En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 808.00
+0.46 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
-0.02 %
1.139
+0.01 %

Brésil: "pas droit à l'erreur" sur l'économie, dit Bolsonaro

| AFP | 158 | Aucun vote sur cette news
Le président du Brésil Jair Bolsonaro s'exprime lors d'une cérémonie d'intronisation des directeurs de banques publiques, à Brasilia le 7 janvier 2019
Le président du Brésil Jair Bolsonaro s'exprime lors d'une cérémonie d'intronisation des directeurs de banques publiques, à Brasilia le 7 janvier 2019 ( EVARISTO SA / AFP )

Le président d'extrême droite du Brésil Jair Bolsonaro a admis lundi que son équipe économique n'avait "pas droit à l'erreur", sous peine, selon lui, de voir la gauche revenir au pouvoir.

"Nous n'avons pas droit à l'erreur. Si nous commettons des erreurs, vous savez qui pourra revenir", a déclaré le chef de l'Etat, dans une référence à la gauche, lors de l'intronisation de nouveaux directeurs de banques publiques.

"Les gens bien qui nous ont fait confiance ne peuvent pas être déçus", a-t-il ajouté. Le Brésil est surendetté, connaît une croissance atone après une récession historique, et compte près de 13 millions de chômeurs.

Jair Bolsonaro a pris ses fonctions le 1er janvier, après avoir été élu en octobre avec 55% des suffrages, battant Fernando Haddad, du Parti des travailleurs (PT), formation de gauche qui a gouverné le Brésil pendant 13 ans de 2003 à 2016.

Son élection est due en grande partie à un virulent sentiment anti-PT, sur lequel il a surfé pendant toute la campagne. Ce parti a été impliqué dans de nombreux scandales de corruption, qui ont notamment entraîné l'emprisonnement de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010).

Un des directeurs de banques publiques intronisés lundi est néanmoins Joaquim Levy, ex-ministre des Finances de Dilma Rousseff, dauphine de Lula (2011-2016), destituée pour maquillage des finances publiques.

Le nouveau président de la banque publique de développement du Brésil (BNDES), Joaquim Levy, ancien ministre des Finances de Dilma Rousseff, lors de la cérémonie d'intronisation des directeurs de banques publiques à Brasilia le 7 janvier 2018
Le nouveau président de la banque publique de développement du Brésil (BNDES), Joaquim Levy, ancien ministre des Finances de Dilma Rousseff, lors de la cérémonie d'intronisation des directeurs de banques publiques à Brasilia le 7 janvier 2018 ( EVARISTO SA / AFP )

De profil libéral, M. Levy avait été nommé en 2015 pour rassurer les marchés, alors que le pays entrait dans une récession historique. Il a pris la tête lundi de la banque publique de développement BNDES.

"Ce matin, quand j'ai serré la main de Joaquim Levy pour la première fois, je lui ai demandé: 'le Brésil va s'en sortir?' Il m'a répondu: 'si ce n'était pas le cas, nous ne serions pas ici'", a déclaré Jair Bolsonaro.

"Si l'économie va bien, nous aurons davantage d'emplois, la violence diminuera (...) et nous commencerons à vivre des jours meilleurs", a-t-il souligné.

"signe d'humilité"

Les premiers jours de mandat du nouveau président de la première puissance d'Amérique Latine ont été marqués par des couacs sur les sujets économiques qui ont troublé les investisseurs.

Vendredi, il a évoqué une hausse de l'impôt sur les transactions financières, avant d'être démenti par son chef de gouvernement Onyx Lorenzoni, qui a affirmé à la presse que le chef de l'Etat s'était "trompé".

La veille, M. Bolsonaro avait déjà semé la confusion en annonçant lors d'un entretien télévisé une réforme des retraites moins ambitieuse que prévu, avec un départ à 62 ans pour les hommes, et non 65 ans comme le stipulait le projet de loi de son prédécesseur Michel Temer.

Mercredi, lors de sa prise de fonctions au ministère de l'Économie, Paulo Guedes, gourou ultra-libéral du président, avait rappelé que la réforme des retraites, jugée cruciale par les marchés pour réduire la dette gigantesque du pays, était le "premier et plus grand défi" du gouvernement.

M. Bolsonaro a assuré lundi que son "manque de connaissances dans de nombreux domaines" étaient "un signe d'humilité". "Je suis certain de m'y connaître un peu plus en politique que (Paulo) Guedes et qu'il s'y connaît beaucoup plus que moi en économie", a-t-il dit.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…