En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 096.82 PTS
-0.24 %
6 094.00
-0.26 %
SBF 120 PTS
4 819.81
-0.26 %
DAX PTS
13 762.00
-0.2 %
Dow Jones PTS
29 348.03
+0.4 %
9 718.73
+0. %

Boris Johnson valide la ligne à grande vitesse HS2 malgré son coût

| AFP | 367 | 4 par 1 internautes
Une pancarte de protestation contre le projet de ligne ferroviaire à grande vitesse HS2, plantée dans un champ situé sur le futur tracé de cette infrastructure, validée le 11 février 2020 par le Premier ministre britannique Boris Johnson. Image prise le 8 avril 2014 près de Lymm, à l'ouest de Manchester (nord-ouest de l'Angleterre)
Une pancarte de protestation contre le projet de ligne ferroviaire à grande vitesse HS2, plantée dans un champ situé sur le futur tracé de cette infrastructure, validée le 11 février 2020 par le Premier ministre britannique Boris Johnson. Image prise le 8 avril 2014 près de Lymm, à l'ouest de Manchester (nord-ouest de l'Angleterre) ( Paul ELLIS / AFP/Archives )

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a validé le colossal projet de ligne à grande vitesse HS2 qui doit relier Londres au centre et au nord de l'Angleterre, malgré un coût faramineux et l'opposition d'élus et des écologistes.

"Le gouvernement a donné le feu vert à la ligne ferroviaire à grande vitesse", a déclaré M. Johnson mardi à la Chambre des communes.

Devant une facture partie pour dépasser les 100 milliards de livres, le Premier ministre a assuré avoir l'intention de contrôler le coût du projet et d'améliorer sa gestion. Il va de ce fait nommer un ministre qui se consacrera entièrement à HS2 (High Speed 2).

"La mauvaise gestion n'a pas changé selon moi la valeur fondamentale du projet", a justifié M. Johnson.

Le chef de l'exécutif britannique a estimé que la première phase qui va jusqu'à Birmingham, dans le centre de l'Angleterre, pouvait être achevée pour un montant compris entre 35 et 45 milliards de livres, avec des travaux qui vont commencer en avril.

Le gouvernement a publié dans le même temps le rapport qu'il avait commandé sur HS2 pour le guider dans sa décision. Dans ses conclusions, ce rapport estime que la facture globale sera supérieure de 15 à 20% à celle communiquée jusqu'à présent, ce qui pourrait la porter à plus de 105 milliards de livres.

Les travaux prévus sont particulièrement complexes. Le tracé de la ligne implique de creuser de longs tunnels, détourner des cours d'eau ou d'acquérir des terrains parfois très chers, notamment dans la capitale britannique.

Le projet HS2, soutenu par les milieux d'affaires, doit donner naissance à la première ligne au nord de Londres en 150 ans et sera la deuxième ligne à grande vitesse du pays après HS1, celle empruntée dans le sud de l'Angleterre par l'Eurostar.

Le premier tronçon vers Birmingham pourrait ne pas voir le jour avant 2031 et il faudra peut-être attendre 2040 pour que la deuxième phase vers le nord de l'Angleterre soit opérationnelle. Vu les retards et l'inflation budgétaire, il faudra "questionner les méthodes et les coûts alors que nous allons de l'avant avec la deuxième phase", a souligné M. Johnson.

"Révolution des transports"

De son côté, le chef de l'opposition travailliste a fustigé la gestion passée des Conservateurs de Boris Johnson. "C'est son parti qui a privé le pays d'investissement ces dix dernières années ce qui a créé les pires inégalités régionales d'Europe", a lancé Jeremy Corbyn.

Le gouvernement a tranché en faveur de ce chantier colossal, le plus ambitieux de ce type en Europe actuellement, malgré l'opposition de certains députés conservateurs qui jugeaient que l'argent serait plus utilement injecté dans la modernisation d'infrastructures de transport déjà existantes.

"HS2 n'est pas aimé, pas souhaité et est extrêmement mal géré", selon Andrew Bridgen, député de Leicestershire, au centre du pays.

Ces parlementaires sont souvent issus d'anciens bastions travaillistes qui ont basculé dans le camp conservateur lors des élections de décembre remportées haut la main par Boris Johnson.

Ce dernier a toutefois expliqué qu'il serait "intolérable" d'attendre 20 ans pour que HS2 atteigne les villes du nord. Il a promis un plan "High Speed North" en collaboration avec les élus pour moderniser le transport ferroviaire dans la région, sans donner de détails.

La municipalité de Birmingham a accueilli favorablement le feu vert du gouvernement mais elle a jugé "décevant que la deuxième phase qui relie Birmingham au Nord fasse l'objet d'une nouvelle évaluation".

Le Premier ministre a par ailleurs promis de dévoiler dans les prochaines semaines sa stratégie pour une "révolution des transports". Il a déjà débloqué 5 milliards de livres sur cinq ans pour améliorer les réseaux de bus et les pistes cyclables.

Selon lui, ces investissements doivent en outre permettre au Royaume-Uni de respecter son engagement d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Des organisations de défense de l'environnement ont quant à elle dénoncé l'impact de HS2 sur les milieux naturels.

"Nous sommes totalement en faveur d'une révolution des transports qui réduise la pollution (...) mais faire passer le bulldozer au milieu de sites naturels et sauvages n'est pas la bonne solution", a prévenu l'ONG Greenpeace.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2020

Aucune discussion avec Alitalia et Latam...

Publié le 20/02/2020

Le rythme des publications reste dense avec Schneider et Bouygues qui se distinguent à la hausse

Publié le 20/02/2020

Bouygues dévoile des comptes 2019 en ligne avec ses objectifs annuels grâce à des résultats solides portés par ses trois activités et une génération...

Publié le 20/02/2020

Il sera proposé à l’Assemblée générale de Gecina, qui se tiendra le 23 avril 2020, de décider une distribution de 5,60 euros par action au titre de l’exercice 2019, en hausse de 1,8%. La…

Publié le 20/02/2020

En 2019, Gecina a réalisé un résultat récurrent net part du groupe en hausse de 0,2% à 438 millions d'euros. Par action, il est ressorti à 5,95 euros, en augmentation de 0,3%. Hors effets des…