En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-
DAX PTS
10 865.77
-
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.131
+0.04 %

Bousculés, les organismes HLM veulent convaincre de leur utilité lors de leur congrès

| AFP | 306 | Aucun vote sur cette news
Contraints par le gouvernement à se restructurer et réduire leurs coûts, les organismes HLM tiennent de mardi à jeudi leur congrès annuel
Contraints par le gouvernement à se restructurer et réduire leurs coûts, les organismes HLM tiennent de mardi à jeudi leur congrès annuel ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Contraints par le gouvernement à se restructurer et réduire leurs coûts, les organismes HLM tiennent de mardi à jeudi leur congrès annuel, lors duquel il essaieront de démontrer l'utilité du logement social tout en s'interrogeant sur la réforme de leur modèle économique.

Du 9 au 11 octobre, l'Union sociale pour l'habitat (USH), qui fédère les quelque 720 organismes du secteur, réunira son 79e congrès, intitulé "Demain les HLM".

Par ce titre, la confédération s'affiche tournée vers l'avenir à l'issue d'"une année qui n'a pas été calme pour les organismes", selon les termes de sa directrice générale, Marianne Louis.

"On est devant des organismes qui sont bousculés", disait-elle en septembre lors d'une présentation du congrès. "Ils ont eu l'impression d'un seul coup qu'ils ne faisaient plus partie du pacte républicain".

Quelques mois après l'élection au printemps 2017 d'Emmanuel Macron, le gouvernement a engagé une réforme des HLM par deux canaux: via des économies prévues par le budget de l'Etat, à hauteur de 1,5 milliard d'euros par an, et via une loi sur le logement, dite "Elan", qui impose une réorganisation dont notamment un regroupement des organismes les plus petits.

Alors que la loi logement est en train de passer sa dernière ligne droite parlementaire, les économies budgétaires sont déjà d'actualité. Le gouvernement a notamment imposé aux bailleurs de réduire de quelque 800 millions l'ensemble de leurs loyers, afin de rendre indolore pour les locataires une baisse de même ampleur des APL dans le logement social.

Cette baisse, dite "réduction du loyer de solidarité" (RLS), est reconduite pour l'an prochain par le nouveau budget et le gouvernement veut la doubler en 2020.

La période "marque un tournant pour les sociétés HLM", reconnaît auprès de l'AFP Daniel Biard, vice-président de la fédération des Entreprises sociales pour l'habitat (ESH), l'une des deux plus grandes familles du secteur avec les offices publics des collectivités.

"C'est ressenti par un certain nombre d'organismes comme la fin d'une époque", ajoute-t-il.

- Un congrès "plus calme" -

La résignation après la colère? Voici un an, l'ambiance était agitée: le budget 2018, confirmant les économies imposées au secteur, était tombé en plein congrès et le secrétaire d'Etat à la Cohésion des Territoires, Julien Denormandie, avait subi des huées lors de son discours de clôture.

"Ca va être beaucoup plus calme, ce sera apaisé", promet Laurent Goyard, directeur général de la fédération des Offices publics de l'habitat (FOPH).

Pour autant, il annonce "tout un travail politique" pour défendre les positions du monde des HLM alors que plusieurs membres du gouvernement seront présents et que le congrès sera cette année clos par Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires.

"On aura beaucoup de débats sur +à quoi sert le logement HLM ?+", souligne M. Goyard.

Le mercredi après-midi s'ouvrira ainsi sur une séance "Les HLM, une chance pour la France" en présence de l'économiste Pierre Madec, grand défenseur du logement social, dont une étude ouvre le rapport préliminaire au congrès.

Si les bailleurs sociaux veulent faire la preuve de leur utilité, plusieurs débats témoignent des interrogations sur leur modèle économique: de l'avis général, la vente de HLM, que l'exécutif veut encourager, ne suffira pas à compenser leurs économies.

"Le point de faiblesse du monde HLM, c'est qu'il a fallu ce gros coup de pied pour le faire bouger", admet auprès de l'AFP Yannick Borde, directeur général de Procivis, qui regroupe une petite famille du secteur, les sociétés anonymes coopératives d'intérêt collectif pour l'accession à la propriété (Sacicap).

Le mercredi matin, un débat, en présence de M. Borde, se demandera comment concilier l"objectif social" de loyers moins cher avec "l'objectif économique" des bailleurs. Le jeudi, une séance sera consacrées aux perspectives des organismes HLM en tant qu'"entreprises".

"Le problème c'est que, si vous regardez l'ensemble du secteur, il n'y a pas beaucoup de réponses et pas beaucoup d'idées", conclut auprès de l'AFP André Yché, président du directoire de CDC Habitat, filiale immobilière de la Caisse des dépôts, l'institution publique qui finance le logement social par l'argent du livret A. "Il y a une sorte d'attitude qui consiste à dire +attendons un an, deux ans, trois ans, on verra bien+".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...