En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 607.08 PTS
+0.09 %
5 611.00
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 426.46
+0.11 %
DAX PTS
12 362.86
-0.14 %
Dowjones PTS
27 012.57
-0.24 %
7 857.28
+0.06 %
1.104
+0.35 %

Brexit : Boris Johnson "prudemment optimiste" avant de rencontrer Juncker lundi

| AFP | 210 | 1.50 par 2 internautes
Le premier ministre britannique Boris Johnson le 13 septembre 2019 à Rotherham, en Angleterre
Le premier ministre britannique Boris Johnson le 13 septembre 2019 à Rotherham, en Angleterre ( Christopher Furlong / POOL/AFP )

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est déclaré vendredi "prudemment optimiste" de parvenir à un accord avec l'Union européenne sur le Brexit, avant de rencontrer lundi à Luxembourg le président de la Commission Jean-Claude Juncker, à l'approche d'échéances cruciales.

"Il y a les contours d'un accord qui reste à faire. Je suis prudemment optimiste", a déclaré le dirigeant conservateur lors d'un déplacement dans le nord de l'Angleterre.

Le "déjeuner de travail" lundi à Luxembourg, décidé d'un "commun accord" selon une porte-parole de la Commission, sera la première rencontre des deux dirigeants depuis l'arrivée de Boris Johnson au pouvoir fin juillet.

Le Premier ministre britannique rencontrera aussi le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, à Luxembourg, ainsi que son homologue luxembourgeois Xavier Bettel.

L'annonce de cette rencontre intervient alors que Boris Johnson tente de parvenir à un compromis avec l'UE avant la date prévue du Brexit le 31 octobre. Un sommet européen doit auparavant se tenir les 17 et 18 octobre à Bruxelles, ce qui pourrait être la dernière chance d'un accord entre les deux parties.

Le Premier ministre britannique se dit déterminé à ce que le Royaume-Uni quitte l'UE le 31 octobre, avec ou sans accord.

Le Parlement, où Boris Johnson a perdu sa majorité, a voté la semaine dernière une loi visant à empêcher une sortie de l'UE sans accord, qui oblige le chef du gouvernement à demander à Bruxelles un report de trois mois du Brexit si aucun accord n'est trouvé d'ici au 19 octobre.

Boris Johnson a répondu qu'il préfèrerait être "mort au fond d'un fossé" plutôt que de demander un tel report.

A Dublin, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a jugé vendredi que "le fossé reste très grand" entre Bruxelles et Londres.

"Nous explorons ce qui est possible", a-t-il déclaré, promettant de "lutter et travailler pour un accord jusqu'au dernier moment". "Mais pas à n'importe quel prix", a-t-il ajouté.

L'Irlande est le pays de l'UE qui a le plus à perdre du Brexit en raison de ses liens économiques et commerciaux étroits avec le Royaume-Uni.

Jeudi, le négociateur en chef de l'Union européenne Michel Barnier a estimé que l'UE n'avait "pas de raisons" d'être optimiste sur les chances de parvenir à un accord de divorce avant le sommet mi-octobre.

L'UE et le Royaume-Uni ne parviennent toujours pas à s'entendre sur la manière d'éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande, Etat membre de l'UE, et la province britannique d'Irlande du Nord après le Brexit.

Londres rejette la solution dite du "filet de sécurité" (ou "backstop"), incontournable aux yeux de Bruxelles faute d'alternative crédible. Elle prévoit que le Royaume-Uni tout entier reste dans un "territoire douanier unique" avec l'UE si une meilleure solution n'est pas trouvée à l'issue d'une période transitoire.

Selon le quotidien The Times, le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié de Boris Johnson, serait prêt à assouplir sa position sur la question de la frontière avec la République d'Irlande, ce qu'a démenti sa dirigeante Arlene Foster.

Sur le marché des changes, la livre grimpait de 1% face au dollar vendredi. Une hausse qui s'explique selon un analyste par le fait que "les investisseurs sont moins effrayés par la possibilité d'un Brexit sans accord".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 1.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2019

L’équipe de TradingSat.com entrevoit un potentiel baissier sur l'action SOLVAY qui constituera le sous-jacent d’un turbo Put parfaitement adapté (B427S). Ce produit dérivé extrêmement…

Publié le 17/09/2019

Fondamentaux en question

Publié le 17/09/2019

Corning a revu en baisse ses prévisions 2019 pour son segment des télécommunications optiques. Ainsi, le groupe table désormais sur une diminution des ventes de 3% à 5%, par rapport à sa…

Publié le 17/09/2019

Rallye s'enflamme de 13% à 8,4 euros sur la place parisienne, portant ses gains à environ 30% depuis vendredi dernier...

Publié le 17/09/2019

Après plusieurs années de convalescence, Virbac affiche désormais une santé de cheval et la Bourse apprécie. Le titre du laboratoire vétérinaire flambe de 15,5% à 196,80 euros après avoir…