés américaines, japonaises ou suisses comme Goldman Sachs, Morgan Stanley, Nomura, Mitsubishi, Crédit Suisse ou UBS, actuellement basées à Londres, sont susceptibles de déménager leurs activités d'investissement dans la zone euro à cause du Brexit.

Or, actuellement, dans cette zone, les banques sont supervisées par la Banque centrale européenne (BCE) et les sociétés d'investissement par les autorités nationales, alors qu'au Royaume-Uni, elles le sont toutes par l'Autorité de Régulation Prudentielle (PRA, une autorité qui fait partie de la BoE).

En proposant que ces sociétés soient elles aussi supervisées par la BCE, la zone euro compte se préparer à l'arrivée de ces mastodontes (dont les actifs dépassent les 30 milliards d'euros), considérés comme systémiques.

"Il convient que les grandes entreprises d'investissement qui posent des risques similaires à ceux des banques soient réglementées et surveillées de la même manière que ces dernières", a prévenu le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

"Cette proposition permettrait de créer les mêmes conditions de concurrence en matière d'autorisation, de régulation et de surveillance entre les firmes d'investissements et les grandes institutions de crédit", a-t-il ajouté.

Cette proposition de la Commission européenne, aussitôt "saluée" par la BCE, basée à Francfort, doit encore être approuvée par les 28 Etats membres et le Parlement européen.

A Londres, la BoE a pour sa part évoqué la possibilité que les banques d'investissement de l'Espace économique européen (l'UE plus la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein) puissent continuer de fonctionner au Royaume-Uni après le Brexit, sur la base d'une simple succursale et sans nécessité d'une filiale en bonne et due forme.

"Les banques et assureurs de l'Espace économique européen pourront demander l'autorisation de fonctionner avec une succursale au Royaume-Uni", a expliqué la BoE dans un communiqué.

L'établissement d'une filiale stricto-sensu est un processus beaucoup plus lourd que le maintien d'une simple succursale. La création d'une filiale nécessite notamment l'affectation d'un capital propre et de respecter davantage de régulations - la Banque d'Angleterre exige ainsi de toute banque étrangère voulant assurer des opérations de banque de détail qu'elle crée une filiale au Royaume-Uni.

La BoE a ouvert une consultation sur ce sujet jusqu'à la fin février. Elle rendra ses conclusions peu après.

L'institut a néanmoins prévenu que cette approche était "fondée sur la présomption qu'il va continuer d'y avoir une forte coopération dans la supervision entre le Royaume-Uni et l'UE". Ce qui signifie que si les négociations sur le Brexit entre Londres et Bruxelles se terminent mal, la BoE pourrait décider d'être plus exigeante avec les banques d'investissement européennes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…